Les FPI pris dans les soubresauts


Édition du 12 Avril 2023

Les FPI pris dans les soubresauts


Édition du 12 Avril 2023

(Photo: 123RF)

GESTION DE PATRIMOINE. Les ramifications des inquiétudes sur le système bancaire ont pris pour dernière victime les fiducies de placement immobilier (FPI).

Le secteur, dont les rendements en dividendes élevés plaisent aux investisseurs, a chuté d’environ 10 % en mars.

Parmi les titres les plus durement frappés du secteur, il y a les FPI possédant des immeubles de bureaux, qui offrent aux entreprises des locations d’infrastructures et d’espaces commerciaux. En moyenne, les FPI de bureaux ont vu leurs valorisations boursières chuter d’environ 24% au cours du mois, ce qui fait de cette industrie la moins performante du secteur pendant cette période.

Parmi les FPI couvertes par les analystes d’actions de Morningstar, SL Green Realty (SLG, 22,80 $US), Vornado Realty Trust (VNO, 15,04 $US), et Boston Properties (BXP, 52,49 $US) ont été parmi les moins performants ce mois-ci, affichant une baisse d’au moins 25 %. Les FPI canadiennes se sont mieux comportés, mais sans plus, avec une baisse d’environ 17 % pour Allied Properties (AP.UN, 22,87 $) et de 9% pour Riocan (REI.UN, 20,41 $).

Bianca Rose, gestionnaire principale de portefeuille à Morningstar Investment Management, affirme que le récent épisode bancaire a souligné deux risques auxquels était exposé le secteur de l’immobilier:le risque lié au locataire et la stabilité du système financier. Ces risques mettent encore plus sous pression les fonds des FPI provenant de l’exploitation et affectent leur capacité à refinancer les dettes arrivant à échéance.

 

Pourquoi les actions des FPI sont-elles en train de chuter ?

Les troubles de l’industrie bancaire ont mis en lumière comment des conditions qui se détériorent dans un secteur donné de l’économie peuvent avoir des répercussions sur un autre, dit Bianca Rose. C’est notamment le cas parce que les faillites bancaires conduisent les prêteurs à devenir plus prudents dans l’octroi de prêts, ce qui pourrait signifier que les entreprises malmenées trouveront encore plus difficile d’honorer leurs obligations.

 

Pourquoi le risque lié au locataire est important

Le risque lié au locataire — quand ce dernier arrête de payer son loyer — fait du mal à certaines FPI, et de bien des manières ! D’abord, les FPI sont tenues de transférer au moins 90 % du revenu de leurs propriétés et de les restituer aux actionnaires.

Cela limite leur capacité à mettre de côté de gros montants d’argent pour les jours difficiles comme peuvent le faire d’autres sociétés aux flux de trésorerie importants. De plus, les 10 % restants doivent aussi être divisés pour rembourser des dettes, ce qui limite le montant que les FPI peuvent mettre de côté.

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour à 17:46 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

S’enrichir une page à la fois

Édition du 20 Septembre 2023 | Denis Lalonde

EN ACTION. Pendant mes vacances estivales, j’ai choisi de me détendre un peu en lisant deux ouvrages sur la Bourse.

À la une

Comment intéresser les bailleurs de fonds aux causes invisibles?

Édition du 20 Septembre 2023 | Emilie Laperrière

PHILANTHROPIE. Pour le climat, le mouvement philanthropique est en marche.

Bourse: Toronto recule de plus de 100 points

Mis à jour à 18:02 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Malgré la hausse du cours du pétrole. Wall Street termine en ordre dispersé.

À surveiller: BCE, Air Canada et Boralex

Que faire avec les titres de BCE, Air Canada et Boralex? Voici quelques recommandations d’analystes.