Louer sa maison à la pièce sans y laisser sa chemise


Édition du 25 Mai 2022

Louer sa maison à la pièce sans y laisser sa chemise


Édition du 25 Mai 2022

Par Charles Poulin

(Photo: 123RF)

IL ÉTAIT UNE FOIS... VOS FINANCES. Plusieurs personnes cherchent un revenu d’appoint, surtout en considérant la hausse marquée du coût de la vie au cours des derniers mois. Certains en profitent pour rentabiliser des pièces, des équipements ou des espaces de leur résidence, quand ce n’est pas la propriété en entier, grâce à des applications d’économie de partage. Avant de plonger tête première, mieux vaut toutefois s’informer sur les risques et les responsabilités pour ne pas y laisser sa chemise.

Il est possible de louer presque toute sa propriété, en entier (Airbnb, Vrbo) et encore à la pièce:votre piscine (Swimply) ou votre stationnement (ParkingForMe, CityParking ou Prkair) ou même votre sofa (Couchsurfing).

Certains prennent même la peine d’investir un peu tellement ils y voient du potentiel.

«J’ai des clients qui louent leur piscine à l’heure et qui n’ont pas nécessairement envie que les gens entrent dans la maison pour aller aux toilettes, explique Jimmy Lacoursière, fiscaliste chez Desjardins Gestion de patrimoine. Alors ils ont fait construire une toilette extérieure avec un vestiaire. Si les revenus sont assez importants, ça se justifie.»

 

Revenus personnels ou constitution en société

Accueillir un étranger qui vient se baigner est toutefois plus complexe que simplement s’inscrire sur une application et recevoir de l’argent.

La question que tous les clients de Jimmy Lacoursière posent est de savoir s’il est mieux de se constituer une société ou d’ajouter ces revenus supplémentaires à ses revenus personnels.

Deux éléments majeurs dicteront la nécessité de créer une société, avance Jimmy Lacoursière. Le premier est le chiffre des revenus tirés de la location. Il rappelle qu’une personne qui touche plus de 30 000$d’activités commerciales taxables (ventes, locations, échanges, etc.) au cours des quatre derniers trimestres doit s’inscrire à la TPS et à la TVQ et doit également collecter les taxes sur les services rendus.

«Le gouvernement oblige toutefois certaines plateformes d’hébergement à charger les taxes même si la personne n’atteint pas le 30 000 $, précise toutefois Jimmy Lacoursière. Il est intéressant, dans ce cas-là, de s’inscrire pour aller chercher certains crédits.»

 

Assurances

Le second élément sera le risque inhérent à la location. Par exemple, une piscine comporte un risque de noyade. Des dommages peuvent également être causés à votre propriété ou à vos biens par les personnes qui les utilisent.

Évidemment, une assurance habitation habituelle ne vous couvrira pas contre les poursuites ou les dommages, rappelle la responsable des affaires publiques au Bureau d’assurance du Canada, Anne Morin.

«Les contrats d’assurance habitation sont conçus pour couvrir les activités de la vie privée d’un assuré, souligne-t-elle. Dès qu’une habitation est utilisée pour gagner un revenu, il est primordial d’en aviser son assureur. C’est le conseil le plus important que l’on puisse donner aux consommateurs.»

Le risque pourrait augmenter pour l’assureur selon la nature et la fréquence des activités, ajoute Anne Morin. Il est donc essentiel de lui fournir l’information permettant d’évaluer le risque et, s’il y a lieu, de modifier le contrat en conséquence. À défaut de le faire, la personne assurée pourrait compromettre son indemnisation si un sinistre survient alors que sa maison est utilisée pour gagner un revenu.

 

Degré d’utilisation

Il est possible pour le locateur de déduire certaines dépenses liées à la location et à l’utilisation de ses biens, un peu de la même manière que le bureau à domicile pour travailleurs autonomes.

«Les dépenses doivent être liées à la location, soutient Jimmy Lacoursière. La publicité, c’est 100 % déductible. Pour ce qui est de la superficie de la résidence, si la chambre louée équivaut à 10% de la maison, toutes les dépenses seront déductibles à 10 %, au prorata du nombre de mois d’utilisation.»Ça se complique un peu lorsqu’on arrive aux dépenses liées à une piscine ou à un jardin loué.

«La règle de base en est une de raisonnabilité, et il faut garder un registre de comment on en arrive à cette utilisation», explique Jimmy Lacoursière.

 

 


Sur le même sujet

À la une

Bourse: Toronto clôture en baisse de près de 200 points

Mis à jour à 17:47 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street finit en ordre dispersé, la baisse des taux profite au secteur technologique.

À surveiller: Boralex, Air Canada et Canopy Growth

09:15 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Boralex, Air Canada et Canopy Growth ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les sociétés technologiques affichent moins de postes

Les start-up ont commencé à gérer leurs finances de manière plus serrée en raison de la débâcle du secteur à la Bourse.