Bourse: combattre la peur

Publié le 28/01/2022 à 11:01

Bourse: combattre la peur

Publié le 28/01/2022 à 11:01

Par Jean Gagnon

(Photo: 123RF)

La BOUSSOLE BOURSIÈRE est une rubrique qui traite d'un événement récent ou prochain qui a marqué ou marquera l’évolution des marchés boursiers. Le texte expliquera l’événement et relatera son impact sur le marché boursier en s’appuyant sur l’analyse d’experts. Cette analyse pourra être autant fondamentale que technique.


(Illustration: Camille Charbonneau)

 

«Soyez craintif quand les autres sont cupides et cupides quand les autres sont craintifs» (Be fearful when others are greedy and greedy when others are fearful), disait Warren Buffett. Nombreux sont les investisseurs qui connaissent bien cette maxime que l’on accorde au plus célèbre d’entre eux. Mais s’il est facile de comprendre sa logique, il n’est pas très aisé de la suivre. Et le moment que nous traversons l’illustre bien.

Depuis le début des négociations boursières cette année, les marchés sont en proie à une forte volatilité. Plusieurs indices ont chuté jusqu’au niveau que l’on qualifie de correction, soit une baisse de plus de 10 % depuis le dernier sommet. Ces indices, ainsi que plusieurs titres parmi les plus grosses compagnies, enfoncent facilement leurs moyennes mobiles, laissant ainsi aucun signe indiquant où sera le creux.

Résultat: malgré la phrase célèbre de Buffett, pas facile pour les investisseurs comme vous et moi de passer des ordres d’achat, et ce même si les prix sont maintenant, ou du moins ils le semblent, très attrayants.

Il importe donc, dans un premier temps, de rationaliser la chose, explique Vincent Fournier, gestionnaire de portefeuille chez Claret Gestion de placements. Il rappelle d’abord qu’à chaque année, il y a un moment où le marché est en forte baisse. «Ces reculs sont de 13% en moyenne», dit-il. Certaines de ces corrections frappent plus l’imagination des investisseurs que d’autres, telles celles de 2018 et de 2020.

Chacune des corrections se produit pour des raisons différentes. «Celle que l’on vit actuellement est attribuable à l’inflation, aux hausses de taux d’intérêt et aux ruptures de stocks des entreprises», dit-il.

 

(Source: Eikon Refinitiv)

Marché haussier séculaire

On ne sait pas exactement s’il a débuté en 2009 à la suite de la crise financière ou quelques années plus tard, mais les experts s’entendent à dire que les marchés boursiers sont actuellement dans une période de hausses à long terme (marché haussier séculaire ou secular bull market) ». « Et ces périodes durent généralement entre 20 et 25 ans, explique Vincent Fournier. De plus, lorsque que des corrections se présentent inévitablement durant ces marchés haussiers séculaires, elles sont violentes, mais courtes.

 

Fallait certainement s’y attendre

L’automne dernier, il devenait selon plusieurs experts de plus en plus inévitable qu’une correction allait se produire. «Cela a eu pour effet de provoquer la vente de titres reliés aux secteurs de croissance afin de se réfugier dans des titres prudents et de laisser passer la tempête», explique Cimon Plante, gestionnaire de portefeuilles, Financière Banque Nationale.

Et en janvier, plusieurs autres secteurs qui se voulaient pourtant plus sécuritaires ont emboité le pas, tels les banques américaines dont les résultats trimestriels ont déçu, ainsi les titres dont la valorisation boursière est soudainement apparue beaucoup trop étirée.

Ces reculs ouvrent maintenant la porte à de belles occasions d’investissements, selon M. Plante. « Les secteurs du logiciel et de l’Internet en sont de bons exemples », dit-il. Actuellement, les actions de ces compagnies se négocient à un multiple tout près de leurs moyennes historiques, alors que leurs modèles d’affaires sont certainement plus prometteurs que par le passé, estime-t-il.

Il est clair qu’envers les grands titres technos, les investisseurs sont sous l’emprise de la peur. Les allocations de liquidités des gestionnaires vers le secteur de la technologie ont atteint un creux remontant à 2008, estime Cimon Plante. «C’est comme si le secteur était personna non grata», dit-il.

Pour sa part, Vincent Fournier croit que moment est propice pour commencer à déployer le capital pour les investisseurs avec de nouvelles liquidités ou ceux qui étaient demeurés sur les lignes de côté au cours des derniers mois craignant cette correction.

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Mis à jour à 07:57 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Nouvelle baisse sur les marchés, la livre sous pression. Wall Street prévoit une baisse.

Bourse: Wall Street termine en hausse, rassurée par la Banque d’Angleterre et la baisse des taux

Mis à jour le 28/09/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a mis fin à une séquence de six reculs quotidiens consécutifs.

OPINION Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi
Mis à jour le 28/09/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, sixième baisse d'affilée pour le Dow Jones
Mis à jour le 27/09/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi
Mis à jour le 27/09/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

À surveiller: Metro, Cargojet et Canopy Growth

Il y a 44 minutes | Charles Poulin

Que faire avec les titres Metro, Cargojet et Canopy Growth? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les nouvelles du marché

Mis à jour il y a 54 minutes | Refinitiv

L'OPEP+ discute pour diminuer sa production, Teck Resources et son projet Zafranal, Ouragan Ian et Google.

Études: les partisans du PCQ mangent de la viande

Les caquistes privilégient la voiture alors que les solidaires sont nombreux à être écoanxieux, révèle une étude.