Le montage financier, pour un démarrage d’entreprise réussi

Publié le 09/10/2021 à 00:01

Au Canada, seules deux entreprises sur trois environ réussissent à célébrer leur cinquième anniversaire d’activités. Pourquoi certaines y arrivent-elles, tandis que d’autres ferment leurs portes ? Une partie de la réponse se trouve dans l’efficacité et la diversité de leur montage financier.

Mettre au point un montage financier est une tâche ardue pour les jeunes qui entreprennent de fonder leur entreprise, parfois en raison de leur âge, aussi à cause de leur manque d’expérience. Mais avec les bons outils et des conseils appropriés, l’étape cruciale du montage financier peut mener l’organisation vers le succès et la longévité.

Le montage financier en contexte de démarrage

Tommy Pelletier, directeur général du Centre Desjardins Entreprises Laval-Laurentides, conseille et accompagne les jeunes gens d’affaires de sa région dans la création de leur entreprise. Il retient six sources de fonds à considérer au démarrage d’une entreprise.

• La mise de fonds initiale : cette contribution personnelle sert de levier au projet. Elle est souvent limitée dans le cas d’entreprises en démarrage fondées par de jeunes adultes.

• Les subventions : différents programmes gouvernementaux offrent des subventions ou financements adaptés aux entreprises en démarrage. Une bonne stratégie consiste d’abord à explorer l’ensemble des produits et services offerts par les différentes entités économiques et gouvernementales de votre région qui offrent une précieuse aide aux entrepreneurs. On peut penser aux services de développement économique des MRC, Investissement Québec, Banque de Développement du Canada (BDC), la Société d’aide au développement des collectivités et Exportation et développement Canada (SADC), ainsi que plusieurs autres organismes ayant pour mission de stimuler et aider l’entrepreneuriat.

• Le compte opérations : ce compte bancaire permet d’effectuer diverses opérations financières de l’entreprise.

• Les cartes de crédit : elles facilitent les paiements courants et permettent de soutenir certaines opérations à court terme de l’entreprise. Il faut néanmoins être vigilant de ne pas s’en servir comme outil de financement à long terme, en raison de leurs taux d’intérêt plus élevés.

• La marge de crédit : elle soutient le fonds de roulement, car elle sert aux opérations à court terme, comme l’achat de produits destinés à la vente ou le financement des comptes clients en attente de paiement.

• Les prêts à terme : ils permettent de financer les acquisitions à moyen terme (par exemple l’achat d’équipement de production ou l’acquisition d’achalandage) et à long terme (comme l’acquisition d’immeuble).

Ces sources de fonds donneront suffisamment d’oxygène à la jeune entreprise pour se lancer, à condition de bien les utiliser.

Quelques conseils et bonnes pratiques

Tommy Pelletier suggère d’abord d’aller cogner aux portes des organismes de développement économique et des partenaires potentiels le plus tôt possible dans la démarche, avant même la rédaction du plan d’affaires. « Ces gens offriront aussi de l’accompagnement, dit-il. Il faut profiter de leurs expertises et expériences variées. En plus, les institutions financières prêteront plus facilement à une entreprise qui est déjà soutenue par des partenaires. »

Il conseille aussi de jouer cartes sur table. « Les jeunes tentent parfois de cacher certaines faiblesses de leur entreprise ou de leurs opérations, ce qui nous empêche de poser un véritable diagnostic et de les aider », estime Tommy Pelletier.

Selon lui, le mentorat est d’ailleurs crucial. Cette relation apporte expertise, conseils, accès à un réseau de contacts précieux, et enseigne aux jeunes personnes ambitieuses l’importance de prendre un peu de recul dans certaines situations plus complexes.

Et plus que jamais, l’innovation est primordiale, ajoute le directeur général. « Les jeunes entreprises doivent oser autrement et revoir les modèles sous la loupe du développement durable. »

Des faux pas à éviter

Selon le directeur général, quelques erreurs assez courantes sont autant de menaces pour la santé financière d’une jeune entreprise. « La première consiste à financer un actif à long terme par des sources de financement à court terme (ex : carte de crédit ou marge de crédit). Le solde est alors difficile à rembourser et ampute les marges de manœuvre disponibles pour les opérations à court terme et la saine croissance de l’entreprise. »

D’autres commettent l’erreur de se priver de subventions pourtant destinées au démarrage d’entreprises. « Il y a actuellement plusieurs sources de financement disponibles pour les jeunes entrepreneurs », assure Tommy Pelletier. À cet égard, il mentionne notamment le programme Créavenir de Desjardins, qui vise justement à stimuler l’entrepreneuriat auprès des 18-35 ans, et permet d’obtenir une subvention pouvant aller jusqu’à 5000$.

Enfin, Tommy Pelletier conseille de s’entourer de personnel compétent et de se montrer à l’écoute de ses idées et commentaires, afin de bénéficier de l’intelligence collective. Parce qu’une entreprise, c’est aussi un groupe de personnes en quête de succès !

Source statistique : https://www.ic.gc.ca/eic/site/061.nsf/fra/h_03090.html#point1-3

 

À la une

Bourse: cinq entreprises technologiques qui offrent un bon potentiel de croissance

Il y a 16 minutes | Denis Lalonde

BALADO. Les entreprises Cognizant, CGI, Converge, Quisitive et Alithya offrent un bon potentiel, dit Vincent Fournier.

3. Calendrier de l'avent des affaires: le Shitcoin

Il y a 16 minutes | Olivier Schmouker

Le calendrier de l'avent des affaires, concocté par Olivier Schmouker... Délicieusement diabolique!

Bourse: Wall Street clôture en forte hausse, rebond technique dans un marché toujours nerveux

Mis à jour le 02/12/2021 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto enregistre sa meilleure séance en 10 mois.