Julien Depelteau, le résilient: contourner les nombreuses tuiles

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Novembre 2020

Julien Depelteau, le résilient: contourner les nombreuses tuiles

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Novembre 2020

Par François Normand

Julien Depelteau, PDG de Flexpipe (Photo: courtoisie)

CHAPEAU LES PDG! Depuis janvier, pratiquement toutes les tuiles sont tombées sur la tête de Julien Depelteau, le président de Flexpipe. Pourtant, ce fabricant de produits modulables destinés à la manutention d’outils et de pièces a réussi à rebondir en lançant de nouveaux produits, si bien qu’il pourrait peut-être ne pas afficher de pertes de revenus à la fin de son année financière.

«  On espère récupérer le terrain perdu [une baisse de 20 % des revenus] d’ici la fin de notre exercice, en mars 2021. Ce serait tout un exploit », confie le fondateur de cette PME de Farnham, en Montérégie.

Julien Depelteau en a toutefois vu de toutes les couleurs avant de trouver son salut en fabriquant entre autres des panneaux de protection en plexiglas pour FedEx et en lançant une nouvelle marque, Tinktube. Cette dernière offre aux gens la possibilité de construire leurs propres meubles et structures avec des tubes et des connecteurs en acier – un peu sur le modèle d’IKEA.

Inscrivez-vous à l'édition 2021 du concours «Chapeau les PDG» ici

Guerre et blocus

En janvier, la COVID-19 a commencé à sévir en Chine. Flexpipe, qui réalisait 40 % de ses revenus au Canada et 60 % aux Eacute;tats-Unis, a alors perdu son principal fournisseur de composants, qui exploitait une usine près de Pékin.

Comme celle-ci a été fermée pendant un mois, la PME s’est rabattue sur un fournisseur sud-coréen, ce qui a entraîné des coûts et des retards supplémentaires. Quand les composants sont finalement arrivés au Canada, leur acheminement à l’usine de Farnham a encore été retardé, cette fois en raison des blocus ferroviaires autochtones.

Ce n’est pas tout. Pour vendre des pièces aux États-Unis, Flexpipe les importait de la Chine à partir de son centre de distribution situé à Atlanta. Or, en raison de la guerre commerciale entre Pékin et Washington, la PME a dû payer des tarifs de 10 % à 25 % plus élevés qu’à l’habitude.

Le coup de massue est toutefois tombé à la mi-mars, quand la pandémie a commencé à frapper durement l’Amérique du Nord. Les gouvernements ont alors fermé des pans entiers de l’économie, incluant les deux principaux secteurs clients de Flexpipe, l’automobile et l’aéronautique.

Comme de nombreuses entreprises, la PME a dû mettre des employés à pied – la moitié, au plus fort de la tempête.

Cependant, loin de baisser les bras, elle s’est mise en mode innovation tous azimuts. Ces produits n’ont pas tous été des succès, par contre. À commencer par une station de liquide désinfectant pour les mains actionnée en appuyant le pied sur une barre horizontale en exerçant une certaine pression.

L’échec a été retentissant, raconte en riant Julien Depelteau. «  On avait construit une trentaine de ces machines, mais on en a vendu seulement 10, car les personnes légères avaient de la difficulté à actionner le distributeur… Et dire qu’on avait songé à en vendre sur Amazon ! »

 

Sur le même sujet

Des chefs d'entreprises canadiennes exigent un plan de réouverture des frontières

Ottawa est appelée à présenter un plan de réouverture complet et à utiliser un passeport vaccinal.

Voici un indice que le PDG travaillera pour ses actionnaires

23/04/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ.La réponse est claire: qu’ils soient eux-mêmes propriétaires d’un nombre substantiel d’actions.

À la une

Bourse: Wall Street termine la semaine en forme, meilleure semaine depuis juin

Mis à jour à 17:05 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse avec le cours du pétrole brut.

À surveiller: Nuvei, Target et Air Canada

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.

Le bitcoin s'envole, le régulateur américain envisage d'ouvrir un peu plus le marché

12:09 | AFP

Le gendarme boursier américain envisage d'autoriser des fonds indiciels (ETF) liés à la cryptomonnaie.