Des dividendes en danger

Publié le 21/02/2009 à 00:00

Des dividendes en danger

Publié le 21/02/2009 à 00:00

Par Jean Gagnon

Les dividendes des six grandes banques canadiennes équivalent actuellement à 52 % des bénéfices prévus en 2009, ce qui est déjà légèrement supérieur à l'objectif des banques de distribuer entre 40 à 50 % de leurs bénéfices. Mais une baisse de 10 % des bénéfices porterait le ratio de distribution à 59 %, dit M. Rozenberg. Une baisse de 20 % porterait ce ratio à 66 %, et une baisse de 30 % se traduirait par un ratio de 76 %.

La Banque de Montréal, dont le ratio s'établit à 68 %, est la plus susceptible de réduire son dividende. Une baisse de 30 % de son bénéfice propulserait son ratio à 97 %, selon l'analyste.

Les dernières statistiques sur le marché du travail annoncent une hausse des provisions pour pertes que les banques auront à prendre en 2009, selon André-Philippe Hardy, analyste chez RBC Marchés des Capitaux. En effet, plus de 120 000 emplois ont été perdus au Canada en janvier, alors que les économistes prévoyaient plutôt des pertes de 40 000 emplois. Un plus grand nombre d'emprunteurs auront donc de la difficulté à rembourser leurs prêts.

M. Hardy réduit ses prévisions de bénéfice de 7 % en moyenne pour les six grandes banques canadiennes en 2009. À son avis, il est encore trop tôt pour acheter leurs titres.

jean.gagnon@transcontinental.ca

À la une

Norea Capital mise sur Versacom

Il y a 29 minutes | Dominique Talbot

Seulement au Canada, le marché dans lequel Versacom évolue est évalué à 3,5 milliards de dollars.

Bourse: vendre ou ne pas vendre, telle est la question!

SE LANCER EN BOURSE. Acheter des actions est relativement facile, mais les vendre c'est une autre paire de manches.

Deux producteurs de graphite du Québec dénoncent la concurrence chinoise

La North American Graphite Alliance exhorte Washington d’imposer des tarifs sur des importations chinoises de graphite.