L’engagement de Microsoft pour freiner les changements climatiques

Publié le 04/11/2021 à 00:01

Pour Microsoft, s’engager dans une démarche de développement durable ne représente pas une occasion d’affaires à saisir, mais bien une obligation pour freiner les changements climatiques.

«C’est le plus grand défi de l’humanité. Tout le monde doit y participer. Les gouvernements, les entreprises et la population civile», insiste le directeur régional de l’Est du Canada de Microsoft, Brian Cann.

Pour relever ce défi titanesque, le géant de l’informatique préconise la collaboration, les échanges et les partenariats afin de créer une saine émulation propice à l’avènement de nouvelles solutions pour réduire l’impact de l’activité humaine sur le climat.

Le Coopérathon : Desjardins et Microsoft s’unissent

La troisième participation de Microsoft au Coopérathon n’est pas étrangère à cet engagement pour la planète. Cette compétition organisée par le Mouvement Desjardins réunit des citoyens, des universitaires, des institutions ainsi que des entrepreneurs et des entrepreneuses à la recherche de solutions concrètes aux enjeux de société.

« Nous misons beaucoup sur le maillage entre de grands joueurs de l’écosystème socioéconomique et la relève entrepreneuriale, explique le directeur Innovation du Mouvement Desjardins, Mathieu Bélisle. Nous souhaitons que les jeunes pousses puissent développer leurs idées et atteindre l’étape de l’investissement. »

Dans le cadre du Coopérathon, Microsoft a lancé un défi, celui de tirer profit de l’intelligence artificielle pour renforcer l’économie circulaire et ainsi limiter le réchauffement de la planète.

« Nous croyons que les technologies, comme la science des données, l’intelligence artificielle et l’infonuagique, font partie de la solution dans la lutte contre les changements climatiques », affirme Brian Cann. Ce dernier se dit par ailleurs agréablement surpris par la qualité des projets présentés au Coopérathon.

Pour épauler les jeunes pousses qui veulent relever son défi, l’entreprise leur propose des séances de formation sur les possibilités qu’offre l’intelligence artificielle ainsi que des ateliers pratiques. Les participants et les participantes ont également accès à des outils technologiques de Microsoft et aux données environnementales offertes par son ordinateur planétaire (Planetary Computer). Si leur projet est récompensé au terme de la compétition, la jeune pousse obtiendra une bourse de 120 000 $ et prendra part au programme mondial d’entrepreneuriat social de Microsoft.

« Nous allons aussi promouvoir leur projet dans notre réseau de partenaires partout dans le monde. Les lauréats pourront ainsi entrer en contact avec d’autres jeunes pousses, qui les inciteront à dépasser leurs limites et à avoir un impact encore plus grand », fait valoir le directeur régional de Microsoft.

Le Coopérathon n’est qu’un exemple de la relation stratégique entre Microsoft et Desjardins. Les deux entreprises participent depuis de nombreuses années aux efforts de transformation numérique et de développement durable, en s’appuyant entre autres sur le service infonuagique de Microsoft pour rationaliser les processus, responsabiliser les employés, gérer les risques et surtout, minimiser l’impact de leurs activités sur l’environnement.

Figure d’exemple

Si Microsoft participe à des initiatives comme le Coopérathon pour trouver des solutions au réchauffement de la planète, la société tente aussi de montrer l’exemple. En 2020, elle s’est donné comme objectif d’atteindre un bilan carbone négatif d’ici 2030, autant en ce qui concerne ses activités que sa chaîne d’approvisionnement. D’ici 2050, elle entend également compenser les émissions de gaz à effet de serre (GES) qu’elle a produites depuis sa fondation.

« Nous avons été l’une des premières organisations à rendre public un plan si agressif », souligne Brian Cann.

Un an après s’être fixé cet objectif, Microsoft était parvenue à diminuer ses émissions de GES de 6 %, soit l’équivalent d’environ 730 000 tonnes. Ses fournisseurs ont pour leur part réalisé 26 projets écoresponsables grâce ses contributions, ce qui a permis d’éliminer l’équivalent de 1,3 tonne de GES.

C’est que Microsoft souhaite également encourager les entreprises bien établies à se doter de cibles ambitieuses pour réduire leur empreinte environnementale. Pour ce faire, l’entreprise partage ses idées, mais aussi ses outils, comme le tableau de bord de l’impact des émissions qui mesure les émissions de GES générées par les infrastructures informatiques.

Le mouvement mondial pour lutter contre les changements climatiques s’accélère. Microsoft veut y participer activement. Comme le Mouvement Desjardins, la multinationale s’est engagée dans l’initiative Business Ambition for 1,5 °C des Nations unies, qui regroupe des organisations mobilisées pour freiner le réchauffement planétaire.

 

À la une

OBNL: le sentiment d’imposture bien plus présent chez les femmes que les hommes

28/05/2024 | Emmanuel Martinez

Le sentiment d’imposture est plus présent chez les femmes que chez les hommes qui siègent sur les CA d’OBNL québécoises.

Adaptation au climat: les entreprises doivent se préparer au pire

28/05/2024 | François Normand

Le Groupe d’experts en adaptation aux changements climatiques (GEA) a publié un rapport crucial pour le Québec.

Climat: le GEA recommande de la «cohérence gouvernementale»

Mis à jour le 28/05/2024 | La Presse Canadienne

Les membres du GEA ont publié une liste de 20 recommandations, soutenues par plus de 90 moyens.