L'issue imprévisible de la vente à découvert


Édition de Mars 2022

L'issue imprévisible de la vente à découvert


Édition de Mars 2022

Le dirigeant de Scion Asset Management, Michael Burry, a tenté de vendre le titre de Tesla à découvert, mais il n’a pas eu de succès. (Photo: 123RF)

L’automne dernier, deux grandes entreprises québécoises inscrites au S&P/TSX, Lightspeed et Nuvei, se sont retrouvées dans la mire d’un grand vendeur à découvert, Spruce Point Capital Management. La valeur des titres en a pris un coup. Les actions des entreprises ciblées de la sorte s’écroulent-elles toujours sous la pression? La vente à découvert — short selling — fonctionne de manière assez simple. Un vendeur à découvert emprunte des actions, puis les vend en espérant que leur valeur baisse, lui permettant de les racheter à moindre coût, pour ensuite les redonner au prêteur et empocher la différence.

Bien sûr, pour que la tactique soit rentable, la valeur du titre doit reculer, et non augmenter. Ce que font les vendeurs à découvert, généralement, est donc de se lancer dans une enquête sur une entreprise donnée dans l’espoir de déterrer ou de relever des informations qui pourraient faire baisser la valeur du titre.

Dépendamment de la gravité de ce qui est mis au jour, et de la force du marché, les titres peuvent en prendre un bon coup, note Vincent Fournier, gestionnaire de portefeuille à Claret. «Le prix d’une action dépend à court terme du nombre d’acheteurs et de vendeurs, dit-il. C’est sûr qu’après une sortie de rapport, ça fait une pression à la baisse. Si l’entreprise avait des pratiques douteuses ou illégales, ça peut être très difficile pour elle de s’en remettre.»

 

Utile, en théorie

En théorie, la vente à découvert sert une fonction véritable sur les marchés, explique le gestionnaire de portefeuille. Elle donne un incitatif à certains joueurs de se lancer dans des recherches qui ne seraient autrement sûrement pas menées.

Carson Block, par exemple, le fondateur de la société américaine de recherche et d’investissement Muddy Waters, avait, il y a dix ans, monté un important dossier sur Sino-Forest, une entreprise chinoise inscrite en Bourse au Canada. Dans son dossier, publié au début du mois de juin 2011, le fondateur accusait l’entreprise d’avoir des pratiques frauduleuses. Le titre a vu sa capitalisation boursière reculer de 3 milliards de dollars en quelques semaines et l’entreprise a par la suite fait faillite. La Commission des valeurs mobilières de l’Ontario a même jugé, quelques années plus tard, qu’il s’agissait d’une des plus grandes fraudes corporatives de l’histoire du pays.

Dans les cas de Lightspeed (LSPD, 35,58 $) et de Nuvei (NVEI, 71,65 $), les titres ont tous deux plongé immédiatement après s’être fait cibler par Spruce Point. Après la sortie du rapport sur Lightspeed, par exemple, la valeur de son titre a dégringolé rapidement, passant d’un sommet de 158,95 $ le 22 septembre à 108,14 $ le 8 octobre, une chute de 31,9 %. Le titre a continué de s’essouffler durant l’hiver, subissant notamment une autre forte baisse à la suite de la publication de résultats décevants pour le deuxième trimestre de son exercice 2022, en novembre.

Dans le cas de Nuvei, la sortie du rapport, le 8 décembre, a été suivie d’une baisse de 36,7 % en une seule séance: la valeur de l’action a chuté de 122,73 $ à 77,59 $. Au 17 février, le titre stagnait toujours à 71,65 $, loin de son sommet historique de 180 $ atteint en septembre dernier.

 

Pas toujours l’effet escompté

La nouvelle d’un pari par un vendeur à découvert, toutefois, n’est pas toujours suivie d’une chute des titres ciblés, note Pascal Charpentier, gestionnaire de portefeuille à iA Gestion privée de patrimoine. «En théorie, le but de la vente à découvert, c’est de dessouffler les bulles, dit-il. Mais si on regarde Tesla (TSLA, 876,35 $ US), par exemple, l’entreprise vaut trop cher, et le dirigeant de Scion Asset Management, Michael Burry, a tenté de vendre le titre à découvert, mais il n’a pas eu de succès.» En effet, après que le pari du fameux investisseur eut été révélé dans les journaux le 18 mai 2021, le titre est passé de 577,87 $ US à 630,85 $ US le 27 mai. Dans le cas de Dollarama (DOL, 64,17 $), qui a aussi été ciblée par Spruce Point, l’histoire est similaire. Le 31 octobre 2018, le vendeur à découvert a publié un rapport critiquant la gouvernance et la gestion de l’entreprise. Le titre a reculé légèrement, passant de 36,81 $ le 31 octobre à 30,70 $ le 1er décembre de la même année, avant de se redresser progressivement par la suite.

Même histoire pour Canadian Tire (CTC.A, 188,68 $). Le détaillant s’est fait cibler par Spruce Point, qui a publié un rapport sur la société le 5 décembre 2019, mais le titre, qui se négociait alors aux alentours de 147 $, a reculé d’à peine 1 %. Le titre a bien basculé, mais seulement au début de la pandémie de COVID-19. Il a toutefois fini par reprendre sa valeur, et même plus.

En somme, difficile de prévoir la trajectoire d’un titre après une attaque de vendeurs à découvert. «Si vous détenez des titres d’une compagnie ciblée, il est donc difficile, de façon générale, de vous conseiller de vendre ou pas, dit Pascal Charpentier. Il faut vraiment étudier le dossier en détail.»

Sur le même sujet

À surveiller: Boralex, Cascades et Canadian Tire

13/05/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Boralex, Cascades et Canadian Tire? Voici quelques recommandations d’analystes.

Canadian Tire utilise ses données de fidélisation pour stimuler ses ventes

L’utilisation des données clients pour cibler plus efficacement les ventes profite également aux marges.

À la une

Bourse: Toronto clôture en baisse de près de 200 points

Mis à jour à 17:47 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street finit en ordre dispersé, la baisse des taux profite au secteur technologique.

À surveiller: Boralex, Air Canada et Canopy Growth

09:15 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Boralex, Air Canada et Canopy Growth ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les sociétés technologiques affichent moins de postes

Les start-up ont commencé à gérer leurs finances de manière plus serrée en raison de la débâcle du secteur à la Bourse.