Ikea s'attend à souffrir de pénuries jusqu'en 2022

Publié le 14/10/2021 à 12:26

Ikea s'attend à souffrir de pénuries jusqu'en 2022

Publié le 14/10/2021 à 12:26

Par AFP

Les ventes de produits pour le télétravail ont «plus que doublé». (Photo: 123RF)

Stockholm — Les ventes d’Ikea sont repassées au-dessus de leur niveau d’avant la pandémie, malgré des problèmes d’approvisionnement dont le géant suédois du meuble continuera de souffrir pendant une bonne partie de 2022.

Au total, les magasins Ikea ont enregistré un chiffre d’affaires de 41,9 milliards d’euros sur l’exercice annuel allant de septembre 2020 à août 2021, a annoncé jeudi la holding de tête du groupe, Inter Ikea, dans un communiqué.

C’est un rebond de 6% par rapport à l’exercice précédent, où les ventes avaient reculé à 39,6 milliards du fait notamment des fermetures de magasins. Le chiffre d’affaires dépasse même le niveau de l’exercice prépandémie (41,3 milliards).

«Ça n’a pas été simple. Garder les magasins et entrepôts Ikea ouverts a été difficile. Au cours de l’exercice 2021, nous avons observé une chute substantielle de la disponibilité» des produits, reconnaît Inter Ikea.

«Nous n’en sommes pas encore sortis et cela va continuer pendant longtemps encore dans l’exercice 2022» (allant de septembre 2021 à août 2022), précise le groupe.

Des best-sellers de la marque, comme ses armoires Pax ou ses bibliothèques Billy, ont notamment été affectés par le grand chaos en cours dans le transport maritime mondial et l’approvisionnement en général.

Le problème «peut résider soit dans le transport, [l’accès aux] matières premières, la production ou la livraison», explique à l’AFP Jesper Brodin, le patron d’Ingka, principal réseau de magasins Ikea. Et même avec la reprise et l’allègement des restrictions sanitaires, «il faudra du temps avant que le transport mondial rattrape son retard».

Le groupe a recouru au transport ferroviaire depuis l’Asie pour pallier les retards des porte-conteneurs et la hausse des coûts dans le transport maritime, mais Jesper Brodin est optimiste et prévoit une amélioration courant 2022 sur les chaînes d’approvisionnement.

 

 

Explosion du télétravail

Ingka a lui aussi enregistré une hausse de 6% de son chiffre d’affaires annuel, porté par un bond du commerce en ligne et un changement des habitudes des consommateurs lié à la pandémie du COVID-19.

Moins affecté par des fermetures temporaires de magasins, le réseau de franchisés, qui regroupe 378 des 422 magasins Ikea dans le monde, a vu son chiffre d’affaires s’élever à 35,2 milliards d’euros.

La part du commerce en ligne dans ses ventes est passée de 18% à 30%, soit un bond de près de 67%, précise le groupe dans un communiqué séparé.

Tout au long de l’année, la franchise a «constaté une augmentation de la demande de mobilier de travail, de mobilier d’extérieur et de solutions de rangement», a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Cette évolution est une conséquence directe de la pandémie et de l’essor du télétravail.

«La façon dont les gens vivent, travaillent et socialisent a radicalement changé», constate Ingka.

Les ventes de produits pour le télétravail ont «plus que doublé», précise M. Brodin à l’AFP.

Inter Ikea chapeaute douze réseaux de franchisés, dont Ingka.

Ikea a atteint fin août 225 000 employés, soit 8 000 de plus que l’année précédente, avec 775 millions de visiteurs annuels dans ses magasins.

«Observer une croissance de 6% en un an alors que l’on fait face à autant de défis opérationnels (…) tout en protégeant les emplois dans notre communauté me rend très fier», conclut M. Brodin.

Fondé en 1943 dans le sud de la Suède, le groupe n’est pas coté en Bourse et n’a donc pas d’obligation de communiquer sur sa santé financière. Il a toutefois commencé à publier certains résultats en 2010.

À la une

Bourse: cinq entreprises technologiques qui offrent un bon potentiel de croissance

BALADO. Les entreprises Cognizant, CGI, Converge, Quisitive et Alithya offrent un bon potentiel, dit Vincent Fournier.

Le CELI d'Étienne Charest: un emprunt et de l'audace

07:31 | Jean Décary

PLEINS FEUX SUR MON CELI. En mars 2020, Étienne Charest a emprunté pour investir dans son CELI.

Les gestionnaires sont surreprésentés parmi les travailleurs épuisés

RHÉVEIL-MATIN. Ils ont 70% plus de chance que les non-gestionnaires à se sentir en état de crise.