Mettre les opposants de son côté

Publié le 25/09/2010 à 00:00, mis à jour le 01/10/2010 à 14:03

Mettre les opposants de son côté

Publié le 25/09/2010 à 00:00, mis à jour le 01/10/2010 à 14:03

Phillips Lumec s'est donné une cible majeure : que chaque nouvelle génération de produits consomme au moins 10 % d'énergie de moins que la précédente.

Il n'en a pas toujours été ainsi. " Il y a quelques années, nos lampadaires étaient critiqués par des groupes de pression qui les décrivaient comme une source de pollution lumineuse. Nous les avons écoutés et nous sommes retournés à la table à dessin. Ces activistes sont maintenant nos meilleurs vendeurs ", dit Jean-François Simard, président de Phillips Lumec, une entreprise de 230 employés de Boisbriand.

En fait, les relations sont devenues si bonnes avec ces groupes de pression que M. Simard siège au conseil d'administration d'un d'entre eux, l'International Dark-Sky Association.

Les dirigeants de ce fabricant de lampadaires sont convaincus que la croissance passent par l'innovation environnementale. " Si nous n'avions pas pris un tournant vert, nos concurrents l'auraient fait avant nous ", affirme M. Simard.

Un contexte parfait

Pourquoi ce tournant ? Parce que les citoyens souhaitent vivre dans des environnements sains, les jeunes réclament des produits verts et que les administrations municipales veulent réduire les coûts. Une combinaison parfaite pour la mise au point de lampadaires qui consomment moins d'énergie, grâce aux ampoules à diode électroluminescente (DEL, ou LED en anglais), et qui, surtout, évitent la " pollution lumineuse " en orientant la lumière vers le sol plutôt que vers le ciel.

À la une

Une start-up montréalaise s’envole grâce aux Émirats arabes unis

La start-up montréalaise C3RiOS Systems voit le jour grâce aux Émirats arabes unis.

Comment avoir une écoute vraiment attentive?

Il y a 10 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «En tant que boss, je devrais être à l'écoute des autres. Mais je n'y arrive vraiment pas...»

À surveiller: Microsoft, Rogers et Exxon Mobil

Que faire avec les titres de Microsoft, Rogers Communications et ExxonMobil? Voici quelques recommandations d’analystes.