La Fondation Lise Watier lance le programme «s'Entreprendre»

Publié le 25/05/2021 à 07:00

La Fondation Lise Watier lance le programme «s'Entreprendre»

Publié le 25/05/2021 à 07:00

Par Denis Lalonde
Marie-Lise Andrade

Let’s Start Up permettra aux femmes de travailler sur leurs compétences entrepreneuriales, raconte la présidente directrice générale de la Fondation Lise Watier, Marie-Lise Andrade. (Photo: courtoisie)

DÉFI START-UP. La Fondation Lise Watier lance le programme «s'Entreprendre» pour «aider les femmes vulnérables sur le plan économique, social ou professionnel à prendre un nouveau départ vers une indépendance financière à long terme». 

Avec ce programme, la fondation veut offrir des formations, un coaching individuel et du microcrédit aux femmes qui veulent se lancer en affaires.

«Lorsque les femmes sont prêtes à démarrer un projet entrepreneurial, d’études postsecondaires ou veulent simplement changer d’emploi améliorer leurs conditions, il n’y a pas beaucoup d’aide», soutient la présidente directrice générale de la Fondation Lise Watier et fille de la célèbre femme d’affaires, Marie-Lise Andrade.

«Nous n’avons pas les moyens des très grandes fondations, mais nous croyons vraiment que notre impact social se trouve là. Nous avons développé un programme spécifique pour ça et avec la notoriété et le parcours entrepreneurial de Lise Watier, c’était naturel pour nous de venir aider à ce niveau-là», ajoute-t-elle. 

Avec un budget de 1 million de dollars, la fondation souhaite venir en aide à 200 femmes par année, dont 75% passeront par le programme entrepreneurial.

«Pour le moment, nous opérons dans les régions de Montréal, de Québec, des Laurentides et de la Montérégie. Nous souhaitons lancer nos activités à Toronto en septembre et voulons aussi étendre celles-ci à deux nouvelles régions au Québec, mais je ne peux pas encore en dire plus à ce sujet», raconte Mme Andrade.

La dirigeante ajoute que la fondation cible surtout les femmes qui sont à l’étape du prédémarrage et du démarrage de leur start-up. «D’autres programmes comme Femmessor et Entreprendre aident les femmes qui sont plus avancées dans leurs projets, alors nous avons voulu les aider plus tôt», dit-elle.

En plus des différents programmes, la Fondation Lise Watier offrira également des prêts d’un maximum de 10 000 dollars à faible taux d’intérêt aux participantes qui en feront la demande.

Après avoir réussi le programme, les femmes recevront une certification de l’Université Concordia.

«Les femmes ont été davantage affectées par la pandémie que les hommes, car elles sont plus présentes dans les industries de la restauration et de l’hôtellerie, qui ont beaucoup souffert depuis plus d’un an. Parfois, elles ont été forcées de délaisser leur emploi parce qu’elles devaient composer avec une charge morale à la maison plus élevée qu’à l’habitude. Notre programme est là pour les aider à se rebâtir une confiance», explique Marie-Lise Andrade.

La présidente soutient que la pandémie a fait germer beaucoup de questionnements chez certaines femmes à propos de leur situation professionnelle et de la possibilité de se lancer en affaires, ce qui peut engendrer beaucoup d’insécurité. 

«s'Entreprendre permettra aux femmes de travailler sur leurs compétences entrepreneuriales. L’objectif est de leur faire réaliser qu’elles ont acquis des compétences tout au long de leur carrière professionnelle et que ces qualités sont transférables quand elles décident de faire autre chose. Pour celles qui décideront de démarrer un projet d’affaires, nous devrons les guider et les encourager à trouver l’étincelle», dit-elle.

L’objectif est de soutenir 200 femmes par année.

 

Sur le même sujet

À la une

Bourse: Wall Street reprend son souffle

Mis à jour il y a 1 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les trois principaux indices américains ont battu un record vendredi.

SQDC: près de 21 tonnes de contenants récupérés

Plus de 2 millions de contenants ont été rapportés en succursale en un an pour être recyclés.

Voici comment apaiser les inquiétudes liées au retour au travail

Moins vos employés sont informés de votre vision post-pandémique du travail, plus leur moral est perturbé.