«Vive Booking.com pour réserver des hôtels et payer directement sur le site !» - Mélissa Harvey, présidente de Zorah biocosmétiques


Édition du 24 Octobre 2015

«Vive Booking.com pour réserver des hôtels et payer directement sur le site !» - Mélissa Harvey, présidente de Zorah biocosmétiques


Édition du 24 Octobre 2015

Mélissa Harvey, présidente de Zorah biocosmétiques. [Photo : Jérôme Lavallée / Photomontage : Les Affaires]

QUI ? Mélissa Harvey, présidente et fondatrice de Zorah biocosmétiques, un fabricant montréalais de produits pour le visage et le corps à base d'ingrédients biologiques. Chaque année, elle passe un mois au Maroc pour faire la tournée des coopératives de femmes qui la fournissent en huile d'argan, l'une de ses principales matières premières. Elle pose aussi ses valises en Turquie, où elle compte 650 points de vente. «C'est notre plus important marché, plus gros même que le Québec. J'y vais une fois par année pour visiter les magasins qui tiennent nos produits et pour former le personnel.» L'Algérie, l'Italie, Vancouver et New York figurent également sur son itinéraire de voyage pour le développement d'affaires et la visite d'expositions commerciales. «Bientôt, j'irai peut-être en Chine et au Japon, deux marchés où la vente de produits biologiques est en croissance et où nous nous préparons à effectuer une percée», ajoute la dirigeante de l'entreprise de 28 employés.

Cliquez ici pour consulter le dossier Vivre dans ses valises

Ce qu'elle aime des voyages d'affaires ? «Faire du terrain ! Cela me permet de constater les réactions et les préoccupations des clientes dans la vraie vie. Et vendre dans une langue que je ne parle pas, ça m'amuse et ça me motive. Faire essayer les produits aux clientes, c'est une façon efficace de communiquer !»

Jamais sans sa valise

Mélissa Harvey ne prend jamais l'avion sans son porte-document sur roulettes Cabrelli & Co., une marque destinée aux femmes d'affaires. «Il est d'un chic incroyable ! Et pratique, grâce à ses nombreux compartiments. Ce sac passe-partout me sert à la fois de valise et de sac à main. Pour l'avion, j'y range mes vêtements et mes effets personnels. À destination, je l'utilise pour apporter des brochures et des échantillons lors des rencontres avec les détaillants.»

Cette valise renferme aussi des cadeaux pour ses distributeurs et ses clients. «Les Marocains sont tellement accueillants et c'est si agréable que j'ai décidé de faire comme eux en donnant des cadeaux moi aussi. Chaque fois que je vais à l'étranger, j'apporte des présents, comme des produits Zorah ou des bonbons à l'érable.»

Faux pas culturels à éviter

> Thé à volonté. En Turquie et au Maroc, il est mal vu de refuser le thé ou le café qu'on vous offre. «L'interlocuteur peut se sentir insulté, explique Mélissa Harvey. Il faut accepter, même si vous en avez bu quatre tasses lors de vos autres rendez-vous de la journée. Au pis aller, sirotez le breuvage sans le terminer.»

> La grande bouffe. «Perdez cinq kilos avant de vous rendre au Maroc, car là-bas, vous en gagnerez autant, recommande avec humour la femme d'affaires de 37 ans. Si vous refusez de la nourriture, la ville au complet débarque en disant "couli, couli", ce qui signifie "mange, mange".» Son truc ? Elle prend de microscopiques bouchées tout en marquant son appréciation. C'est parfois difficile, car tout est délicieux, mais c'est nécessaire : «Les entrées se succèdent et alors que vous croyez le repas terminé, le plat principal arrive. Il faut vraiment se modérer».

En vrac

> Vive booking.com. «C'est génial ! Il suffit d'entrer ses critères et le lieu pour obtenir tous les hôtels disponibles. Et on paie directement sur le site.» Elle commente ensuite sur le site TripAdvisor la prestation des hôtels et des restaurants qu'elle fréquente. «Ça me procure un historique des endroits où je suis allée, ce qui est utile pour les prochains voyages.» Pour garder contact avec la fille de 14 ans de Richard Morin, son conjoint et associé, le couple utilise l'application Snapchat qui permet d'envoyer des photos qui disparaissent une fois le visionnement effectué.

> Se sevrer d'Internet. À Rabat, au Maroc, la connexion Internet dans les hôtels est souvent lente. Pour travailler, Mélissa Harvey se rend dans un café Internet qui offre la haute vitesse. Au sud d'Agadir, là où se trouvent les coopératives qui la fournissent en huile d'argan, il n'y a pas d'accès Internet. «Je laisse un message sur mon cellulaire indiquant que je n'ai pas accès à Internet.»

> Service cinq étoiles à Istanbul. Si vous partez de l'aéroport Attatürk d'Istanbul et que vous voyagez avec Turkish Airlines, ne manquez pas le lounge de ce transporteur aérien. «Il y a plusieurs buffets, des chefs qui préparent des mets turcs devant nous, une salle de cinéma, des massages sur chaise gratuits, un sauna, une piscine, une table de billard... C'est fabuleux.»

> S'abonner à Nexus. Mélissa Harvey prévoit adhérer à ce programme gouvernemental qui accélère le passage à la frontière canadienne et américaine. «Il paraît que c'est incontournable pour les voyageurs d'affaires et que ça permet de gagner du temps lors des déplacements aux États-Unis.»

Retrouvez les meilleures adresses de Mélissa Harvey.

Vivre dans ses valises

Série 6 de 6. Pour certains dirigeants, l'expression «vivre dans ses valises» est à prendre au pied de la lettre tant ils multiplient les déplacements professionnels. Cette série présente les astuces, les conseils et les bonnes adresses de voyageurs d'affaires chevronnés.

Cliquez ici pour consulter le dossier Vivre dans ses valises

À la une

La Caisse de dépôt affiche une perte de 33,6G$

En tenant compte des dépôts, l’actif net de la CDPQ a reculé de 28,2G$, passant de 420G$ à 392G$ de janvier à juin 2022.

Immobilier: la correction historique aura-t-elle lieu?

BLOGUE INVITÉ. En tant que courtier immobilier, j’observe de la surenchère, mais le nombre de cas est en diminution.

Le marché immobilier canadien: un phénomène paradoxal

Il y a 33 minutes | Courrier des lecteurs

COURRIER DES LECTEURS. Un marché du logement qui contraste avec la réalité est apparu récemment au Canada.