L'OMS demande à Pfizer de rendre son médicament contre la COVID 19 plus accessible

Publié le 10/05/2022 à 14:16

L'OMS demande à Pfizer de rendre son médicament contre la COVID 19 plus accessible

Publié le 10/05/2022 à 14:16

Par La Presse Canadienne

Moins de 16% des habitants des pays pauvres ont reçu une première dose. (Photo: La Presse Canadienne)

Genève — L’Organisation mondiale de la santé a appelé Pfizer à rendre son médicament contre la COVID-19 plus largement disponible dans les pays les plus pauvres, affirmant mardi que l’accord de la société pharmaceutique autorisant les producteurs de génériques à fabriquer le médicament était insuffisant.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré lors d’une conférence de presse que le traitement de Pfizer était encore trop cher. Il a noté que la plupart des pays d’Amérique latine n’avaient pas accès au médicament, le Paxlovid, dont il a été démontré qu’il réduisait jusqu’à 90 % le risque d’hospitalisation ou de décès lié à la COVID-19.

«Nous restons préoccupés par le fait que les pays à revenu faible et moyen restent incapables d’accéder aux antiviraux», a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le chef de l’OMS a prévenu que la distribution inégale des médicaments contre la COVID-19 pourrait ressembler à la distribution grossièrement disproportionnée des vaccins contre le coronavirus.

Par exemple, alors que des pays comme la Grande-Bretagne ont vacciné plus de 70% de leur population, moins de 16% des habitants des pays pauvres ont reçu une première dose.

Pfizer a signé un accord en novembre avec le Medicines Patent Pool, soutenu par l’ONU, pour permettre à d’autres fabricants de médicaments de faire des copies génériques de son traitement, pour une utilisation dans 95 pays. Certains grands pays qui ont subi des éclosions dévastatrices de COVID-19, comme le Brésil, n’ont pas été inclus.

Tedros Adhanom Ghebreyesus a mentionné que l’accord n’allait pas assez loin et a appelé Pfizer à lever ses restrictions géographiques sur les endroits où la version générique du Paxlovid peut être utilisée, ainsi qu’à rendre le médicament moins coûteux pour les pays en développement.

Les États-Unis ont payé environ 500$ pour chaque traitement de Pfizer, qui consiste en trois comprimés pris deux fois par jour pendant cinq jours. Son prix dans les pays en développement n’a pas encore été confirmé.

La scientifique en chef de l’OMS, la Dre Soumya Swaminathan, a déclaré que la majeure partie de l’approvisionnement mondial en médicaments de Pfizer avait déjà été réservée par les pays riches, de la même manière qu’ils ont accaparé la grande majorité des vaccins contre le coronavirus produits l’année dernière.

Elle a applaudi l’accord de Pfizer permettant à d’autres fabricants de médicaments de produire son traitement, mais a noté que la fabrication ne commencerait pas avant l’année prochaine. La Dre Swaminathan a également appelé Pfizer à abandonner son obligation pour certains pays en développement d’assumer la responsabilité du produit en cas de problème une fois qu’il sera déployé.

 

Sur le même sujet

Québec lance une nouvelle campagne de vaccination massive

Une nouvelle campagne de vaccination massive, ciblant d’abord les CHSLD, les résidences pour personnes ...

Un vaccin de Moderna ciblant Omicron approuvée au Royaume-Uni

15/08/2022 | AFP

Cette version du vaccin consiste en une dose de rappel, ciblant à moitié la souche originale et Omicron.

À la une

Bourse: Wall Street en baisse, les taux obligataires se tendent

Mis à jour il y a 15 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le secteur énergétique mène la Bourse de Toronto vers le haut.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour à 08:31 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les Bourses mondiales s'inquiètent des banques centrales. Wall Street prévoit une baisse.

À surveiller: Walmart, Lightspeed et Alimentation Couche-Tard

Que faire avec les titres de Walmart, Lightspeed et Alimentation Couche-Tard? Voici des recommandations d’analystes.