Doit-on favoriser le CELI ou le REER ?

Publié le 07/02/2009 à 00:00, mis à jour le 08/10/2013 à 07:38

Doit-on favoriser le CELI ou le REER ?

Publié le 07/02/2009 à 00:00, mis à jour le 08/10/2013 à 07:38

Par Yannick Clérouin

Nous sommes un couple de retraités du gouvernement et sommes âgés de 61 ans.

Nous nous demandons s'il est plus avantageux de cotiser au REER ou au CELI. Le REER offre une déduction d'impôt, ce qui lui procure un avantage sur le CELI. Par contre, nous devrons payer de l'impôt sur les montants que nous retirons du REER. Comme nous pourrions avoir besoin de l'argent cotisé avant 71 ans, le CELI nous paraît plus avantageux que le REER. Est-ce le cas ?

- Y. Paré

L'idéal serait de cotiser à la fois au REER et au CELI (compte d'épargne libre d'impôt), de façon à mettre le plus d'argent possible à l'abri de l'impôt. Malheureusement, peu d'épargnants ont ce luxe : soit qu'ils n'ont pas assez d'épargne, soit qu'ils n'ont pas de droits de cotisation au REER inutilisés.

Si vous pouvez cotiser seulement à l'un ou l'autre, votre décision dépend avant tout de vos besoins.

Si vous prévoyez utiliser votre épargne pour voyager ou rénover votre maison d'ici quelques années, le CELI constitue selon moi le meilleur choix, car il est plus flexible que le REER. Vous pouvez en retirer des sommes à tout moment, et les revenus de placement du CELI ne sont pas imposables. En outre, les montants retirés du CELI s'ajoutent à vos droits de cotisation des années ultérieures.

Une autre bonne raison de favoriser le CELI est la diversification de vos outils de placement pour la retraite. À titre de retraités gouvernementaux, vous bénéficiez d'un régime de pension. Vous avez aussi sûrement cotisé à votre REER pendant votre vie active. En cotisant au CELI, vous diversifierez vos sources de revenus de retraite et vous vous protégerez ainsi partiellement contre l'éventualité que le taux d'imposition sur les retraits du REER augmente.

Contrairement au REER, les montants retirés du CELI ne s'ajoutent pas à votre revenu imposable, ce qui n'aura pas pour effet de réduire certaines prestations gouvernementales fondées sur le revenu.

Sur le plan de l'efficacité fiscale, les experts recommandent de favoriser le REER si votre taux d'imposition au moment de la cotisation est supérieur à celui au moment du retrait des fonds accumulés.

Le site Taxtips.ca offre une calculatrice qui vous indiquera l'effet des cotisations sur votre revenu imposable.

Il est permis de cotiser au REER jusqu'à 71 ans

Peut-on continuer de cotiser à un REER quand on est à la retraite ? Sinon, est-il à tout le moins possible d'utiliser ses droits de cotisation inutilisés ?

- Roland Bélanger

Même si vous êtes à la retraite, vous pouvez continuer de cotiser à votre REER jusqu'au 31 décembre de l'année de votre 71e anniversaire. Après cette date, vous devez retirer vos épargnes de votre REER, ou convertir votre REER en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou en rente.

Vous pouvez reporter la déduction d'impôt pour une cotisation au REER à une année ultérieure, même plusieurs années après avoir converti votre REER. Cette stratégie vous aidera à réduire votre facture d'impôt d'une année où vous toucherez un revenu imposable plus important.

De plus, cette stratégie peut vous rendre admissible à certains crédits d'impôt et peut réduire l'impôt spécial de récupération des prestations de programmes sociaux fondés sur le revenu.

Enfin, les personnes âgées de plus de 71 ans gagnant un revenu et ayant des droits de cotisation inutilisés peuvent cotiser au REER de leur con-joint jusqu'à la fin de l'année où celui-ci atteint 71 ans.

yannick.clerouin@transcontinental.ca

À la une

Ă€ la une: les 300 plus grandes entreprises

Édition du 25 Mai 2022 | Les Affaires

Découvrez notre classement et les meilleures stratégies de recrutement.

Prospérer malgré l'adversité

Édition du 25 Mai 2022 | Marine Thomas

BILLET. Les grandes entreprises font face à des défis sans précédent et elles s’en tirent brillamment!

Recrutement: les grandes entreprises ont su tirer leur épingle du jeu malgré la pandémie

Édition du 25 Mai 2022 | Catherine Charron

SPÉCIAL GRANDES ENTREPRISES. La gestion des ressources humaines a connu une période d’ébullition incroyable.