S'approvisionner localement, un bon début

Publié le 13/11/2010 à 00:00, mis à jour le 12/11/2010 à 10:00

S'approvisionner localement, un bon début

Publié le 13/11/2010 à 00:00, mis à jour le 12/11/2010 à 10:00

La PME a reçu l'aide du Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) pour la création d'un écologo qui accompagne désormais leurs produits. Le pdg croit qu'il est particulièrement important de travailler avec des consultants externes afin de valider sa démarche. " Cela nous apporte une crédibilité supplémentaire dans la mesure où, dans le domaine du jardinage, tout le monde a tendance à vouloir s'afficher vert. "

Lors d'une formation sur le développement durable, M. Bidon a rencontré Léandre Saindon, directeur de projets en écoefficacité pour Québec International. Cette agence de développement économique régionale propose entre autres des stratégies de gestion écoefficaces. Avec l'aide de M. Saindon, AEF Global travaille maintenant à la mise sur pied d'un premier rapport, question de faire le point.

" Une fois le rapport terminé, d'ici quelques semaines, nous aurons un bilan de ce qui a été fait et nous pourrons définir un plan d'action. " Le comité vert, mis sur pied il y a quelques mois, participe à l'élaboration de ce plan. Il est composé de cinq personnes , soit la moitié des effectifs de l'entreprise, qui compte 10 employés.

Des retombées tangibles

Jusqu'à présent, le plan vert a soudé l'équipe autour d'un projet " rassembleur et positif ", selon M. Bidon. Il croit aussi que ce virage assurera la pérennité d'AEF Global. En effet, le Québec possède une politique d'achat responsable. Bien qu'elle soit encore à l'état embryonnaire, cette politique fera en sorte que tous les achats du gouvernement tiendront compte du facteur de développement durable. " Les entreprises qui favoriseront cet aspect seront avantagées si elles veulent faire des affaires avec le gouvernement ", espère le pdg.

Le fait d'acheter localement n'a pas entraîné une augmentation importante des coûts d'approvisionnement, note M. Bidon. " On n'achetait pas de gros volumes, alors on ne les faisait pas venir par conteneur, ce qui était plus cher, explique-t-il. Parfois, le produit est un peu plus coûteux ici qu'à l'étranger, mais on économise sur les frais de transport. "

La réussite d'un plan vert repose sur deux éléments, selon l'entrepreneur : savoir s'entourer et avancer progressivement. " Un plan vert, ça paraît compliqué, mais il existe beaucoup de formations et d'organismes pour nous aider ", signale-t-il. Et, pour se rendre à bon port, mieux vaut commencer par un aspect simple et l'étendre progressivement aux autres services que de vouloir tout changer d'un seul coup.

À la une

«Revenir au bureau? Non merci, ça coûte trop cher!»

Il y a 11 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «Essence, strationnement, food court... Au secours, le retour partiel au bureau me coûte une fortune!»

Ce qui cloche avec l'expérience voyageur à l'aéroport de Montréal

BLOGUE INVITÉ. Comment se fait-il que l'expérience soit plus fluide à Paris qu'à Montréal?

À surveiller: Bombardier, Pfizer et BMO

Que faire avec les titres Bombardier, Pfizer et BMO? Voici quelques recommandations d’analystes.