NFI est-t-il trop puni pour les pénuries?

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Octobre 2021

NFI est-t-il trop puni pour les pénuries?

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Octobre 2021

Par Dominique Beauchamp

(Photo: 123RF)

LE TAUREAU CONTRE L'OURS. Que vous soyez optimiste ou pessimiste, retrouvez l’analyse d’un titre en deux parties. Dans ce numéro, NFI. Choisissez votre camp!

 

Optimiste

  • Après la chute de 30 % du sommet de janvier, le principal constructeur nord-américain d’autobus redevient attrayant en prévision du retour de sa rentabilité d’avant la pandémie, croit Marchés mondiaux CIBC.

  • La pénurie de puces informatiques, de châssis, de batteries, de fibre de verre et de résine est temporaire et devrait se résorber une fois que les pressions de la reprise pandémique sur les chaînes d’approvisionnement s’atténueront, fait valoir BMO Marché des capitaux.

  • Les pénuries l’obligent à réduire sa production, mais le maintien du dividende signale que la société a confiance que les perturbations se révéleront temporaires, ajoute BMO.

  • À long terme, NFI reste bien positionnée pour profiter de l’électrification du transport collectif et urbain et des fonds publics consacrés aux infrastructures, soutient la Financière Banque Nationale.

  • Le constructeur de Winnipeg devrait terminer 2021 avec 400 millions de dollars d’encaisse, une somme suffisante pour traverser la période de turbulence, estime TD Valeurs mobilières.

 

 

Pessimiste

  • Étant donné sa dette élevée (six fois le bénéfice d’exploitation), le constructeur devra obtenir un nouvel assouplissement des restrictions de la part de ses banquiers au cours des prochains mois, prévient Banque Scotia.

  • Avec l’ampleur généralisée des pénuries, Stifel GMP ne croit pas que les retards se corrigeront à partir du premier semestre de 2022 comme la société le prévoit.

  • Le constructeur devra aussi gérer adéquatement la mise au chômage temporaire des ouvriers afin de s’assurer d’avoir la main-d’œuvre voulue et de ne pas perdre des commandes.

  • Stifel GMP abaisse son cours cible de 27,50 $ à 22 $ parce que les perspectives restent très incertaines et que le bilan est endetté.

  • La suspension de la production à certaines usines vise à protéger le fonds de roulement et retardera l’assainissement prévu du bilan et des investissements stratégiques, note Valeurs mobilières Banque Laurentienne.

 

Sur le même sujet

Pleinement investi, mais défensif et liquide

Édition du 24 Novembre 2021 | Philippe Leblanc

ENTRE LES LIGNES. Au cours des derniers mois, COTE 100 a apporté un changement à sa manière de gérer ses portefeuilles.

Élan renouvelé pour la vente d’immeubles de bureaux à Montréal

11/11/2021 | Camille Robillard

Montréal est en voie de conclure son meilleur trimestre pour la vente d’immeubles de bureaux depuis 2020.

À la une

Bourse: cinq entreprises technologiques qui offrent un bon potentiel de croissance

Il y a 53 minutes | Denis Lalonde

BALADO. Les entreprises Cognizant, CGI, Converge, Quisitive et Alithya offrent un bon potentiel, dit Vincent Fournier.

Le CELI d'Étienne Charest: un emprunt et de l'audace

Il y a 52 minutes | Jean Décary

PLEINS FEUX SUR MON CELI. En mars 2020, Étienne Charest a emprunté pour investir dans son CELI.

Les gestionnaires sont surreprésentés parmi les travailleurs épuisés

Il y a 53 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Ils ont 70% plus de chance que les non-gestionnaires à se sentir en état de crise.