Foodtastic, un franchiseur gourmand


Édition du 25 Mai 2022

Foodtastic, un franchiseur gourmand


Édition du 25 Mai 2022

Par Isabelle Delorme

Nathalie Zerdelian, vice- présidente aux ressources humaines à Foodtastic (Photo: courtoisie)

+100% variation 2019 à 2022 du nombre d’employés au Québec

37e dans le classement des 300 plus grandes entreprises du Québec

SPÉCIAL GRANDES ENTREPRISES. En passant de 1900 à 3800 employés au Québec de la fin 2019 à la fin 2021 (+100 %), l’entreprise montréalaise Foodtastic prend la 37e place de notre classement. À l’échelle du Canada, son effectif a même triplé entre 2019 et 2022, pour atteindre 15 000 employés. Ces chiffres — qui comprennent le personnel de l’entreprise et de ses franchises — ont bondi grâce à ses nombreuses acquisitions. 

Le PDG de l’entreprise, Peter Mammas, avait 22 ans lorsqu’il a fondé la chaîne de restaurants Nickels avec son frère Lawrence, Céline Dion, René Angélil et son cousin. Elle comptait une quarantaine d’établissements au moment de sa faillite en 2000. Vingt-deux ans plus tard, les deux frères Mammas sont à la tête d’un empire de plus de 650 restaurants au Canada, dont 205 au Québec.

 

Une croissance par acquisitions 

Lorsqu’ils fondent Foodtastic en 2016 avec Jacques Gaspo, les frères Mammas ont rebondi après la faillite de Nickels en créant l'enseigne La Belle et La Bœuf. Ils souhaitent en faire une entreprise multimarque. Un objectif que deux fonds d’investissement américains leur permettent de réaliser en investissant 47 millions de dollars (M$) dans leur société en 2018. Cette mise de fonds leur permet d’acquérir notamment les rôtisseries Benny et Au Coq ainsi que les pizzerias Monza. 

La pandémie ne leur coupe pas l’appétit. « Notre chiffre d’affaires a baissé, mais nous avons vu plusieurs occasions d’affaires passer. Beaucoup de bonnes enseignes étaient en difficulté financière et nous sommes allés les chercher », dit Peter Mammas. Le franchiseur s’offre des chaînes à succès comme L’Gros Luxe, Copper Branch et Second Cup Café. En 2021, il avale ses deux plus gros morceaux avec les marques Milestones — dont les premiers restaurants au Québec devraient ouvrir cette année — et Pita Pit. De 2019 à aujourd’hui, son chiffre d’affaires a plus que triplé au Canada et presque doublé au Québec.

 

Une stratégie de marque employeur 

Près de 13 000 personnes travaillant dans les enseignes de l’entreprise (dont 3550 au Québec) sont employées par ses franchisés. Pour Peter Mammas, les candidats apprécient les méthodes de travail éprouvées et la réussite commerciale du groupe. « Un employé préfère travailler à La Belle et La Bœuf plutôt qu’au burger du coin, car il sait que les ventes sont plus élevées et qu’il peut gagner plus d’argent », dit-il. 

L’entreprise est elle-même propriétaire de 55 restaurants au Canada, hérités lors d’acquisitions ou achetés pour réserver un bon site. « Nous gardons ces emplacements, mais notre but est de les céder à un franchisé », explique Peter Mammas. Environ 2000 personnes y travaillent, dont 150 personnes au Québec. Le recrutement de ce personnel est facilité par la marque employeur développée avec l’équipe de marketing, estime Nathalie Zerdelian, vice-présidente aux ressources humaines à Foodtastic.

 

Un recrutement à l’interne 

L’entreprise va chercher elle-même les compétences dont elle a besoin sur des plateformes (comme Indeed ou LinkedIn) et en collaborant avec les universités. « Nous n’attendons pas que les gens nous envoient leur C.V. », lance Nathalie Zerdelian, qui n’hésite pas à attirer les candidats avec des avantages sociaux. « Beaucoup de restaurants ne fournissent pas d’assurance. Au Canada, nous avons décidé d’en octroyer au personnel de Milestones et cela a bien marché », se réjouit-elle. L’entreprise se heurte toutefois à un problème de pénurie de cuisiniers, indique Peter Mammas. Elle planche sur une formule qui leur permettra de leur verser un pourcentage des ventes et de combler ses besoins en recrutant du personnel étranger. 

La croissance de Foodtastic ne s’arrêtera pas en si bon chemin. « Au siège social, le nombre d’employés devrait augmenter d’environ 50 % dans les 12 prochains mois, par recrutement ou acquisitions », annonce Peter Mammas, qui anticipe une augmentation de la masse salariale de 16 % au Québec. Avec une prévision de chiffre d’affaires dépassant le milliard au Canada dans les 12 mois, le PDG a de quoi se régaler.

 

** 

LA CROISSANCE DE FOODTASTIC EN QUELQUES CHIFFRES 

50 ouvertures

de restaurants sont prévues au Québec dans les 30 prochains mois.

 

650 M$

De 2019 à aujourd’hui, le chiffre d’affaires de Foodtastic est passé de 180 M $ à 650 M$ au Canada et de 165 M $ à 287 M $ au Québec.

 

+25%

L’effectif canadien de Foodtastic (personnel de l’entreprise et des franchisés) devrait passer de 15 000 à 20 000 personnes dans les 12 prochains mois. Le siège social passera de 150 à 220 employés (+50 %), dont 20 personnes embauchées au Québec.

Source : Foodtastic

 



Sur le même sujet

ESG: le facteur E a-t-il encore sa place?

BLOGUE INVITÉ. Le facteur E est sûrement celui qui possède la plus grande notoriété de la triade.

L’élection en 6 actes

BLOGUE INVITÉ. Les résultats d’hier soir étant encore chauds, il est intéressant de voir le nouveau portrait politique.

À la une

Elon Musk offre de payer 44G$ pour Twitter et évite le tribunal

Mis à jour il y a 12 minutes | La Presse Canadienne

«Cela semblait être un cas assez simple de remords d’acheteur.»

Nombre record de femmes élues à l'Assemblée nationale

Des 125 députés qui composeront la nouvelle Assemblée nationale du Québec, on en comptera désormais 58 de sexe féminin.

ESG: le facteur E a-t-il encore sa place?

BLOGUE INVITÉ. Le facteur E est sûrement celui qui possède la plus grande notoriété de la triade.