Canada: accord sur l'investissement avec le Koweït

Publié le 26/09/2011 à 13:49, mis à jour le 16/10/2013 à 22:04

Canada: accord sur l'investissement avec le Koweït

Publié le 26/09/2011 à 13:49, mis à jour le 16/10/2013 à 22:04

Par AFP

Le Canada et le Koweït ont conclu lundi un accord bilatéral sur la promotion et la protection des investissements étrangers, à l'occasion de la visite à Ottawa du Premier ministre koweïtien Nasser Mohammad al-Ahmad Al-Sabah.

Son homologue canadien Stephen Harper a déclaré espérer que l'accord "favoriserait le commerce et l¹investissement bilatéraux en procurant un meilleur climat de prévisibilité et de certitude aux investisseurs des deux pays".

Le Koweït offre aux Canadiens d¹importantes possibilités d¹investissement, particulièrement dans les domaines de la fabrication et de l¹infrastructure, a souligné le gouvernement d'Ottawa dans un communiqué. En 2010, les échanges bilatéraux entre les deux pays ont atteint 129 millions de dollars, les exportations canadiennes se chiffrant à 97 millions de dollars.

Le document a été signé à Ottawa par le ministre canadien du Commerce international Ed Fast et le chef de la diplomatie koweïtienne Muhammad Sabah Al-Salem Al-Sabah.

Cette visite, la première au Canada d¹un Premier ministre du Koweït, intervient alors que l'opposition koweïtienne réclame sa démission à la suite d'une affaire de corruption impliquant de nombreux parlementaires.

Les deux pays ont signé cet été un accord de soutien logistique permettant aux forces armées canadiennes d'utiliser des installations au Koweït pour faire transiter le matériel militaire qu'elles ont utilisé pendant leur mission de combat en Afghanistan, qui a pris fin en juillet.

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…