COVID-19: le vaccin de Pfizer autorisé pour les 12-15 ans

Publié le 05/05/2021 à 11:39

COVID-19: le vaccin de Pfizer autorisé pour les 12-15 ans

Publié le 05/05/2021 à 11:39

Par La Presse Canadienne
Une fiole de vaccin contre la COVID-19.

Les provinces auront maintenant à décider de la façon de conduire les campagnes de vaccination des enfants. (Photo: La Presse Canadienne)

Santé Canada autorise pour la première fois l’administration d’un vaccin contre la COVID−19 pour les enfants de moins de 16 ans.

Le vaccin Pfizer−BioNTech pourra être donné dès l’âge de 12 ans.

Une étude sur 2000 participants âgés de 12 à 15 ans a été conduite aux États−Unis. C’est sur les conclusions de cette étude que Santé Canada se base pour accorder la nouvelle permission au vaccin de Pfizer. 

«L’essai portait sur le même schéma à deux doses et la même dose de vaccin que ceux ayant été autorisés pour les adultes», a spécifié Marc Berthiaume, directeur du Bureau des sciences médicales de Santé Canada. 

«Les données de l’essai clinique ont montré qu’après la deuxième dose, l’efficacité de prévention de la COVID−19 dans cette tranche d’âge plus jeune était de 100 %», a souligné Dr Berthiaume. 

Les provinces auront maintenant à décider de la façon de conduire les campagnes de vaccination des enfants.

Sur le même sujet

COVID-19: Montréal et Laval en zone orange dès lundi

Le processus de déconfinement s’accélère au Québec, alors que plusieurs régions s’apprêtent à changer de couleur.

COVID-19: Moderna veut faire approuver son vaccin pour les 12-17 ans

Moderna demandera au Canada d’autoriser son vaccin pour les enfants de 12 à 17 ans.

À la une

SQDC: près de 21 tonnes de contenants récupérés

Plus de 2 millions de contenants ont été rapportés en succursale en un an pour être recyclés.

Voici comment apaiser les inquiétudes liées au retour au travail

Moins vos employés sont informés de votre vision post-pandémique du travail, plus leur moral est perturbé.

Les employés veulent savoir ce qui adviendra du télétravail dans leur entreprise

Les travailleurs qui ne connaissent pas la position de leur employeur envisagent le retour au bureau avec inquiétude.