Intersand: quatre tactiques pour éclipser la concurrence


Édition du 24 Mai 2023

Intersand: quatre tactiques pour éclipser la concurrence


Édition du 24 Mai 2023

L'usine à Windsor au Colorado (Photo: courtoisie)

PRODUCTIVITÉ MANUFACTURIÈRE. Intersand a doublé de taille au cours des cinq dernières années après avoir déjà doublé ses ventes au cours de la période précédente. Avec un chiffre d’affaires de 100 millions de dollars (M$) aujourd’hui, le fabricant de litière de Boucherville n’a pas l’intention de se laisser dépasser par la compétition. Survol de sa stratégie en quatre volets.

« Pour demeurer compétitifs, nous travaillons sur quatre axes : les critères ESG, la R&D, la numérisation de nos usines et systèmes, et nos ressources humaines », résume en un trait Francis Robert, le vice-président des opérations et de la recherche et développement chez Intersand.

Pourquoi donner une attention particulière aux critères ESG ? 

« C’est une tendance lourde, observe Francis Robert. Et on essaie d’être toujours au-devant des changements. On vend dans 60 pays à travers le monde, et un peu partout, on voit que la protection de l’environnement, notamment, est importante. Alors on mise là-dessus. » 

Le vice-président précise sa pensée en mentionnant deux avantages notables. D’abord, les critères ESG sont aujourd’hui devenus importants sur le plan du financement : les bailleurs de fonds y prêtent souvent une attention particulière. Ensuite, les distributeurs s’y arrêtent plus fréquemment, répondant ainsi aux préoccupations du marché. Dans un cas comme dans l’autre, les entreprises qui s’efforcent de respecter les critères ESG ont donc un avantage sur leurs concurrentes. 

Pour arriver à ses fins, Intersand a notamment décidé d’appliquer le programme EVO2030, du cabinet-conseil COESIO. Celui-ci propose une démarche d’amélioration continue de la performance globale en entreprise pour la réalisation de dix-sept objectifs de développement durable. Francis Robert est convaincu de sa décision. « On sait que ça va définitivement jouer favorablement sur notre compétitivité. »

 

Innover pour se démarquer

Afin de mieux déjouer la concurrence, Intersand investit également son argent et ses efforts en R&D. « On a 17 brevets en instance, compte Francis Robert. Et ça améliore vraiment notre compétitivité d’avoir des produits brevetés. » 

Son entreprise s’apprête par exemple à faire le lancement à travers le monde d’une nouvelle litière — OdorLock maxCare — contenant des granules qui signalent la présence de deux maladies félines en changeant de couleur. Un produit qu’elle dit unique sur le marché. 

« La santé animale, c’est le next big thing [la prochaine grande tendance] dans notre domaine. Considérant que l’industrie de la litière est en consolidation, ça va nous permettre de nous démarquer encore davantage », prédit le vice-président. 

Intersand mise par ailleurs sur l’innovation ouverte, soit le partage des connaissances et la collaboration entre différentes entreprises. Elle est par exemple actuellement en discussion avec plusieurs compagnies de divers secteurs, comme l’agroalimentaire ou la foresterie, pour voir s’il serait possible, par exemple, de développer de nouvelles litières à partir de résidus industriels. 

« Comme nos idées ne sont pas brevetées, on ne veut pas donner trop de détails sur nos projets d’innovation, dit Francis Robert. Mais on peut assurer que l’on travaille fort à développer encore de nouveaux produits. »

 

Rester à la fine pointe 

L’avant-dernière stratégie d’Intersand pour demeurer compétitive est de numériser ses usines et processus. 

L’entreprise a par exemple travaillé de concert avec Worximity, il y a trois ans, pour mettre en place un système numérique de gestion de la performance. Celui-ci permet notamment de faire un suivi global des rendements ainsi que de comparer la productivité des différents sites de production.

Déjà très automatisée — l’entreprise n’a besoin que d’un seul employé par ligne de production — celle-ci ne compte toutefois pas s’arrêter ici. Elle travaille par exemple actuellement avec Scale AI, un consortium de centres de recherche aidant les entreprises à améliorer leurs produits et services avec l’IA, pour mieux gérer sa logistique. 

Enfin, Intersand porte une attention particulière à ses défis de ressources humaines, explique Francis Robert. Étant confrontée à la pénurie, comme le tout le monde, elle fait appel à de la main-d’œuvre étrangère et temporaire. Elle s’efforce également de peaufiner son expérience-employé.

« On ne peut pas hausser sans cesse les salaires, ce n’est pas une stratégie réaliste, évalue le vice-président. On a plutôt mis en place un compte santé et un comité mieux-être, par exemple, pour créer un milieu de travail sain pour que les employés sentent que leurs efforts sont reconnus et appréciés. » 

Quant aux mesures législatives américaines, comme l’Inflation Reduction Act, Francis Robert avoue ne pas s’en préoccuper outre mesure. 

« On a déjà notre pied à terre là-bas, on a une usine à Windsor au Colorado, et avec tout ce qu’on fait sur le plan des ESG, on coche toutes les cases de toute façon, alors on n’a pas vraiment d’inquiétudes sur ce plan-là. »

À la une

RONA nomme un nouveau président et chef de la direction

Il y a 5 minutes | La Presse Canadienne

RONA a indiqué que M. Iacobucci ne fait plus partie de l’organisation.

À surveiller: Adobe, Cargojet et OceanaGold

09:18 | Gagnon, Jean

Que faire avec les titres de Adobe, Cargojet et OceanaGold ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Bourse: Wall Street ouvre sans tendance générale claire

Mis à jour il y a 58 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a ouvert dans le rouge.