Virage numérique: un passage obligé


Édition du 25 Mai 2022

Virage numérique: un passage obligé


Édition du 25 Mai 2022

Par Trium Médias

Au restaurant Aki Sushi de Chicoutimi, l’ajout d’un véritable robot serveur permet de pallier la pénurie de main-d’œuvre. (Photo: Mahmoud Fawzy pour Unsplash)

Un texte de Yohann Harvey-Simard

TRANSFORMATION NUMÉRIQUE. Malgré qu’il puisse parfois être laborieux, selon plusieurs acteurs du milieu entrepreneurial, le virage numérique des entreprises n’en demeure pas moins une nécessité. 

«Il FAUT faire ce virage-là pour le futur», affirme sans détour la directrice générale du Hub Saguenay–Lac-Saint-Jean, Marie Desgagné. Un virage numérique réussi sera synonyme de nombreux avantages, selon elle.

En usine, la robotisation de certaines tâches jugées dangereuses permettra d’améliorer les conditions de santé-sécurité au travail.

Citant l’exemple du restaurant Aki Sushi de Chicoutimi, l’ajout d’un véritable robot serveur permet cette fois de pallier la pénurie de main-d’œuvre.

De son côté, Aurélie Pinceloup, directrice stratégie, expérience et technologies au centre d’innovation Colab, à Alma, laisse entendre que l’intelligence artificielle peut «venir compléter la tâche d’un employé ou venir réaliser une tâche irréalisable auparavant. La machine ne remplace pas forcément les employés, c’est plutôt une collaboration entre les deux. La machine va pouvoir remplacer une tâche répétitive ou fastidieuse, ce qui va permettre à l’employé de se concentrer sur une tâche beaucoup plus valorisante, intelligente et pertinente pour lui.»

De plus, Marie Desgagné soutient qu’un meilleur usage des technologies numériques contribue à accroître la compétitivité des entreprises dans un contexte où la concurrence se fait de plus en plus féroce.

À cet égard, elle indique que le Saguenay–Lac-Saint-Jean fait partie des régions ayant le «plus gros panier moyen» au Québec. Or, dit-elle, «ce n’est pas ici qu’on achète, et c’est ça qui est dommage. Est-ce que c’est parce que nos commerçants ne sont pas en ligne?»

«Avec les commandes en ligne, on est capable de mieux gérer le flot de travail que l’on va avoir. Ensuite, ça diversifie les ventes et on devient plus concurrentiel et compétitif. Ça nous permet aussi de développer des nouveaux marchés, ce qui est non négligeable. Ça donne de la visibilité et la notoriété aux entreprises. Il ne faut pas oublier que le Saguenay–Lac-Saint-Jean est une région éloignée.»

Pour sa part, Marin Belzile, directeur général de la Corporation d’innovation et développement Alma—Lac-Saint-Jean-Est (CIDAL), affirme que le virage numérique est un «enjeu crucial» pour les entreprises de la région.

Selon lui, l’intégration des technologies numériques et des nouvelles façons de faire qui s’y rattachent doivent être au cœur des stratégies «d’expansion, de croissance et de consolidation» des entreprises, notamment en raison de la pénurie de main-d’œuvre.

 


Sur le même sujet

Innovation Jugaad ou comment innover avec les moyens du bord

15/08/2022 | Olivier Laquinte

BLOGUE INVITÉ. Le mot hindi jugaad signifie savoir se débrouiller et trouver des solutions dans des conditions hostiles.

Vers de l'électronique biodégradable... en imprimant de l'encre de seiche

Les matériaux de ce mollusque pourraient servir à imprimer la mélanine, utilisée comme conducteur électrique.

À la une

Bourse: Wall Street termine en hausse, avec l’espoir d’une Fed moins radicale

Mis à jour le 15/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS.À Toronto, la Bourse reste stable, malgré une baisse du secteur de l'énergie et des métaux de base.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

15/08/2022 | Refinitiv

Voici les gagnants et les perdants du jour.

Turquoise Hill chute à Toronto après son rejet de l'offre de Rio Tinto

Les actions de Turquoise Hill ont baissé de 3,49$ pour atteindre 30,05$ à la clôture à la Bourse de Toronto.