Le milieu du cinéma rend hommage à Daniel Langlois décédé en Dominique

Publié le 04/12/2023 à 14:34

Le milieu du cinéma rend hommage à Daniel Langlois décédé en Dominique

Publié le 04/12/2023 à 14:34

Par La Presse Canadienne

Sur les réseaux sociaux, le milieu du cinéma a rendu hommage à ce «grand innovateur», comme l’a souligné l’Office national du film (ONF) du Canada sur la plateforme X, lundi. (Photo: La Presse Canadienne)

Plusieurs ont continué lundi à rendre hommage à l’entrepreneur Daniel Langlois qui a été retrouvé mort avec sa conjointe en Dominique, vendredi. Le couple était propriétaire d’un hôtel écoresponsable sur l’île des Caraïbes située entre la Guadeloupe et la Martinique. 

La nouvelle, qui avait été rapportée par le média dominicain Dominica News Oline, a été confirmée par la Fondation Daniel Langlois.

«Daniel Langlois et sa conjointe Dominique Marchand sont décédés dans des circonstances tragiques le 1er décembre 2023 sur l’île de la Dominique, près de leur complexe hôtelier Coulibri Ridge», peut−on lire à la fin de la biographie de l’homme mise à jour lundi sur le site web de la fondation.

De nombreux médias ont rapporté que deux corps, qui seraient ceux du couple, ont été retrouvés dans une voiture incendiée après que leur disparition a été signalée.

M. Langlois, né à Jonquière, au Saguenay−Lac−Saint−Jean, en 1957, a marqué l’industrie culturelle. Il a fondé le logiciel d’animation et de modélisation 3D Softimage. L’entrepreneur a été le président−directeur général de la société, de 1986 à 1998, qui a notamment contribué à la réalisation d’effets spéciaux dans les films «Le Parc jurassique» et «Le Seigneur des anneaux».

Softimage a été fusionnée avec Microsoft, puis vendue à Avid, avant d’appartenir à Autodesk en 2008.

M. Langlois a aussi fondé le complexe cinématographique Excentris en 1999, qui était situé à Montréal. En 2002, il a inauguré le club privé le 357C, qui se trouvait dans un bâtiment patrimonial dans le Vieux−Montréal.

L’entrepreneur a aussi été président de DigiScreen, Media Principia et Digimart, ainsi que président du conseil de Pixman Corporation.

 

Un «grand innovateur» 

Sur les réseaux sociaux, le milieu du cinéma a rendu hommage à ce «grand innovateur», comme l’a souligné l’Office national du film (ONF) du Canada sur la plateforme X, lundi.

M. Langlois a travaillé au début des années 1980 à l’ONF, qu’il considérait sa deuxième école. «Ses contributions au milieu du cinéma sont inestimables», a déclaré l’agence fédérale.

«L’esprit innovant de M. Langlois a révolutionné l’industrie des effets spéciaux et le cinéma. Son héritage marquera à jamais le monde de l’art et de la technologie», a pour sa part témoigné Téléfilm Canada, également sur le réseau X.

L’homme titulaire d’un baccalauréat en design de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) s’est impliqué dans la création de la première animation stéréoscopique (dans laquelle on perçoit du relief) par ordinateur en format IMAX, qui a été présentée à l’Expo 86 à Vancouver.

Il a aussi participé à la réalisation du court métrage d’animation «Tony de Peltrie», diffusé en 1985, qui a été bien accueilli par la critique.

La Cinémathèque québécoise s’est également attristée de perdre un de ses grands mécènes, qui lui «avait légué la riche collection de sa fondation pour l’art, la science et la technologie — notre acquisition la plus importante de 2011».

«Grâce à son immense générosité, nos collections ont été bonifiées de plus de 2500 films 16 mm, bandes maîtresses et copies vidéo de tous formats; 6800 livres, monographies, essais et catalogues; quelques appareils, artefacts; sans oublier d’important fonds tels que ceux de Steina et Woody Vasulka et la collection de Sonia Landy Sheridan», a énuméré la Cinémathèque sur Facebook.

«Nous perdons un allié. Le monde perd un visionnaire», a ajouté l’organisation.

La contribution de M. Langlois au Festival du nouveau cinéma (FNC) a aussi été mise en relief par son directeur général, Nicolas Girard Deltruc.

«Sans son apport, notre organisme ne serait pas celui qu’il est devenu aujourd’hui. Son engagement, toujours désintéressé financièrement, a joué un rôle majeur et de premier ordre dans le développement de notre secteur culturel», a affirmé M. Girard Deltruc sur Facebook, dimanche.

Il a décrit l’entrepreneur comme «un homme intègre, généreux, visionnaire et d’une grande discrétion».

«L’héritage qu’il nous laisse reflète son esprit novateur», a de son côté déclaré la ministre du Patrimoine canadien, Pascale St−Onge, sur X dimanche.

 

De nombreuses distinctions 

L’homme qui est derrière la Fondation Daniel Langlois, créée en 1997, a ouvert l’année dernière l’hôtel de luxe autosuffisant Coulibri Ridge, en Dominique, sur lequel il travaillait depuis plusieurs années avec sa conjointe, Dominique Marchand.

M. Langlois a reçu de nombreux prix et distinctions tout au long de sa carrière. Il a été nommé chevalier de l’Ordre national du Québec en 1999, et officier de l’Ordre du Canada en 2000.

L’homme d’affaires a aussi été nommé Personnalité arts−affaires par la Ville de Montréal en 2002, et honoré comme Grand Montréalais par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain en 2004. Signe de sa place importante dans l’espace public, il a été nommé Personnalité de l’année au gala Excellence La Presse de 1995.

Il a reçu des doctorats honorifiques de l’Université de Sherbrooke, de l’Université McGill, de l’École de gestion John−Molson de l’Université Concordia, de la Faculté des arts de l’UQAM et de l’Université d’Ottawa.

 

 

Sur le même sujet

Québec annonce la création d'un comité sur l'avenir de l'industrie de l'audiovisuel

Le comité aura pour mandat d'analyser et réviser le système de financement et le fonctionnement de l'industrie.

Les cinémas indépendants veulent un financement public accru

La majorité des exploitants de films indépendants auraient besoin d’environ 50 000 $ de financement supplémentaire.

À la une

Réglementation des logiciels utilisant l’IA

EXPERT INVITÉ. Quelles seront les conséquences sur l’innovation?

Ottawa ne veut pas dire si les entreprises d'IA paieront des redevances aux médias

Pascale St-Onge affirme qu'il appartiendra au CRTC de déterminer si les entreprises d'IA reprennent les informations.

L’IA peut rendre l’agriculture plus efficace, disent des experts

Les agriculteurs ont déjà adopté des technologies telles que les drones et les capteurs pour les aider dans des tâches.