Consommation: le chant du cygne du marketing traditionnel

Publié le 17/03/2010 à 07:32

Consommation: le chant du cygne du marketing traditionnel

Publié le 17/03/2010 à 07:32

«Le rapport de force entre consommateurs et détaillant a complètement changé», indique Alain Dumouchel. Photo : lesaffaires.com

Le comportement des consommateurs est plus que jamais influencé par les nouvelles technologies. Oubliez le marketing traditionnel. L'avenir est dans l'interactivité. Portrait du consommateur «intelligent».

«Le rapport de force entre consommateurs et détaillant a complètement changé», indique Alain Dumouchel, associé Services mondiaux chez IBM. La plus récente étude du géant de l'informatique, rendue publique aujourd'hui, révèle que la technologie transforme plus que jamais le comportement des consommateurs.

VIDÉO: Le consommateur intelligent à l'assaut des marchés

Du coup, les détaillants n'auront d'autre choix que de proposer des promotions et des produits plus personnalisés et les joindre par le truchement des médias sociaux. Fini l'époque du marketing traditionnel.

L'étude indique, entre autres choses, que 84% des consommateurs veulent utiliser des sites Web pour se procurer et imprimer des coupons; 75 % veulent se servir de leur téléphone mobile pour savoir où se trouve le magasin le plus proche; 72 % veulent savoir quels produits sont en stock dans un magasin avant de s'y rendre.

Lorsqu'il s'agit d'adopter de nouvelles technologies pour magasiner et faire des achats, 48 % des Canadiens privilégient les sites Web, plutôt que les bornes interactives en magasin (31 %), la télévision (9 %) ou les téléphones mobiles (4 %).

Cependant, parmi ceux qui se disent disposés à utiliser leur téléviseur pour magasiner, 51 % se serviraient de leur télécommande pour faire un achat.

Pour les consommateurs qui sont disposés à faire des emplettes à partir de leur téléphone mobile, 43 % utiliseraient des textos pour faire un achat.

Enfin, 16 % des consommateurs interrogés ont répondu qu'ils "suivraient" probablement un détaillant sur un réseau social, tel Facebook ou Twitter.

Les consommateurs sont aussi plus enclins à prendre part au façonnage et à la réussite de leurs marques préférées. Soixante-neuf pour cent des Canadiens interrogés ont répondu qu'ils veulent collaborer avec des détaillants à la «coconception» de nouveaux produits et faire des suggestions sur des services qui répondraient mieux à leurs besoins personnels.

À noter : les consommateurs canadiens sont moins enclins que ceux de la Chine, l'Inde, le Brésil et le Royaume-Uni à faire leurs achats ailleurs que chez leur détaillant principal, même si on leur offre de meilleurs prix ou, encore, un choix de produits ou des programmes de fidélisation plus intéressants. Seuls les consommateurs des États-Unis se disent moins disposés à changer de détaillant pour ces raisons.

VIDEO: Quand la fiction devient réalité

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour à 17:10 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.