Loud budgeting: la (bruyante) fierté de budgéter


Édition du 22 Mai 2024

Loud budgeting: la (bruyante) fierté de budgéter


Édition du 22 Mai 2024

Par Charles Poulin

Le loud budgeting incite ses tenants à crier haut et fort sur les réseaux sociaux qu’ils font leur budget et prennent des décisions financières saines. (Photo: 123RF)

IL ÉTAIT UNE FOIS... VOS FINANCES, la rubrique où ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'argent... ou presque! 


 

Le loud budgeting gagne du terrain sur les réseaux sociaux… et dans le portefeuille de plusieurs personnes. Cette toute nouvelle tendance semble vouloir ramener le balancier vers des dépenses plus responsables en ces temps de forte inflation.

Le loud budgeting prend son origine sur TikTok à la fin de 2023 et incite ses utilisateurs à crier haut et fort sur les réseaux sociaux qu’ils font leur budget, économisent et prennent des décisions financières saines.

C’est un peu le contrepoids de la génération Z à toutes les photos de soupers cinq étoiles, de fins de semaine dans un chalet, de voyages de ressourcement à l’autre bout du monde et de bateaux luxueux publiées sur Instagram et d’autres réseaux sociaux, qu’on identifie comme le quiet luxury, explique Carl Vignola, banquier privé à Gestion de patrimoine TD.

«Le loud budgeting, c’est être fier de dire qu’on préfère garder notre argent pour un objectif à long terme plutôt que pour un souper au resto», précise-t-il.

 

Renversement de vision

Dépenser et afficher le luxe relatif qui nous est permis grâce à notre revenu a toujours été plutôt bien vu dans la société, note Carl Vignola. Mais dire qu’on respecte son budget ou même qu’on fait un budget est, à l’inverse, encore tabou.

«Les gens qui adoptent le loud budgeting sont fiers de dire qu’ils font des choix sains pour leurs finances personnelles plutôt que de verser dans des dépenses extravagantes, souligne-t-il. Habituellement, les gens ont tendance à justifier pourquoi ils ne suivent pas la parade plutôt que de simplement dire qu’ils préfèrent garder leur argent pour autre chose. Ou encore ils n’osent pas dire qu’ils ne font que suivre leur budget… ou même qu’ils en font un.»

L’épargne est-elle de retour à la mode? Pas nécessairement, tranche Carl Vignola. C’est plus que les jeunes de la génération Z, qui font graduellement leur entrée sur le marché du travail, sont sensibles au respect de leur budget.

«Ils veulent faire les bons choix et mener une belle vie», laisse-t-il tomber.

 

Plus simple

Le fait que calculer son budget soit beaucoup plus simple qu’auparavant grâce aux applications financières n’est pas étranger au succès qu’a le loud budgeting, estime-t-il.

«On n’a plus vraiment besoin, en 2024, de monter un fichier Exel et de catégoriser nos dépenses, observe-t-il. Plusieurs applications permettent de tout calculer rapidement et de nous dire où il est possible de s’améliorer.»

 

Encore un outil précieux

Qu’on le crie sur tous les toits (virtuels ou non), un budget demeure un outil fort précieux pour gérer ses finances personnelles, soutient Carl Vignola. Lorsque l’économie traverse une forte période inflationniste, comme c’est le cas depuis plus de deux ans, le budget permet de conserver un œil sur les dépenses et de prévoir ce qui s’en vient. Gâteries incluses.

«C’est la base, estime-t-il. Parce que quand la réponse à “Combien vous reste-t-il à la fin du mois” est “J’ai tout dépensé”, ça devient très important d’avoir un budget pour planifier ses finances.»

Votre budget date de 2022? Il est grand temps de le réviser, suggère-t-il. Ne soyez pas dans le déni: l’inflation des deux dernières années aura changé beaucoup de choses en ce qui concerne les dépenses.

 

50-30-20

Carl Vignola croit que la règle du 50-30-20, soit les pourcentages respectifs alloués aux besoins de base, aux envies et aux loisirs ainsi qu’à l’épargne est encore un bon point de référence.

«Sauf qu’avec la forte inflation depuis 2022, la proportion pour les besoins de base est difficile à conserver, observe-t-il. Ce qu’on recommande ces jours-ci, c’est plutôt 30% pour le logement quand c’est possible, 10% à 15% pour le transport et un autre 10 à 15% pour l’épicerie.»

Ce qui veut inévitablement dire que les envies et les loisirs vont écoper.

Mais c’est aussi ça, le loud budgeting, reconnaît Carl Vignola: être fier des choix qu’on effectue selon nos limites et nos capacités.

Sur le même sujet

À la une

Un gouvernement du RN menacerait nos entreprises en France

ANALYSE. Les droites radicale et populiste minent l’économie et le niveau de vie des pays, selon des études empiriques.

Banque du Canada: jusqu'à cinq baisses de taux d'ici juin 2025

BALADO. Les données américaines sur l’inflation pourraient conforter la Banque du Canada dans ses baisses de taux.

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, mais le Nasdaq enchaîne un 5ème record d'affilée

Mis à jour à 17:19 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé dans le rouge.