É-U: le revenu des ménages recule plus qu'attendu en septembre

Publié le 29/10/2021 à 10:07

É-U: le revenu des ménages recule plus qu'attendu en septembre

Publié le 29/10/2021 à 10:07

Par AFP

Les revenus des ménages américains ont par ailleurs reculé plus que prévu le mois dernier, -1% quand les analystes attendaient -0,2% seulement. (Photo: Getty Images)

Washington — Les revenus des ménages américains ont diminué de 1% en septembre, en raison de l'expiration des allocations chômage plus généreuses qui étaient versées depuis le début de la pandémie, tandis que l'inflation s'est accélérée, à son rythme le plus rapide depuis 30 ans.

La hausse des prix sur un an, qui s'était stabilisée en août, a de nouveau marqué une accélération, à 4,4%, au plus haut depuis janvier 1991, selon l'indice PCE, publiée vendredi par le département du Commerce.

L'inflation PCE pour l'ensemble du trimestre avait été publiée jeudi, avec le PIB. Elle a ralenti, à 5,3% en rythme annualisé — une projection sur l'année entière à ce rythme — contre 6,5% au deuxième trimestre.

Et en septembre, comparé au mois précédent, la hausse des prix est stable, à 0,3%. En excluant les prix volatils de l'alimentation et de l'énergie, cependant, l'inflation ralentit même sur un mois (0,2% contre 0,3%) et est stable sur un an (3,6%). 

Les revenus des ménages américains ont par ailleurs reculé plus que prévu le mois dernier, -1% quand les analystes attendaient -0,2% seulement.

Cette baisse est due, selon le département du Commerce, à l'expiration, le 6 septembre, des allocations chômage plus généreuses qui étaient versées depuis le début de la crise. 

Ainsi, les chômeurs de longue durée et les travailleurs indépendants, notamment, ne touchent plus d'allocation. Par ailleurs, les 300 dollars supplémentaires qui étaient versés chaque semaine aux bénéficiaires ont également disparu.

Les dépenses, en revanche, ont continué à augmenter, de 0,6%, un rythme toutefois un peu ralenti par rapport à août (+1%, selon des données révisées en hausse et publiées vendredi).

Par conséquent, l'épargne des ménages diminue elle aussi, et représente désormais 7,5% du revenu disponible, contre 9,2% en août, et bien loin des 26,6% de mars 2021, après le versement de chèques de relance par le gouvernement fédéral.

L'opposition républicaine accuse l'administration Biden d'avoir une politique économique inflationniste. Ils craignent que les plans d'investissements, censés assurer une croissance à long terme, n'alimentent une inflation déjà élevée.

Mais la secrétaire au Trésor Janet Yellen a réfuté vendredi matin cette idée, et répété que cette inflation n'était que temporaire, estimant que la pression sur les prix de l'énergie devrait se desserrer «dans les mois qui viennent».

Les négociations continuent au Congrès autour du plan de réformes sociales et environnementales de Joe Biden. Malgré une enveloppe déjà largement réduite, et désormais fixée à 1 750 milliards de dollars américains sur une décennie, il n'a pas réussi à s'envoler, jeudi, pour les réunions du G20 et de la COP26 avec un accord, comme il le voulait.

L'adoption de ce plan est censée déclencher celle d'un autre, de 1 200 milliards de dollars américains d'investissements dans les infrastructures (routes, ponts…).

Sur le même sujet

Québec annonce des incitatifs temporaires pour les travailleurs de la santé épuisés

Mis à jour le 13/01/2022 | La Presse Canadienne

Les mesures sont vues comme un pas dans la bonne direction par les organisations syndicales représentant le personnel.

É-U: la fin du soutien monétaire à l'économie n'aura pas d'impact «négatif» sur l'emploi

11/01/2022 | AFP

Le président de la Banque centrale américaine a souligné que la priorité était de retrouver une stabilité des prix.

À la une

Conflit du bois d’œuvre: le prix des maisons fera-t-il plier Biden?

15/01/2022 | François Normand

ANALYSE. Les démocrates sont en difficulté, tandis que la grogne monte contre la hausse du prix du bois et des maisons.

«J'manque de bras!» Attendez avant de vider votre portefeuille!

14/01/2022 | Catherine Charron

Votre PME peut tirer son épingle du jeu, même dans un contexte de pénurie de main-d'oeuvre. Voici comment.

Forte demande de bureaux en sous-location à Montréal

14/01/2022 | Charles Poulin

Premier trimestre d'absorption nette positive au pays en immobilier commercial