CPG Gestion active : Desjardins se défend d'avoir été imprudente

Publié le 14/02/2009 à 00:00, mis à jour le 08/10/2013 à 09:00

CPG Gestion active : Desjardins se défend d'avoir été imprudente

Publié le 14/02/2009 à 00:00, mis à jour le 08/10/2013 à 09:00

Par Jean Gagnon

"Desjardins comprend la déception que peuvent ressentir certains membres à la perspective de rendements nuls sur leur produit d'épargne Placement garanti Gestion active.

Il n'en demeure pas moins que ces membres bénéficient d'une garantie de capital, ce qui n'est pas le cas pour d'autres ayant investi leurs avoirs dans des produits plus exposés aux aléas des marchés et qui ont pu subir des pertes en capital de l'ordre de 30 à 40 %. [...]

Par ailleurs, prétendre que nos gestionnaires auraient pu voir venir la crise ne tient pas la route. Une crise financière prévisible est une crise qui ne se matérialise pas. [...]

Nous ne partageons pas non plus l'affirmation du journaliste selon laquelle nous n'aurions jamais dû vendre ce type de produit à une clientèle qui n'était pas en mesure d'évaluer pleinement le risque. Rappelons que la vente de produits d'épargne à capital garanti s'est faite selon une approche prudente de diversification de portefeuille visant à répondre aux besoins d'une clientèle au profil conservateur, mais néanmoins désireuse de bénéficier de la possibilité de rendements intéressants, potentiellement plus élevés que ceux des épargnes traditionnelles. [...]

La protection du capital aura sans doute permis à nos membres d'éviter des milliards de dollars de pertes au cours de la dernière année.

Desjardins estime avoir offert à ses membres détenteurs de ce type d'épargne le meilleur des deux mondes, une garantie sur le capital investi avec la perspective d'obtenir des rendements supérieurs aux CPG traditionnels. Jusqu'à l'automne 2008, il importe de le souligner, les rendements annuels composés sur le PGGA venu à échéance se sont élevés, en moyenne, à 4 %."

- Direction Information et Relations de presse de Desjardins

Permettez-moi quelques remarques supplémentaires.

Je n'ai pas prétendu que les gestionnaires de Desjardins auraient dû prévoir la chute boursière. J'ai plutôt écrit qu'ils savaient que, si une telle chute se produisait, ils devraient liquider le fonds, et qu'ils avaient sous-estimé la probabilité que cette chute survienne. La gestion du risque consiste à établir la probabilité qu'un événement se produise et à évaluer si le rendement visé justifie l'investissement, en tenant compte de ce risque.

La probabilité que les Bourses chutent de 30 à 40 % en quelques mois était faible, mais elle existait. Pour compenser cette éventualité qui pouvait causer un rendement nul sur les CPG Gestion active, il fallait que le rendement escompté le justifie, c'est-à-dire que le placement permette, si tout va bien, un rendement nettement supérieur aux autres placements dont le capital et le rendement sont garantis.

Or, Desjardins nous informe que, jusqu'à l'automne 2008, les rendements annuels composés sur le PGGA venu à échéance se sont élevés en moyenne à 4 %. Pourtant, entre mars 2003 et le printemps 2008, toutes les Bourses du monde ont presque doublé, permettant des rendements annuels de 15 à 20 %.

Les rendements de 4 % qu'ont procurés les titres de Desjardins sont même inférieurs aux rendements qu'un investisseur était assuré de recevoir s'il achetait tout simplement des obligations garanties de la province de Québec de même échéance que les CPG Gestion active.

Je maintiens que Desjardins n'aurait jamais dû faire courir à ses épargnants le risque d'obtenir un rendement nul alors que l'espérance de gains était si limitée.

jean.gagnon@transcontinental.ca

À la une

N'attendez pas l'entrevue de départ, faites en une de rétention

RHÉVEIL-MATIN. Cette pratique gagne des adeptes en pleine pénurie de main-d'oeuvre.

Le CELI de Guillaume Roy-Gagné: commencer tôt, préserver la cagnotte

Édition du 19 Janvier 2022 | Jean Décary

C’est à la coquette somme de 19 000$ que s’élève la valeur du CELI de ce jeune homme originaire de Saint-Hyacinthe.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Mis à jour il y a 31 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Marchés: l'Europe reste prudente avant l'ouverture à Wall Street qui s'annonce en hausse selon les contrats à terme.