Les pêcheurs de la Gaspésie rament tous dans le même sens


Édition du 07 Septembre 2022

Les pêcheurs de la Gaspésie rament tous dans le même sens


Édition du 07 Septembre 2022

Vincent Dupuis et son équipage ont implanté un système de monitorage de ses chaluts afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de préserver les fonds marins. (Photo: courtoisie)

FOCUS RÉGIONAUX. Pénurie de main-d’œuvre, préservation de la ressource, rentabilité financière: le secteur des pêches doit faire face à plusieurs défis. Pour garder le cap, les pêcheurs de la Gaspésie ont uni leurs forces et misent, entre autres, sur l’innovation. 

« Un jour, un capitaine est venu dans mon bureau et m’a montré un extrait vidéo de 15 secondes. Il voulait que je trouve où ça avait été filmé dans le monde », raconte Geneviève Myles, coordonnatrice au développement des affaires à ACPG Innovation, une filiale de l’Association des capitaines-propriétaires de la Gaspésie (ACPG). Ces images montraient l’utilisation d’un système lumineux pour éloigner les poissons des chaluts des crevettiers, ces filets en forme d’entonnoir accrochés derrière les bateaux. 

L’équipe d’ACPG Innovation est allée plus loin : elle a bâti un montage financier et a aidé ce capitaine à obtenir du financement afin qu’il puisse imiter les pêcheurs du vidéo. « Nous l’avons accompagné sur la côte ouest américaine, où il est allé voir des pêcheurs qui utilisaient cette technologie. Nous avons même rencontré les scientifiques de l’Université de l’Oregon qui l’ont développée, détaille Geneviève Myles. Ensuite, des techniciens de notre équipe ont adapté ces engins de pêche pour qu’il puisse les tester ici. »

Si les essais n’ont pas été concluants dans les eaux de l’Atlantique Nord, ils illustrent la démarche de cet organisme sans but lucratif (OSBL) qui s’appuie sur l’expertise des pêcheurs pour « adapter et adopter » des technologies, précise-t-elle. « Nous partons de problèmes ou de constats faits par les capitaines, et de là, on innove avec eux. Ils font partie du processus du début à la fin, jusqu’à la présentation des conclusions à leurs pairs. »

Ce partage fait aussi partie de la mission de l’ACPG, une coopérative fondée en 1983 à Rivière-au-Renard. « Mon père faisait partie des membres fondateurs. Quand ils ont lancé l’association, c’était pour aider les pêcheurs à se regrouper pour défendre leurs droits et à se doter de services, se rappelle Vincent Dupuis, propriétaire de deux crevettiers qui s’implique au sein du regroupement de plus de 85 membres. Et on continue d’améliorer l’offre pour s’adapter aux nouvelles réalités. »

Les membres de l’ACPG ont ainsi pu acquérir une fabrique à glace qui en produit aujourd’hui 6000 tonnes par année, ainsi qu’un parc à bateaux de quelque 120 places. Une boutique spécialisée en agrès de pêche et un atelier de confection d’engins de pêche dont l’expertise dépasse les frontières de la Gaspésie se sont aussi ajoutés à leurs activités. Une façon de s’approvisionner à moindre coût et d’avoir accès à du matériel à la fine pointe.

 

L’innovation au profit de tous

Tous les profits des activités de l’ACPG sont réinvestis pour améliorer les services aux membres. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’a été lancé ACPG Innovation en 2010. Cet OSBL facilite l’adoption de nouvelles technologies à bord. Ce qui permet aux pêcheurs d’optimiser leurs techniques pour maintenir la rentabilité, de faire face au défi de main-d’œuvre et de minimiser leur impact sur l’environnement. « Nous sommes capables d’aller chercher ce qui se fait de plus innovant dans le monde et de le rapporter en Gaspésie au bénéfice de nos pêcheurs », résume Claudio Bernatchez, directeur général de l’ACPG. 

Plusieurs capitaines ont bénéficié de cet appui au fil des années. Comme Dan Dupuis, qui a ainsi pu adapter différentes technologies importées du Danemark pour les utiliser à bord de l’Émilien D., un bateau-usine qu’il possède avec son frère, Francis Dupuis. Les crevettes y sont pêchées, triées, cuites et congelées directement en mer. « Nous avons amélioré notre système de cuiseur à eau salée pour nous assurer qu’elle était de température égale partout, ce qui permet de standardiser le produit », ajoute-t-il. Il a aussi amélioré son système de cerclage des boîtes de crevettes nordiques pour empêcher l’humidité d’altérer le produit.

« L’équipe d’ACPG Innovation nous aide à voir ce qui se fait ailleurs dans le monde pour améliorer nos techniques de pêche, renchérit Vincent Dupuis.

En effet, il faut être à l’affût des nouveautés pour assurer une pêche durable et pour protéger les fonds marins. »

Il a lui-même participé à plusieurs projets pour diminuer son impact environnemental, notamment en implantant un système de monitorage de ses chaluts. « Si je pêche mon quota de crevettes en sept voyages au lieu de huit, j’économise sur le carburant », fait-il valoir. Depuis trois ans, plus d’une dizaine de bateaux ont aussi intégré cette technologie permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de préserver les fonds marins.

En se regroupant, les pêcheurs gaspésiens peuvent donc s’offrir des services auxquels ils auraient difficilement accès autrement, estime Vincent Dupuis. Mais surtout, cela leur permet d’unir leurs forces afin de diminuer leur impact sur l’environnement. « Si on ne travaille pas ensemble pour préserver les ressources, nous allons tous en subir les conséquences, constate-t-il. C’est notre survie qui en dépend. »

Sur le même sujet

Bourse: 15 ans plus tard, quelles leçons tirer de la faillite de Lehman Brothers?

22/09/2023 | Denis Lalonde

BALADO. Le 15 septembre 2008, la banque d'affaires américaine Lehman Brothers s'effondrait.

Développer sa région grâce à Mécanitec

Édition du 14 Décembre 2022 | Emmanuel Martinez

FOCUS RÉGIONAUX EN BALADO. L'entreprise s'appuie sur de nombreux partenaires locaux pour obtenir des contrats partout.

À la une

Être authentique sur les réseaux sociaux, bientôt «overrated»?

«À un moment donné, on va tellement vouloir être authentique, qu’on ne le sera plus.»

Un miroir du siècle économique

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. Retour sur l’histoire d’un média presque centenaire.

«Les Affaires» à travers le temps

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. Retour sur l’histoire d’un média presque centenaire.