Dollarama doit séduire les employés dans les régions où il y a moins d'immigration

Publié le 08/06/2022 à 14:22

Dollarama doit séduire les employés dans les régions où il y a moins d'immigration

Publié le 08/06/2022 à 14:22

Par La Presse Canadienne

En début d’après-midi, l’action de Dollarama montait de 2,08$, ou 2,98%, à 71,89$ à la Bourse de Toronto. (Photo: La Presse Canadienne)

Dans un contexte de rareté de main-d’œuvre, Dollarama doit offrir des salaires plus élevés pour recruter des employés dans les régions canadiennes où moins d’immigrants choisissent de s’établir.

«Nous ressentons de la pression sur les salaires dans certaines régions, particulièrement celles où l’immigration est moins élevée, a dit le chef des finances du détaillant, Jean-Philippe Towner, lors d’un appel visant à discuter des plus récents résultats trimestriels. Nous devons nous ajuster. Nous devons offrir des salaires concurrentiels.»

Le dirigeant a précisé que le phénomène était observable à travers le Canada. «Nous pensons toujours que nous serons en mesure d’atteindre nos prévisions, mais il y a plus de pression régionale que ce que nous avions anticipé.»

La société montréalaise a dévoilé ses résultats trimestriels, mercredi, tandis que plusieurs vents de face soufflent sur l’industrie du commerce de détail, que ce soient les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, la rareté de la main-d’œuvre ou les changements d’habitudes des consommateurs en raison du déconfinement et de la flambée de l’inflation.

Malgré ce contexte macro-économique difficile, Dollarama affichait des résultats supérieurs aux attentes au premier trimestre (terminé le 1er mai). La société a dévoilé un bénéfice net par action de 49 cents, une augmentation de 32,4% par rapport à l’an dernier.

«C’est l’une des plus fortes augmentations du bénéfice par action au cours des six dernières années tandis que l’entreprise profite de la chasse aux aubaines des consommateurs qui veulent réduire l’impact de l’inflation», commente l’analyste de Stifel GMP, Martin Landry.

Les ventes, pour leur part, ont augmenté de 12,4%, de 954,2 millions de dollars à 1,07 milliard de dollars. La croissance des ventes des magasins comparables, une donnée qui exclut les ouvertures et fermetures de magasins, s’est élevée à 7,3 %. Le nombre total de magasins au cours des 12 derniers mois est passé de 1368 en date du 2 mai 2021 à 1431 magasins au 1er mai dernier.

Avant la publication des résultats, les analystes anticipaient un bénéfice par action de 47 cents, selon la firme de données financières Refinitiv. «Dans l’ensemble, nous croyons que les résultats sont solides, surtout à la lumière des résultats d’autres détaillants qui ont dû revoir à la baisse leurs prévisions dans un environnement très volatil pour la consommation», constate l’analyste de Desjardins Marché des capitaux, Chris Li.

Le bon produit au bon moment

De grands détaillants américains ont rapporté qu’ils n’avaient pas les bons produits en stock, car ceux-ci étaient arrivés en retard et parce que les habitudes des consommateurs ont changé en raison du déconfinement et de la montée de l’inflation. La semaine dernière, le détaillant américain Walmart affirmait que près de 20% de ses articles en stock étaient des produits que l’entreprise ne voulait plus.

Le président et chef de la direction de Dollarama, Neil Rossy, a reconnu, pour sa part, que les stocks n’étaient pas «dans une posture parfaite». La société a toutefois profité de la forte demande pour les denrées périssables. «Nous n’avons pas autant d’articles saisonniers que nous aimerions, mais nous ne nous attendons pas à manquer une saison», assure-t-il.

Jean-Philippe Towner estime que Dollarama est dans une bonne posture comparativement à d’autres entreprises dans l’industrie du commerce de détail. «Quand nos articles saisonniers ne sont pas tous vendus, nous pouvons les ranger et les vendre l’an prochain. Nos produits ne se démodent pas. Ils restent pertinents au cours des années.»

Dollarama introduira de nouveaux articles à un prix de 5$ «dans les prochains jours», comme elle l’avait annoncé en mars dernier. La nouvelle fourchette de prix permettra d’offrir de nouveaux produits, mais aussi de ramener dans les rayons des articles que le détaillant avait cessé de vendre, car ils n’étaient pas suffisamment rentables à un prix plus bas, a expliqué M. Rossy.

En début d’après-midi, l’action de Dollarama montait de 2,08$, ou 2,98%, à 71,89$ à la Bourse de Toronto.

Sur le même sujet

À surveiller: Citigroup, Dollarama et Canfor

19/07/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Citigroup, Dollarama et Canfor ? Voici quelques recommandations d’analystes

De nombreuses hausses de prix chez Dollarama, selon le rapport d’un analyste

Mis à jour le 18/07/2022 | La Presse Canadienne

Les prix du détaillant montréalais auraient augmenté en moyenne de 6% depuis novembre dernier.

À la une

Comment se protéger des fraudeurs en voyage?

Il y a 27 minutes | La Presse Canadienne

L’augmentation de la fraude numérique peut être attribuée à l’évolution de l’économie vers des niveaux prépandémiques.

Déconstruire les vieux mythes

BLOGUE INVITÉ. En achetant Clearwater Seafoods, les Mi’kmaq ont montré qu’ils savent brasser des affaires.

Les objectifs d’Equinor, BP et Shell «incompatibles» avec l’accord de Paris

13:30 | AFP

Les scénarios parviennent pas à limiter le réchauffement et dépasseraient largement la limite de 1,5 °C.