Le G2 et la fin de l'Europe

Publié le 03/08/2013 à 12:44, mis à jour le 05/08/2013 à 14:02

Le G2 et la fin de l'Europe

Publié le 03/08/2013 à 12:44, mis à jour le 05/08/2013 à 14:02

Par François Normand

ANALYSE - G2. Retenez bien ces deux caractères, car vous les verrez de plus en plus. Contrairement au G8, le G2 ne comprend que les États-Unis et la Chine, les deux grandes puissances qui dirigeront le monde dans les prochaines décennies. Le récent sommet entre Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping en est un avant-goût. Et L'Europe? Malgré son poids économique, son manque de cohésion politique en fera un joueur marginal sur l'échiquier mondial.

En fait, le rôle d'acteur de premier plan de l'Europe dans les relations internationales touche à sa fin. Le vieux continent, dont l’Union européenne incarne le projet politique, perdra le peu d’influence qu’il lui reste dans les prochaines décennies. Il ne façonnera plus l'ordre mondial – il ne le fait presque plus aujourd’hui - et sera en grande partie à la remorque de l’Histoire qui s’écrira ailleurs sur la planète.

Au 21e siècle, le centre de gravité du monde deviendra l'Asie-Pacifique, disent les spécialistes en relations internationales. L'Europe l'a été au 18e, au 19e et au début 20e siècle (le vieux continent a atteint son zénith en 1914), suivi par l'Amérique du Nord, après la Deuxième Guerre mondiale. Un nouveau centre de gravité où la Chine et les États-Unis seront des acteurs incontournables, mais pas les Européens, et ce, pour plusieurs raisons.

 1. L'Europe connaît un déclin démographique

On l'oublie trop souvent, mais la première économie de la planète n'est pas les États-Unis, mais l'Union européenne (qui compte 28 pays depuis le 1er juillet). En 2012, le produit intérieur brut cumulé des vingt-sept s'élevait à 16 036 milliards de dollars américains, tandis que celui des États-Unis s'établissait à 15 680 G$US, selon la CIA, l'agence américaine du renseignement.

L'UE perdra toutefois un jour le premier rang en raison de la croissance économique qui est plus rapide aux États-Unis et en Chine. Et un facteur mine principalement le potentiel de croissance de l'Europe: son déclin démographique. Même si des pays comme la France et le Royaume-Uni voient leur population augmenter, celle de l'ensemble du continent, elle, a tendance à régresser.

Entre 2013 et 2100, la population mondiale devrait croître d'un peu plus de 10%, alors que celle de l'Europe devrait diminuer de 14%, selon l'ONU. Pour sa part, la population américaine devrait bondir de 46%, selon les démographes onusiens.

Une immigration massive pourrait certes diminuer le déclin démographique du vieux continent. L'Europe pourra toutefois difficilement ouvrir ses portes à l'immigration comme le fait l'Amérique du Nord, une terre d’immigration. L’intégration des immigrants y est beaucoup plus difficile qu’ici, surtout pour ceux provenant des pays arabo-musulmans. La force des partis d’extrême droite en Europe nous le rappelle.

 

2. L'Europe enregistra une croissance économique plus faible

Le vieillissement et le déclin démographique du vieux continent réduiront le bassin de main-d’œuvre potentiel de l’Europe. Par conséquent, son économie affichera une croissance économique modeste dans les prochaines décennies - la société vieillissante qu'est le Québec vit déjà en partie cette problématique.

 Et les gains de productivité - la quantité et la valeur des biens ou des services produits par une personne dans une heure de travail - pourront difficilement faire des miracles. À moins que les Européens acceptent d’allonger leur semaine de travail... Si ce scénario n’est pas impossible, il est peu probable.

À la une

Comment utiliser votre résidence comme un actif de retraite

Mis à jour à 14:30 | Morningstar

Votre logement constitue souvent votre capital le plus important. Voici les principaux moyens d'en tirer parti.

La chaîne de blocs a causé une crise organisationnelle

Mis à jour à 15:36 | François Remy

LES CLÉS DE LA CRYPTO. Tout indiquerait que l'écosystème des cryptomonnaies fait face à une crise de gouvernance.

Binance: croissance et réglementation au menu de Richard Teng

09/04/2024 | AFP

Richard Teng revient sur ses priorités, les sommets du prix du bitcoin ou encore les déboires de son prédécesseur.