Importations d'aliments: le Royaume-Uni retarde les contrôles post-Brexit

Publié le 14/09/2021 à 08:14

Importations d'aliments: le Royaume-Uni retarde les contrôles post-Brexit

Publié le 14/09/2021 à 08:14

Par La Presse Canadienne

Le ministre du Brexit, David Frost. (Photo: La Presse Canadienne)

Londres — La Grande-Bretagne a annoncé mardi qu’elle retardait le début des contrôles frontaliers post-Brexit sur les importations de produits alimentaires en provenance de l’Union européenne (UE), affirmant que la perturbation des échanges due à la pandémie de coronavirus avait déjà mis de la pression sur les entreprises.

Le retard signifie que les formalités administratives et les contrôles pour les produits agricoles et animaux en provenance de l’UE, qui devaient commencer à partir d’octobre ne seront pas exigés avant l’année prochaine.

Le Royaume-Uni a déclaré que le «nouveau calendrier pragmatique» allégerait la pression sur les entreprises aux prises avec les perturbations de la chaîne d’approvisionnement dues à la pandémie.

La documentation sur les produits végétaux et animaux qui devait être exigée le 1er octobre a été repoussée au 1er janvier, a annoncé le gouvernement. Il a ajouté que les déclarations aux douanes et les contrôles seront mis en place le 1er janvier comme prévu, mais que les déclarations de sûreté et de sécurité ne seront pas requises avant le 1er juillet.

Le ministre du Brexit, David Frost, a déclaré que «nous voulons que les entreprises se concentrent sur leur relance après la pandémie plutôt que d’avoir à faire face à de nouvelles exigences à la frontière».

Il a ajouté que la pandémie «a eu des impacts plus durables sur les entreprises, à la fois au Royaume-Uni et dans l’Union européenne, que de nombreux observateurs ne l’avaient prévu».

«Il existe également des pressions sur les chaînes d’approvisionnement mondiales, causées par un large éventail de facteurs, notamment la pandémie et l’augmentation des coûts du transport mondial de marchandises. Ces pressions se font particulièrement sentir dans le secteur agroalimentaire.»

La Grande-Bretagne a connu des problèmes d’approvisionnement sporadiques, mais généralisés ces derniers mois, laissant des rayons de supermarchés vides, des établissements de restauration rapide à court de poulet et certains pubs à court d’une sélection complète de bières. Des experts citent une tempête parfaite de facteurs, y compris le Brexit et la COVID-19, qui a entraîné des pénuries de travailleurs dans des domaines clés tels que le camionnage.

Depuis que la Grande-Bretagne a quitté le marché unique de l’UE fin 2020, les importations en provenance du bloc sont censées être soumises aux mêmes contrôles que les marchandises de partout ailleurs dans le monde.

Sur le même sujet

Le panier d'épicerie, victime de l'inflation

15/10/2021 | Camille Robillard

Selon l’indice FAO des prix des produits alimentaires des Nations Unies, le prix du panier de produits alimentaires...

Les ventes des grossistes ont grimpé de 0,3% en août

Les ventes ont atteint 70,3 milliards $ ce qui représentait leur première hausse après deux mois de déclins.

À la une

S'inquiéter d'une vague d’immigrants?

MAUDITE JOB! «Mon chèque de paie va-t-il bientôt diminuer parce que les employeurs embauchent à bas prix?»

En travail hybride? Faites gaffe aux «boys club»

RHÉVEIL-MATIN. Votre organisation doit faire l'effort d'inclure tous ses employés, même ceux qui travaillent à distance.

Bourse: le S&P 500 à un sommet

Mis à jour il y a 6 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. L'indice principal à la Bourse de Toronto affiche toujours des rendements négatifs.