Vos fonds négociés en Bourse sont à l'abri

Publié le 28/02/2009 à 00:00, mis à jour le 08/10/2013 à 08:58

Vos fonds négociés en Bourse sont à l'abri

Publié le 28/02/2009 à 00:00, mis à jour le 08/10/2013 à 08:58

Par Yannick Clérouin

J'ai investi des cotisations REER dans des fonds négociés en Bourse iShares. Ces fonds sont offerts par Barclays Canada, une filiale de la banque Barclays, qui est durement touchée par la crise financière. Est-ce que je risque de perdre mes placements si Barclays fait faillite ? - C.K.

Les placements dans les fonds négociés en Bourse (FNB) iShares sont à l'abri des problèmes financiers de la banque britannique Barclays.

En effet, les sommes investies dans les FNB sont détenues dans une entité juridiquement distincte et séparée de la société qui les gère (Barclays Canada) et des tierces parties qui lui fournissent des services, tel le gardien de valeurs.

Donc, même si la banque Barclays se plaçait à l'abri de ses créanciers, les placements dans les FNB iShares ne seraient pas touchés.

Cela dit, je crois peu probable que Barclays fasse faillite. Certes, le géant financier a dû radier pour plusieurs milliards de dollars d'actif au cours de la dernière année. La banque a été forcée de renflouer son capital en émettant beaucoup d'actions et son titre a fondu de 86 % en un an.

Le 19 février, le blogue du quotidien Financial Times (ft.com/alphaville) a rapporté une rumeur faisant état de la possibilité que Barclays vende Barclays Global Investors, sa division de gestion d'actifs qui possède Barclays Canada. Barclays aurait encore besoin d'augmenter son capital.

À mon avis, le pire scénario pour la banque Barclays serait d'être étatisée par le gouvernement britannique. Cela ébranlerait la confiance des investisseurs, mais n'aurait pas d'effet sur les placements dans les iShares.

J'ai des placements REER de 150 000 $ chez Épargne Placement Québec. Mon frère m'a suggéré de transférer mes épargnes dans une institution financière fédérale, car c'est à son avis plus sécuritaire qu'un organisme québécois. Qu'en pensez-vous ? - G. Loiselle

À mon avis, il n'y a aucune raison de craindre une faillite du gouvernement du Québec. Le risque m'apparaît plus théorique que réel. Avant d'en arriver à un tel scénario, la province pourrait vendre des éléments d'actif de grande valeur, dont la Société des alcools et Hydro-Québec.

Si la santé financière du Québec vous inquiète vraiment, vous pouvez toujours opter pour des obligations émises par le gouvernement fédéral. Mais selon moi, il n'y a aucune raison logique d'effectuer un tel transfert.

yannick.clerouin@transcontinental.ca

À la une

À la une: les 300 plus grandes entreprises

Édition du 25 Mai 2022 | Les Affaires

Découvrez notre classement et les meilleures stratégies de recrutement.

Prospérer malgré l'adversité

Édition du 25 Mai 2022 | Marine Thomas

BILLET. Les grandes entreprises font face à des défis sans précédent et elles s’en tirent brillamment!

Recrutement: les grandes entreprises ont su tirer leur épingle du jeu malgré la pandémie

Édition du 25 Mai 2022 | Catherine Charron

SPÉCIAL GRANDES ENTREPRISES. La gestion des ressources humaines a connu une période d’ébullition incroyable.