Collaborer pour innover au Lac-Saint-Jean


Édition du 13 Avril 2022

Collaborer pour innover au Lac-Saint-Jean


Édition du 13 Avril 2022

Par Emmanuel Martinez

Frank Gilbert, directeur de production des Produits Gilbert à l’usine de Roberval et son père, Sylvain, président-fondateur de la PME. (Photo: Emmanuel Martinez)

FOCUS RÉGIONAUX. La marée montante soulève tous les bateaux, dit-on. Cette image s’applique bien aux Produits Gilbert, de Roberval, dont les succès profitent à de nombreux fournisseurs de sa région.


 

Fondée par Sylvain Gilbert dans son garage en 1986, cette entreprise a depuis fait un bon bout de chemin. Elle exporte aujourd’hui des raboteuses pour l’industrie forestière aux quatre coins du monde et emploie quelque 130 personnes.

« Après l’hôpital, c’est nous le plus gros employeur du coin, précise Frank Gilbert, directeur de la production et fils du fondateur. Notre équipe croît rapidement ; même en temps de pandémie, on a augmenté d’une vingtaine de personnes. »

Environ 70 % des revenus de la PME proviennent de la production de raboteuses, qui permettent aux scieries de fournir un bois lisse prêt à être vendu. Ces machines sont vendues en premier lieu aux États-Unis, mais aussi partout sur la planète. D’ailleurs, lors du passage de « Les Affaires », en mars, une raboteuse destinée à la Biélorussie était devenue une victime collatérale du conflit en Ukraine.

« Juste comme on s’apprêtait à l’expédier, la guerre a éclaté, dit Frank Gilbert. C’était la première fois qu’on en livrait une dans ce pays. Finalement, la raboteuse sera envoyée en Allemagne pour y être entreposée en attendant. »

Ces raboteuses sont conçues sur mesure. Par conséquent, de nombreuses pièces sont faites sur place à Roberval, où le métal est découpé et la machine assemblée.

L’entreprise fabrique aussi des vibrofonceurs pour l’industrie de la construction, qui permettent notamment de fixer des pieux dans le sol, des surfaceuses pour les sentiers de motoneige et des têtes d’abattage pour les compagnies forestières.

Agrandissements en série

Qu’ont en commun les Équipements industriels Edmond-Louis Tremblay, de Métabetchouan–Lac-à-la-Croix, Peinture industrielle Lac-Saint-Jean, de Saint-Prime, et DO2 Contrôle, de Dolbeau-Mistassini ? La moitié de la réponse est qu’une grande partie de leur chiffre d’affaires dépend de leurs relations avec les Produits Gilbert. L’autre, c’est que ces entreprises ont toutes des projets d’agrandissement pour répondre aux besoins croissants du fabricant robervalois.

« Je fais des plans pour agrandir ce printemps, affirme Hugo Gagné, propriétaire de Peinture industrielle Lac-Saint-Jean. On va faire une chambre de peinture supplémentaire. Si son volume augmente, cela va me prendre plus de personnel et plus d’espace. »

Sur les sept employés actuels, au moins deux travaillent à temps sur les pièces des Produits Gilbert. Ce client représente 40 % des revenus annuels de l’atelier.

« On communique avec eux constamment, souligne pour sa part Jean Gauthier, chargé de projet et actionnaire de DO2 Contrôle, qui assemble des panneaux électriques pour les raboteuses. On est proches physiquement, donc ça aide. »

L’accès à des fournisseurs locaux est essentiel au succès des Produits Gilbert. « En région éloignée, on a moins d’options vers qui se retourner rapidement, alors avoir de bons collaborateurs, c’est primordial », assure Frank Gilbert.

« On est chanceux, car notre carnet de commandes dépasse un an, poursuit-il. Donc, dès qu’on signe le contrat, notre Division d’ingénierie nous indique les pièces critiques dont on a besoin et on peut avertir nos fournisseurs. »

 

Soutien technique et technologique

Cette collaboration entre entreprises stimule l’innovation.

« Les Produits Gilbert nous permettent de participer à de la recherche et à du développement, précise Éric Tremblay, propriétaire des Équipements industriels Edmond-Louis Tremblay, qui fournit de l’outillage. Quand ils vont fabriquer une pièce ou un outil spécifique, ils nous contactent pour trouver la meilleure solution. On fait des tests pour couper les temps d’usinage. »

Il vante d’ailleurs le savoir-faire de son client. « En matière d’avancées technologiques, c’est capoté comment ils sont à la fine pointe, note-t-il avec admiration. Ils sont avant-gardistes. »

Sans compter que la PME ne travaille pas seulement main dans la main avec ses fournisseurs. Elle partage aussi son expertise avec d’autres entreprises de la région.

« La vision et le leadership qu’ils ont nous permettent d’aider d’autres clients, fait valoir Éric Tremblay. Ils sont très ouverts. Si j’en ai un qui veut optimiser ses opérations, je les mets en contact. Et les Produits Gilbert vont présenter leur façon de faire à mon client. En faire profiter les autres, ils n’ont aucun problème avec ça ! »

 

Doubler la production

Les Produits Gilbert a inauguré, l’an dernier, sa nouvelle aire de lunch. Complètement vitrée et possédant des plafonds de plus de six mètres et d’immenses poutres, elle est spectaculaire.

« On l’a fait pour que les employés soient bien, explique Frank Gilbert. J’adorerais en attirer 50 de plus dans les prochaines années, mais avec la rareté de la main-d’œuvre, il faut être réaliste aussi. L’automatisation va jouer un bon rôle pour nous permettre de grandir. »

Avec la nouvelle cafétéria et l’accroissement de l’usine, la superficie des installations de Roberval doublera cette année pour atteindre près de 80 000 pieds carrés. La PME possède aussi un atelier au Vermont, doté d’un robot au laser qui appose un revêtement antiusure sur des plaques d’acier, un procédé unique en Amérique du Nord, selon elle.

L’entreprise aimerait doubler sa production d’ici quelques années, notamment en lançant de nouveaux produits, en fabriquant des pièces en sous-traitance et en augmentant sa productivité. Cet objectif ravit certainement l’écosystème entrepreneurial local, qui ne demande pas mieux que de croître au même rythme que les Produits Gilbert.

 

 


Sur le même sujet

Le secret d'un démarrage réussi

Il y a 1 minutes | Dominic Gagnon

BLOGUE INVITÉ. Pas besoin d'une grande idée pour se lancer en affaires, mais plutôt d'une bonne solution.

Attention aux excès de positivité!

01/07/2022 | Claudine Bergeron

BLOGUE INVITÉ. La perspective que la positivité puisse être nuisible peut étonner certaines têtes dirigeantes.

À la une

«Pourquoi mes idées n'intéressent-elles personne?»

MAUDITE JOB! «Dès que j'ouvre la bouche pour présenter mes idées, les autres décrochent. Vite, un truc pour changer ça!»

Le Canada se dirigerait vers une «courte» récession «modérée» en 2023, selon RBC

Il y a 27 minutes | La Presse Canadienne

Dans un nouveau rapport, la Banque Royale dit s'attendre à ce que les prix des maisons chutent de 10%.

Il faut diversifier l’approvisionnement en panneaux solaires, dit l'AIE

Il y a 9 minutes | La Presse Canadienne

L'Agence internationale de l'énergie met en garde contre ce marché contrôlé à 80% par la Chine.