Yuan: Obama accuse la Chine de "fausser" les échanges

Publié le 06/10/2011 à 14:19, mis à jour le 16/10/2013 à 20:52

Yuan: Obama accuse la Chine de "fausser" les échanges

Publié le 06/10/2011 à 14:19, mis à jour le 16/10/2013 à 20:52

Par AFP

Le président américain Barack Obama a accusé jeudi la Chine de "fausser" les échanges commerciaux mondiaux en intervenant sur le marché des changes pour faire baisser la valeur de sa monnaie, le yuan.

"La Chine a été très offensive pour fausser le système des échanges commerciaux à son avantage et aux dépens d'autres pays, en particulier les Etats-Unis", a déclaré M. Obama lors d'une conférence de presse.

"Et la manipulation du taux de change est un exemple de cela, ou du moins les interventions sur les marchés des changes qui ont abouti à ce que leur monnaie vaille moins que ce que le marché dicterait normalement", a-t-il ajouté.

Il a estimé que compte tenu de ces interventions de Pékin, l'appréciation du yuan restait insuffisante.

"Cela rend leurs exportations moins chères, et cela rend nos exportations vers eux plus chères. Donc nous avons vu une certaine amélioration, une légère appréciation (du yuan) depuis un an. Mais ce n'est pas assez", a dit le président américain.

M. Obama s'exprimait alors que le Sénat examine actuellement un projet de loi visant à pénaliser la Chine en poussant le Trésor à accuser formellement Pékin de manipuler sa monnaie et à appliquer des sanctions le cas échéant.

Le texte a franchi une nouvelle étape jeudi au Sénat --à majorité démocrate-- avec un vote procédural de 62 voix contre 38 en faveur de la clôture des débats. Ce vote favorable ouvre la voie à un possible vote final dans les prochaines heures.

Mais du côté de la Chambre, dominée par les républicains, le président de l'assemblée, John Boehner, a déjà averti qu'un tel projet de loi était "dangereux" selon lui et risquait de déclencher une guerre commerciale.

La banque centrale chinoise a décidé en juin 2010 de laisser le cours du yuan flotter plus librement par rapport au dollar, après l'avoir maintenu quasi fixe pendant deux ans. Depuis, il s'est apprécié de quelque 7%.

Les Etats-Unis continuent de considérer que le yuan est nettement sous-évalué.

Mais dans le rapport que le département du Trésor doit remettre deux fois par an au Congrès sur d'éventuels abus des principaux partenaires commerciaux des Etats-Unis en matière de taux de change, l'exécutif s'est toujours refusé, depuis une dévaluation brutale en 1994, à considérer que la Chine se livrait à une "manipulation" de sa monnaie.

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…