Comment vos capacités décisionnelles durant votre enfance affectent vos placements aujourd'hui

Publié le 07/11/2014 à 09:40

Comment vos capacités décisionnelles durant votre enfance affectent vos placements aujourd'hui

Publié le 07/11/2014 à 09:40

L'intérêt pour la finance comportementale s'est accru depuis la crise financière tumultueuse de 2008-2009 qui a secoué les marchés nord-américains et mondiaux. Cette crise a pulvérisé bien des records, mais pas les bons. Notamment, le 29 septembre 2008, le Dow Jones a chuté de 774 points par rapport à sa clôture de la veille, qui avait marqué la plus grande chute en un seul jour dans l'histoire.

Une crise comme celle-là, ou comme le désastre qui s'est produit au Japon en 2011 , met les investisseurs sur un pied d'alerte, et nombre d'entre eux ne savent pas s'il faut acheter, vendre ou conserver leurs investissements. Aux moments de panique, il est important qu'un investisseur se connaisse lui-même et détermine le meilleur moyen de laisser passer l'orage.

Neil Bendle, professeur adjoint de marketing à l'École de commerce Richard Ivey, dit que c'est pendant l'enfance qu'on apprend à prendre des décisions lors de situations comme un effondrement boursier.

Le livre électronique gratuit de M. Bendle, qui s'intitule Behavioural Economics for Kids (L'économie comportementale expliquée aux enfants) explique cela de manière très détaillée en explorant certains schémas de comportements humains qui commencent pendant l'enfance et affectent plus tard les capacités décisionnelles. Ne vous y trompez pas : même si le livre utilise une imagerie de bande dessinée, c'est une lecture pleine d'enseignements qui est destinée aux adultes. Il explore par exemple les raisons pour lesquelles, pour certaines personnes, il est plus important d'avoir deux cornets de crèmes glacées que d'avoir la crème glacée elle-même.

Voici trois théories du livre électronique de M. Bendle qui s'appliquent aux capacités décisionnelles dans les placements :

 

La dépendance aux références

« Nous n'évaluons pas les produits sur une échelle absolue, mais par rapport à ce que nous avons déjà (ou ce que nous espérions avoir). Nous nous acclimatons à notre condition actuelle. Ce qui était jadis une caractéristique fantastique d'un produit devient tout simplement pour les investisseurs un dû sans intérêt. »

Cela explique l'énigme de la crème glacée. Le fait que l'on possède déjà la crème glacée importe peu, c'est le cornet supplémentaire qui devient un besoin.

Par exemple, si un investisseur s'attend à un rendement de 3 % pour son portefeuille et qu'il perçoit un rendement de 3 %, il y a des cas où il se sent floué. Même si le résultat correspond exactement à ses attentes, il peut paraître terne. Cela peut permettre d'expliquer pourquoi certains investisseurs ne sont pas satisfaits de leur portefeuille et ont du mal à s'en tenir à un plan à long terme, parce qu'ils espèrent constamment gagner plus. Maintenant qu'ils ont le rendement de 3 %, qu'est-ce qu'ils peuvent avoir de plus? Malheureusement, ce type d'investisseur ne sera sans doute jamais satisfait d'en rester à 3 %.

 

L'aversion au risque

« Ce principe primaire est à la base de plusieurs constatations. Il crée des asymétries de mauvais aloi dans les modèles économiques. On a suggéré que c'était la raison de la cherté relative des placements sûrs. En fait, on paie pour ne pas éprouver la douleur des pertes dont s'accompagne la volatilité de certaines actions. »

À la une

Bourse: Toronto clôture en hausse de près de 200 points

Mis à jour il y a 12 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les Bourses cherchent un second souffle après l'accélération de la semaine dernière.

À surveiller: Uni-Sélect, Neighbourly Pharmacy et AGF

09:48 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Uni-Sélect, Neighbourly Pharmacy et AGF? Voici quelques recommandations d’analystes.

Ukraine: la situation sur le terrain au 124e jour

Mis à jour il y a 45 minutes | AFP

L’armée russe tentait lundi de pousser son avantage dans l'est de l'Ukraine.