Il n’est jamais trop tôt pour faire un plan successoral!

Publié le 07/06/2023 à 00:01

Selon une récente étude réalisée par IG Gestion de patrimoine à peine 25 % des Canadiens et des Canadiennes possèdent un plan successoral. Ce dernier indique comment devraient s’effectuer le règlement de leurs frais financiers et la distribution de leurs actifs en cas de décès ou de détérioration de leurs fonctions cognitives.

Sophie Thibeault, directrice générale, Planification fiscale et successorale chez IG Gestion de patrimoine, présente son point de vue sur le sujet.Plusieurs raisons expliquent pourquoi la plupart des gens n’ont pas de plan successoral. Ayant commencé sa carrière en tant que notaire, Sophie Thibeault a pu constater combien ce sujet suscitait de vives réactions. « Les gens deviennent émotifs, ils n’ont pas envie de parler de ça. Il est vrai que ce n’est jamais agréable d’imaginer des situations difficiles, comme d’avoir la maladie d’Alzheimer ou de décéder. Mais la planification est une démarche qui permet d’éviter bien des problèmes à long terme. »

Il existe aussi des mythes tenaces qui font en sorte que les gens ne saisissent pas l’importance de faire un plan successoral. « Beaucoup pensent que leur conjoint pourra prendre toutes les décisions à leur place en cas de problème de santé grave. En réalité, il faut une autorisation légale », rectifie-t-elle.

L'une des plus grandes lacunes d'un plan successoral est de ne pas tenir compte de la possibilité d'un éventuel déclin cognitif. Au Canada, la population vieillissante est en croissance, tout comme la proportion de cas de démence dans le pays. Il est donc important que les Canadiens tiennent compte de la possibilité d'une certaine forme de déclin cognitif dans leur plan successoral afin de minimiser les risques financiers futurs. "Dans le cas de la démence, le déclin des fonctions cognitives est progressif, de sorte qu'il est possible de prévoir un mandat avant la perte de toute capacité de prise de décision", affirme Mme Thibeault.

La tendance naturelle chez les humains est d'éviter le sujet de la mort et du déclin cognitif, mais prévoir est un moyen plus sain de gérer les facteurs de stress qui y sont associés. Il est important d'envisager de nombreux scénarios, même les pires. "Les gens ne se rendent pas compte des conséquences financières qu'entraîne le fait d'avoir besoin de soins médicaux ou de devoir déménager dans une maison de retraite lorsque leur santé cognitive se détériore. Sans mandat d'inaptitude ni procuration, les proches sont contraints de s'engager dans une procédure juridique lourde et potentiellement coûteuse. Lorsque vous élaborez un plan successoral complet, vous pouvez profiter pleinement de la vie", déclare Mme. Thibeault.

Par ailleurs, il s’avère troublant de lire ces énoncés issus de l’étude d’IG Gestion de patrimoine :

• Seulement 1/4 des Canadiens et des Canadiennes ont prévu un plan pour le règlement de leurs frais financiers si la maladie d’Alzheimer ou une autre forme de démence devait les frapper;

• À peine 21 % des Canadiens et Canadiennes (16 % des Québécois et Québécoises) ont eu des discussions approfondies avec les bénéficiaires de leur succession et leurs liquidateurs ou liquidatrices.

"Il est extrêmement important de choisir les bonnes personnes et de s'assurer qu'elles sont prêtes à assumer le rôle que vous leur confiez si vous veniez à tomber malade ou à décéder", déclare M. Thibeault.

Pour établir un plan efficace et holistique, il est souhaitable de travailler avec un conseiller financier. "Notre équipe offre un service de soutien personnalisé qui comprend la planification financière à long terme, l'examen des documents juridiques et le suivi pour s'assurer que le plan reste à jour. La sécurité financière de nos clients est notre priorité absolue", conclut-elle.

Enfin, selon Sophie Thibeault, il est judicieux de penser à son plan successoral dès que l’on possède un coussin financier. Pour établir un plan efficace et complet, faire affaire avec un conseiller ou une conseillère est un choix sensé. « Notre équipe offre un service d’accompagnement personnalisé qui comprend la planification financière à long terme, la révision des documents juridiques et des suivis pour s’assurer que le plan reste à jour. La sécurité financière de nos clients, c’est notre priorité », conclut-elle.

Pour établir un plan successoral qui vous permettra d'avoir l'esprit tranquille, communiquez avec un conseiller d'IG Gestion de patrimoine dès aujourd'hui. Pour en savoir plus sur la planification financière pour les personnes vivant avec un déclin cognitif, visionnez Finances et troubles neurocognitifs, un webinaire interactif organisé par IG Wealth Management.!

À la une

Un gouvernement du RN menacerait nos entreprises en France

14/06/2024 | François Normand

ANALYSE. Les droites radicale et populiste minent l’économie et le niveau de vie des pays, selon des études empiriques.

Banque du Canada: jusqu'à cinq baisses de taux d'ici juin 2025

14/06/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les données américaines sur l’inflation pourraient conforter la Banque du Canada dans ses baisses de taux.

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, mais le Nasdaq enchaîne un 5ème record d'affilée

Mis à jour le 14/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé dans le rouge.