Déficit de 18 000 immigrants pour combler les besoins en main-d'oeuvre en régions

Publié le 06/03/2023 à 16:21

Déficit de 18 000 immigrants pour combler les besoins en main-d'oeuvre en régions

Publié le 06/03/2023 à 16:21

Par La Presse Canadienne

Ce «déficit prévisible» en immigrants toucherait particulièrement la Montérégie, les Laurentides, Lanaudière, Chaudière-Appalaches et le Saguenay–Lac-Saint-Jean. (Photo: 123RF)

Les régions du Québec accusent un déficit de 18 000 immigrants annuellement pour répondre à leurs besoins en main-d’œuvre, affirme la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante.

«Dans toutes les régions, il y a une pression assez importante», a affirmé en entrevue lundi François Vincent, vice-président pour le Québec de la FCEI.

L’organisation qui représente des PME est parvenue à cette estimation en recoupant des données comme le nombre de postes vacants par région et la statistique voulant que 19% des besoins en main-d’œuvre sont maintenant comblés par de l’immigration, selon Emploi Québec.

Ce «déficit prévisible» en immigrants toucherait particulièrement la Montérégie (déficit de 4845), les Laurentides (déficit de 2840), Lanaudière (2186), Chaudière-Appalaches (1535) et le Saguenay–Lac-Saint-Jean (1072).

Parmi les régions, seules Montréal et Laval ne sont pas en déficit de main-d’œuvre à combler par l’immigration, affirme la FCEI dans son rapport sur la régionalisation de l’immigration au Québec.

M. Vincent souligne aussi que tous les types d’entreprises, tous les types d’activités sont touchés.

Des recommandations

Cela fait plusieurs années qu’on parle de régionaliser l’immigration. Pour y parvenir, M. Vincent recommande de se donner un objectif chiffré ; d’augmenter les seuils d’immigration en s’assurant qu’ils répondent aux besoins du marché du travail, particulièrement ceux des PME ; puis d’accroître la construction résidentielle dans les régions.

La FCEI recommande également de diminuer le fardeau financier et administratif des petites et moyennes entreprises en lien avec l’immigration temporaire et permanente.

Elle souhaite également une meilleure adéquation entre les compétences des immigrants et les besoins des employeurs de toutes tailles, «notamment pour les métiers spécialisés, les postes nécessitant une main-d’œuvre peu qualifiée et les emplois de débutants».

«L’évolution du niveau de priorité accordé à cet enjeu par les propriétaires de PME du Québec demeure aussi frappante, celui-ci étant passé de 59% à 80% en moins de deux ans. Cela devrait servir de signal fort au gouvernement du Québec», conclut la FCEI dans son étude.

Sur le même sujet

Le repreneuriat a plusieurs visages

Édition du 10 Avril 2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Six propriétaire de PME sur dix ont l'intention de vendre ou de céder leur entreprise d'ici dix ans.

François Legault brandit la menace d'un référendum en immigration

M. Legault s’est même avancé sur la question qui pourrait être soumise à la population.

À la une

JP Morgan: la tendance haussière est-elle à risque?

Il y a 50 minutes | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Le récent recul du titre de JP Morgan a-t-il de quoi inquiéter?

Les premiers ministres canadiens sont «préoccupés» par le dernier budget fédéral

Il y a 11 minutes | La Presse Canadienne

Les premiers ministres indiquent que le dernier budget fédéral aura des «répercussions directes» sur leur propre budget.

Apple retire WhatsApp et Threads de l’App Store en Chine à la demande des autorités

Il y a 21 minutes | La Presse Canadienne

Les applications ont été retirées de la boutique en ligne en raison de problèmes de sécurité nationale non précisés.