Le double effet de l'épargne sur vos objectifs de retraite

Publié le 10/12/2014 à 08:34

Le double effet de l'épargne sur vos objectifs de retraite

Publié le 10/12/2014 à 08:34

Par Institut québécois de planification financière

Accumuler suffisamment de capital pour financer une retraite qui pourrait durer 30 ans peut sembler une montagne insurmontable, surtout lorsqu’on regarde uniquement le capital nécessaire au moment de la retraite.

Pourtant, lorsqu’on analyse la situation en fonction de l’épargne annuelle nécessaire pour atteindre notre objectif, la montagne se transforme rapidement en colline et l’effort à fournir semble davantage à notre portée. Vous serez surpris d’apprendre qu’il n’est pas ici question de la fameuse « magie » des intérêts composés, mais d’un concept mathématique beaucoup plus simple : plus on épargne, moins on dépense.

L’objectif à la retraite est généralement de pouvoir dépenser autant que pendant la vie active, moins les dépenses liées au travail. Or, lorsqu’on considère le fait que, pour épargner 1 000 $ par année, il faut dépenser 1 000 $ de moins par année, eh bien, cela vient diminuer le montant total à épargner! En effet, bien ancrée, cette nouvelle habitude de consommation devrait se poursuivre à la retraite et, toutes choses étant égales par ailleurs, le revenu net annuel nécessaire devrait être réduit de 1 000 $[1].

Vous l’aurez compris, cette épargne supplémentaire annuelle augmente non seulement le capital disponible à la retraite, mais elle réduit également le montant qu’il faudra avoir accumulé à ce moment.

Les mathématiques ne mentent pas!


[1] Cet exemple vise à illustrer un concept et ne tient pas compte de la fiscalité.

À la une

L'épargne-retraite devient hors de portée pour les jeunes adultes canadiens

Il y a 38 minutes | La Presse Canadienne

79% des Canadiens âgés de 18 à 34 ans affirment qu’épargner pour la retraite coûte trop cher.

«Au secours, mon salaire ne me permet plus de m'en sortir!»

MAUDITE JOB! «Encore 15 jours d'inflation comme ça et je ne vais pas réussir à boucler la fin de mois.»

La pérennité des dons compromise auprès des organismes philanthropiques

PHILANTHROPIE. Au cours des cinq dernières années, le nombre de dons a diminué de 2,7%.