Un rapport québécois préconise d'harmoniser les marchés du carbone

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Décembre 2015

Un rapport québécois préconise d'harmoniser les marchés du carbone

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Décembre 2015

[Photo : iStock]

Alors que l'enjeu de la tarification du carbone a été plusieurs fois évoqué en marge de la COP21, à Paris, un rapport présenté par l'Alliance pour une économie verte au Québec, SWITCH, recommande vivement l'harmonisation des marchés du carbone à l'échelle mondiale.

Harmoniser les règles de fonctionnement du marché du carbone entre le Québec, l'Ontario, le Manitoba et la Californie, en vue de conclure des ententes avec la Chine, le Mexique et l'Union européenne : tel est l'objectif défendu par SWITCH, qui réunit des écologistes et des gens d'affaires québécois. Ce groupe de travail vient de publier un rapport intitulé «La Route du carbone», dans lequel il demande aux différents gouvernements d'harmoniser les marchés du carbone à l'échelle mondiale, alors qu'il existe aujourd'hui 17 systèmes de plafonnement et d'échange de droits d'émission (SPEDE) dans 35 pays. La Chine et le Mexique ont d'ailleurs récemment annoncé qu'ils avaient l'intention de lancer leur propre marché dès 2017.

«Il faut un cadre habilitant, pour que ce marché prenne tout son sens, et une prévisibilité dans la réglementation de l'après 2020, pour permettre aux entreprises de mettre en oeuvre les moyens requis», explique Jean Simard, président et chef de la direction de l'Association de l'aluminium du Canada et coprésident de ce comité de travail.

Il réclame aussi des standards internationaux et des mesures de vérification, pour éviter que des réductions soient comptées plusieurs fois ou que des crédits que l'on prétend détenir ne représentent pas de véritables réductions.

Or, «le marché du carbone reste le moyen le plus dynamique d'améliorer la performance des entreprises et d'habituer les investisseurs à faire les bons choix, par un système de récompenses permettant d'aller chercher les meilleurs gains», estime M. Simard. À ceux qui parlent de droits à polluer, il répond : «C'est faux. On voit qu'au fur et à mesure qu'on avance, on réduit le nombre de permis et d'allocations. C'est un encouragement à réduire les émissions».

Bien décidé à peser dans les négociations, SWITCH a remis son rapport aux premiers ministres du Québec, de l'Ontario et du Manitoba. Objectif ? Que ces mécanismes de marché soient reconnus comme l'un des outils pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

À la une

Une start-up montréalaise s’envole grâce aux Émirats arabes unis

La start-up montréalaise C3RiOS Systems voit le jour grâce aux Émirats arabes unis.

Comment avoir une écoute vraiment attentive?

MAUDITE JOB! «En tant que boss, je devrais être à l'écoute des autres. Mais je n'y arrive vraiment pas...»

Russie: la Banque centrale veut bannir les cryptomonnaies dans le pays

11:38 | AFP

L'institution a publié un rapport jeudi proposant l'interdiction du «minage», concourant à la création des cryptoactifs.