Vaccination 6-11 ans: Moderna annonce des résultats positifs

Publié le 25/10/2021 à 09:57

Vaccination 6-11 ans: Moderna annonce des résultats positifs

Publié le 25/10/2021 à 09:57

Par AFP

Ces résultats signifient que deux vaccins pourraient être disponibles pour les jeunes enfants dans un futur proche. (Photo: Getty Images)

Washington — Moderna a annoncé lundi des résultats positifs pour son vaccin contre la COVID-19 chez les enfants de 6 à 11 ans, données que l'entreprise prévoit de soumettre aux régulateurs dans le monde «à court terme» en vue d'une autorisation.

Les essais cliniques menés sur plus de 4 700 participants «démontrent une réponse immunitaire forte chez ce groupe d'enfants un mois après la seconde dose», avec des niveaux d'anticorps «robustes» détectés, a déclaré Moderna dans un communiqué.

Le vaccin présente en outre un «profil de sécurité favorable» et était «généralement bien toléré», a ajouté l'entreprise. Les effets secondaires les plus courants étaient de la fatigue, des maux de tête, de la fièvre et une douleur au niveau de l'endroit de l'injection.

«Nous avons hâte de soumettre les données aux agences de régulation mondiales», a déclaré le patron de Moderna, Stéphane Bancel, cité dans le communiqué.

La dose pour les enfants a été adaptée à 50 microgrammes, contre 100 microgrammes pour les injections pour les tranches d'âge plus âgées. Ce dosage de 50 microgrammes est également celui choisi pour la dose de rappel chez les adultes, qui vient d'être autorisée aux États-Unis.

Ces résultats signifient que deux vaccins pourraient être disponibles pour les jeunes enfants dans un futur proche.

L'Agence américaine des médicaments (FDA) doit en effet se réunir dès mardi pour étudier la demande d'autorisation du vaccin de Pfizer chez les enfants de 5 à 11 ans.

Moderna mène également en parallèle des essais cliniques sur les enfants plus jeunes encore, entre 6 mois et 5 ans.

Sur le même sujet

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…