Fatima Houda Pépin relevée de ses fonctions

Publié le 07/08/2020 à 09:53

Fatima Houda Pépin relevée de ses fonctions

Publié le 07/08/2020 à 09:53

Par La Presse Canadienne
Un drapeau du Québec

(Photo: 123RF)

Le ministère des Relations internationales et de la Francophonie a mis fin jeudi au mandat de Fatima Houda−Pepin à titre de déléguée générale du Québec à Dakar, au Sénégal.

Un processus de remplacement sera entrepris sous peu afin de désigner la personne qui succèdera à Fatima Houda−Pepin.

Le ministère ajoute dans un bref communiqué que conformément à la Loi sur la protection des renseignements personnels, les détails de cette décision administrative sont confidentiels.

Cependant, il y a six mois, La Presse Canadienne rapportait que dès son entrée en fonction, l’automne dernier, Mme Houda−Pepin avait éprouvé des difficultés à gérer le personnel mis à sa disposition et que le ministère avait dû intervenir deux fois en dépêchant des équipes à Dakar, notamment pour calmer le jeu et vérifier le bien−fondé de plaintes formulées à son endroit. 

Mme Houda−Pepin n’avait pas donné sa version des faits.

On ignore si ces informations ont un lien avec la décision du ministère de mettre fin à son mandat. 

Fatima Houda−Pepin, une ancienne vice−présidente de l’Assemblée nationale, a été élue députée du Parti libéral (PLQ) dans La Pinière, en Montérégie, en 1994 et a été réélue en 1998, en 2003, en 2007, en 2008 et en 2012. Elle a siégé comme indépendante à partir de janvier 2014 avant d’être défaite aux élections.

À la une

Le secret d'un démarrage réussi

Il y a 23 minutes | Dominic Gagnon

BLOGUE INVITÉ. Pas besoin d'une grande idée pour se lancer en affaires, mais plutôt d'une bonne solution.

Le Canada se dirigerait vers une «courte» récession «modérée» en 2023, selon RBC

Il y a 51 minutes | La Presse Canadienne

Dans un nouveau rapport, la Banque Royale dit s'attendre à ce que les prix des maisons chutent de 10%.

Il faut diversifier l’approvisionnement en panneaux solaires, dit l'AIE

Il y a 34 minutes | La Presse Canadienne

L'Agence internationale de l'énergie met en garde contre ce marché contrôlé à 80% par la Chine.