L'Alberta instaurera un passeport vaccinal

Publié le 16/09/2021 à 07:47

L'Alberta instaurera un passeport vaccinal

Publié le 16/09/2021 à 07:47

Par La Presse Canadienne

Le premier ministre de l'Alberta Jason Kenney. (Photo: La Presse Canadienne)

Devant l’évidence que la quatrième vague de la pandémie met sous pression le système de santé de sa province, le premier ministre Jason Kenney a annoncé qu’un passeport vaccinal sera mis en place en Alberta.

Le premier ministre Kenney a aussi déclenché l’état d’urgence sanitaire dans toute la province, ce qui limitera les rassemblements, entre autres. Il a également prévenu que les soins intensifs pourraient être débordés d’ici 10 jours.

M. Kenney a avoué qu’il a hésité avant d’approuver la mise en place de ces nouvelles mesures, «mais avec les personnes non vaccinées qui engorgent nos hôpitaux, c’est la seule option responsable qu’il nous reste», a-t-il dit.

Plusieurs provinces, dont le Québec, ont déjà annoncé ou mis en place un système de passeport vaccinal, qui donne accès à certains services non essentiels aux personnes adéquatement vaccinées.

M. Kenney était réticent à l’idée d’instaurer un tel système, craignant que cela crée une atteinte à la vie privée des citoyens. Certains de ses adversaires soutenaient plutôt que le premier ministre ne voulait pas froisser certains membres de son parti.

L’Alberta a levé toutes ses mesures sanitaires liées à la pandémie il y a plus de deux mois, mais la hausse récente des cas a forcé l’annulation de nombreuses chirurgies.

En conférence de presse mercredi, M. Kenney a avoué que cette décision était une erreur.

«La première mission du gouvernement est d’éviter le plus de décès possible. Nous devons affronter la vérité en face.»

La province compte plus de 18 000 cas actifs de COVID-19, le plus haut total au Canada. Mercredi, 877 personnes étaient hospitalisées en raison du virus dans la province, dont 218 se trouvaient aux soins intensifs.

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…