Printemps arabe: le G8 double son aide

Publié le 10/09/2011 à 18:59, mis à jour le 17/10/2013 à 08:08

Printemps arabe: le G8 double son aide

Publié le 10/09/2011 à 18:59, mis à jour le 17/10/2013 à 08:08

Par AFP
Cet engagement, qu'elle doit confirmer d'ici la fin du mois, devrait lui permettre d'aider les pays arabes, notamment leur secteur privé, à hauteur de 2,5 milliards d'euros par an.

Par ailleurs, l'aide bilatérale des membres du G8 devrait augmenter dans les mêmes proportions, a expliqué le ministre français des Finances François Baroin, dont le pays préside cette année le forum des grandes puissances. Elle passerait ainsi de 20 milliards annoncés en mai à quelque 40 milliards de dollars.

Toutes ces annonces ne prennent pas en compte les ressources qui pourraient être mises à disposition par le FMI, soit au total des prêts pour 35 milliards de dollars pour l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient.

Les membres du Partenariat de Deauville ont salué les plans d'action présentés par les quatre Etats arabes, qui "démontrent une volonté claire et partagée d'oeuvrer à une prospérité accrue pour les peuples concernés".

La Libye, après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, était présente à Marseille en tant qu'observateur et a été invitée à rejoindre dès que possible le partenariat.

Le Conseil national de transition (CNT), issu de la rébellion qui a pris Tripoli fin août, est d'ailleurs désormais reconnu comme gouvernement légitime de la Libye par le FMI, a annoncé samedi Christine Lagarde. Il pourra bénéficier de son soutien pour "aider l'économie à se redresser rapidement".

Depuis mai, les promesses du G8 ont tardé à se concrétiser et la frustration a grandi dans les pays concernés.

"Nous comprenons cette frustration, il y a un retard à l'allumage", a dit à l'AFP un délégué d'une institution financière. Mais les bailleurs de fonds "doivent bien comprendre quels interlocuteurs ils ont en face" et ont besoin, en contrepartie de leur aide, de détails sur les réformes envisagées par les gouvernements arabes, a-t-il expliqué.

Bien qu'aucun calendrier précis n'ait été fixé, François Baroin a jugé que les fonds devaient être "décaissés dans les meilleurs délais".

"Ce ne sont pas des paroles (...) c'est du concret, c'est du rapide", a insisté le ministre français.

À la une

En route pour l'environnement

Édition du 13 Octobre 2021 | Nicolas St-Germain

MILLE MOTS. Parmi les Canadiens sur le point d’acheter une voiture, 35 % d’entre eux envisagent de se procurer...

Prochain redécoupage: le Canada aura 342 circonscriptions, le Québec perd un siège

Le nombre de sièges est recalculé tous les dix ans après un recensement.

Goldman Sachs voit son bénéfice bondir mais reste attentif aux risques pesant sur l'économie

14:00 | AFP

Il a été tiré par les revenus générés par la division de banque d’investissement, qui se sont envolés de 88%.