Le Canada ne «reconnaîtra jamais» les résultats des référendums en Ukraine

Publié le 28/09/2022 à 08:10

Le Canada ne «reconnaîtra jamais» les résultats des référendums en Ukraine

Publié le 28/09/2022 à 08:10

Par La Presse Canadienne

Le dernier jour de vote se déroulait mardi dans les régions d’Ukraine contrôlées par la Russie. (Photo: La Presse Canadienne)

Ottawa — Le premier ministre Justin Trudeau affirme que «le Canada ne reconnaît pas et ne reconnaîtra jamais les résultats» des référendums organisés dans les régions occupées de l’Ukraine par la Russie.

Dans une déclaration écrite, Justin Trudeau souligne que les «soi-disant référendums» tenus par la Russie dans les régions occupées de Donetsk, Louhansk, Kherson et Zaporijia, en Ukraine, n’ont «absolument aucune légitimité».

«Ces référendums contreviennent clairement au droit international et sont motivés par le fait que le président (russe Vladimir) Poutine croit qu’il peut redessiner la carte du monde à sa guise.

«Le Canada ne reconnaît pas et ne reconnaîtra jamais les résultats de ces simulacres de référendums ou toute tentative illégale d’annexion de territoires ukrainiens par la Russie», a tranché Justin Trudeau.

Le dernier jour de vote se déroulait mardi dans les régions d’Ukraine contrôlées par la Russie, où les référendums devraient servir de prétexte à leur annexion par Moscou. Le Kremlin affirme que les résidents d’une grande partie du pays ont massivement soutenu le rattachement à la Russie lors de ces scrutins.

Moscou a dépeint ces référendums comme libres et équitables, reflétant le désir d’autodétermination du peuple. Des dizaines de milliers d’habitants avaient déjà fui les régions à cause de la guerre, et des images partagées par ceux qui restaient montraient des troupes russes armées faisant du porte−à−porte pour faire pression sur les Ukrainiens pour qu’ils votent.

La Russie a multiplié les avertissements selon lesquels elle pourrait déployer des armes nucléaires pour défendre son territoire, y compris les terres nouvellement acquises. Elle a également continué à mobiliser plus de 250 000 soldats supplémentaires pour se déployer sur une ligne de front de plus de 1000 km.

Justin Trudeau a par ailleurs prévenu que d’autres sanctions seront imposées contre des «personnes et des entités qui sont complices de cette nouvelle tentative de miner les principes de la souveraineté de l’État et qui partagent la responsabilité des carnages insensés qui ont lieu en ce moment à travers l’Ukraine».

«Le Canada réitère également qu’il condamne avec fermeté les crimes de guerre de la Russie en Ukraine, qui comprennent des viols, de la torture et des meurtres de civils commis à l’aveugle. Nous nous prévaudrons de tout outil à notre disposition pour veiller à ce que ces violations du droit international ne restent pas impunies.

«Le territoire ukrainien restera aux mains de l’Ukraine», a conclu le premier ministre dans sa missive.

Lundi, la Chambre des communes avait adopté à l’unanimité une motion pour condamner les «référendums truqués» et avait indiqué qu’elle ne reconnaîtrait jamais la légitimité de ces scrutins.

Toujours de passage dans l’est du pays à la suite du passage de la tempête post−tropicale Fiona, mercredi, le premier ministre Trudeau s’entretiendra avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, selon ce qui est indiqué dans son agenda officiel.

 

Sur le même sujet

L’année 2022 en dix records

06/12/2022 | AFP

La population mondiale a passé le cap des 8 milliards à la mi-novembre.

Les pays de l'OTAN promettent d'aider l'Ukraine à braver l'hiver

Mis à jour le 29/11/2022 | AFP

Les pays membres de l'OTAN réunis à Bucarest mardi se mobilisent pour aider l'Ukraine.

À la une

Après les États-Unis, cette PME veut imposer ses standards en Europe

Il y a 26 minutes | François Normand

Aux États-Unis, son Safety Arm System (SAS), le bras jaune installé sur les civières, est devenu la norme.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour il y a 8 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les Bourses mondiales dans l'attente de chiffres sur l'inflation américaine

Bourse: le pour et le contre des ventes à perte à des fins fiscales

Il y a 56 minutes | Denis Lalonde

BALADO. Après une année difficile, le moment est peut-être venu de procéder à des ventes à perte à des fins fiscales.