Les prévisions de Stephen Jarislowsky pour 2010

Publié le 18/12/2009 à 14:25

Les prévisions de Stephen Jarislowsky pour 2010

Publié le 18/12/2009 à 14:25

Par Denis Lalonde

«En 2010, je préfère le marché boursier américain à celui du Canada», affirme Stephen Jarislowsky. Photo : Lesaffaires.com

Stephen Jarislowsky se dit surpris par la robustesse de la remontée boursière depuis le mois de mars et recommande d’investir aux États-Unis plutôt qu’au Canada en 2010.

Depuis le 1er mars, la Bourse de Toronto a effectué un rebond d’environ 50%, alors que le S&P/500 américain a progressé de près de 57%.

«C’est comme si les investisseurs avaient oublié tout ce qui s’est passé avant le mois de mars et n’avaient rien appris de la crise», dit-il en entrevue avec Lesaffaires.com.

Secteurs à surveiller

Stephen Jarislowsky considère que les consommateurs sont actuellement trop endettés au Canada: «Dans ce contexte, il faudra voir de quoi les citoyens pourront se passer l’an prochain. Les entreprises évoluant dans ces secteurs vivront des temps difficiles», croit-il.

Du côté des ressources naturelles, le gestionnaire est d’avis que le prix du pétrole devrait demeurer relativement stable tout au long de l’an prochain, avec un plancher à 60 dollars américains.

En ce qui concerne l’or, qui a récemment touché un sommet historique à 1 218 dollars américains l’once, M. Jarislowsky se montre plutôt pessimiste: «Nous sommes actuellement dans une bulle aurifère. Les prix viennent de grimper en flèche et redescendront en flèche», prévoit-il.

Dollar canadien et marchés boursiers

Avec la baisse des ressources naturelles, il serait surprenant que le dollar canadien grimpe à parité avec la devise américaine.

«En 2010, je préfère le marché boursier américain à celui du Canada. On y retrouve beaucoup plus de titres de multinationales. De plus, si le dollar canadien décline, il vaut mieux investir en devise américaine», explique-t-il.

PLUS : Jarislowsky : la récession est loin d’être terminée

 

 

À la une

Choisir la collaboration plutôt que les profits

Le modèle des communs, c'est sortir de l'idée qu'on peut faire de l'argent sur des besoins de subsistance.

Mondial-2022: aller ou pas au Qatar? L'onéreux dilemme des commanditaires.

12:52 | AFP

Est-il opportun pour une marque de s’afficher au Mondial-2022?

Les pénuries de personnel et l'épargne devraient amortir la récession, croit Deloitte

Il y a 38 minutes | La Presse Canadienne

Certains signes précurseurs d’un ralentissement sont déjà visibles.