Les travailleurs à la tâche plus populaires au Canada

Publié le 05/10/2021 à 07:30

Les travailleurs à la tâche plus populaires au Canada

Publié le 05/10/2021 à 07:30

Par Catherine Charron
une femme travaille à son bureau

(Photo: Avel Chuklanov pour Unsplash)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l'on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. À travers vents et marées, les entreprises canadiennes rament fort pour tenter de s'en tirer (presque) indemnes malgré la pénurie de main-d'œuvre. Il semblerait que pour y parvenir, elles sont plus nombreuses à miser sur des pratiques de gestion novatrices qu’ailleurs sur la planète, selon Randstad Sourceright, une filiale de Randstad N.V.

Après avoir sondé 850 cadres dans 17 marchés, l’organisation spécialisée en recrutement a notamment conclu que les Canadiens ont davantage adopté les travailleurs à la tâche. Les entreprises disent même investir plus que leurs comparses à l’étranger pour déléguer à du personnel occasionnel. Elles ont revu à la hausse leur budget qui y est dédié de 54% et de 47% respectivement, apprend-on dans l’étude Talent Trends 2021.

«Alors que la reprise économique s'accélère dans le monde, le personnel occasionnel sera essentiel pour tirer le meilleur parti des opportunités du marché pour plusieurs compagnies durant la prochaine année», anticipe Jean-François Vézina, le vice-président exécutif et dirigeant de Randstad Sourceright au Canada.

Selon lui, pour affronter les défis à venir liés à la pénurie de main-d’œuvre, les gestionnaires n’auront d’autres choix que de recourir à des travailleurs externes pour accomplir certaines de leurs tâches.

Le sondage a aussi démontré que les cadres canadiens sont plus ouverts aux nouvelles stratégies de gestion de talents.

Chez 88% des répondants au pays, l’agilité des conditions de travail a grandement gagné en importance dans leur approche de management, tandis que ce nombre tourne plutôt autour des 77% en moyenne dans le monde. Près de 85% planifient d’ailleurs établir une politique de télétravail pérenne, et ce, même après la pandémie, alors que 59% de leurs salariés permanents bossaient de la maison au quatrième trimestre de 2020.

Les sociétés canadiennes s’intéressent aussi maintenant à l’apport de l’automatisation pour attirer et fidéliser des employés. Ce sont 72% des répondantes qui estiment que l’intelligence artificielle «créera de nouvelles opportunités pour les talents», peut-on même lire dans un communiqué. L’innovation serait carrément un élément clé pour que la besogne soit accomplie, croient 82% des gestionnaires.

À (re)lire: Pénurie de main-d'oeuvre: l'automatisation, votre nouvel allié

Ceci permettrait en effet aux travailleurs de se détourner des tâches répétitives qui génèrent peu de valeurs ajoutées pour se concentrer sur celles qui le font, a précisé Jean-François Vézina par écrit. Cela signifie aussi que des postes seront abolis, estiment 62% des répondants, ce qui a de quoi réjouir les entreprises, puisque plus de 731 000 emplois étaient à pourvoir au pays au deuxième trimestre de 2021 selon Statistique Canada.

Laquelle de ces stratégies mettrez-vous en place pour moins souffrir des conséquences de la pénurie de main-d'œuvre?

 

Pour ne plus louper ce rendez-vous, recevez votre RHéveil-matin dans votre boîte de courriels!

 


 

Sur le même sujet

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…