Des manufacturiers dépassés par une demande... électrique


Édition du 20 Mai 2017

Des manufacturiers dépassés par une demande... électrique


Édition du 20 Mai 2017

Par Claudine Hébert

Hugo ­Jeanson est directeur général et copropriétaire du concessionnaire ­Bourgeois ­Chevrolet, qui s’affiche comme le vendeur numéro un de voitures électriques au Canada.

Vous comptez acheter un véhicule électrique d'ici les prochains mois ? Armez-vous de patience. Quel que soit le manufacturier, ces véhicules sont pour la plupart livrés au compte-gouttes aux concessionnaires.

Depuis son lancement en janvier 2015, le modèle Bolt EV de Chevrolet fait fureur sur les médias sociaux et à l'occasion des essais routiers. Conçue pour concurrencer le modèle 3 de Tesla, la Bolt EV propose 383 km d'autonomie pour un prix inférieur à 45 000 $. Des analystes américains de l'industrie automobile sont convaincus qu'il se vendra plus de 50 000 Bolt EV par année, ce qui fera de ce modèle le véhicule électrique le plus vendu de tout le continent nord-américain.

Le hic : bonne chance si vous souhaitez en faire l'acquisition. Le temps d'attente pour se procurer une Bolt EV est présentement d'au moins six mois. «On vit le même scénario d'offre et de demande qu'on a vécu lors de la sortie du modèle Volt Chevrolet. D'ici un an, l'attente sera de quelques semaines tout au plus», explique Philippe-André Bisson, porte-parole de GM pour l'est du Canada. L'usine d'Orion, au Michigan, qui produit ce modèle, ne suffit tout simplement pas à la demande, qui vient essentiellement des conducteurs de la Californie, du Nord-Est américain et du Québec, ajoute-t-il.

Simon-Pierre Rioux, président de l'Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), est d'un autre avis. Selon lui, les manufacturiers automobiles ne la jouent pas fair-play en ce moment. «Ils annoncent en grande pompe leurs nouveaux véhicules électriques dans les salons automobiles et dans les médias, mais ils tardent ensuite à en produire suffisamment pour répondre à la demande qu'ils créent au sein de la population», déplore-t-il.

Pourtant, les sondages montrent que plus de 40 % des consommateurs souhaitent acheter un véhicule électrique comme prochaine voiture. «Malheureusement, vu les délais beaucoup trop longs, la plupart des acheteurs intéressés sont découragés, repoussent cet achat et... risquent fort de le reporter encore dans trois ou quatre ans», souligne M. Rioux.

Une loi zéro émission ambitieuse

Rien pour soutenir les objectifs ambitieux de la loi 104, adoptée à l'unanimité par le gouvernement du Québec en octobre dernier. Cette loi vise à augmenter le nombre de véhicules zéro émission (VZE) sur les routes. Que dit-elle ? Que, d'ici la fin de 2018, 3 % des véhicules neufs vendus sur le territoire devront être électriques. La cible est de 15 % en 2025. Québec devient ainsi la première province canadienne à adopter une telle loi, emboîtant le pas à la Californie et au regroupement d'États du Nord-Est américain (Vermont, New York, Connecticut, Maryland, Rhode Island et Massachusetts), qui ont fait de même.

On est pourtant très loin du but, avertit Guy Duplessis, président sortant de la Corporation des concessionnaires automobiles du Québec (CCAQ). Les véhicules électriques représentaient moins de 1 %, 0,7 % pour être exact, des 458 287 véhicules neufs vendus en 2016 au Québec, précise-t-il.

«C'est beau, vouloir être des leaders en matière d'environnement mais, avec de tels objectifs, on agit plutôt comme des visionnaires», soutient M. Duplessis, qui est également concessionnaire Honda à Sainte-Foy. Lui-même conduit une Honda hybride. Il tient à souligner que même la Californie a dû revoir ses objectifs à six reprises pour s'adapter à la réalité du marché. «Ce n'est pas que la CCAQ soit contre cette loi. Il faut de telles actions pour prendre le virage électrique. Cependant, les objectifs fixés par Québec sont beaucoup trop élevés. Juste sur le plan des ventes de véhicules par rapport à la population, les exigences de Québec dépassent de 200 à 300 % celles des États-Unis», signale-t-il.

La réglementation de la loi 104 n'est pas encore écrite. Les pourparlers se poursuivent entre le gouvernement et les principaux acteurs de l'industrie automobile. Cependant, les concessionnaires craignent les répercussions que devront assumer les consommateurs s'il n'y a aucun assouplissement. «Les manufacturiers qui ne répondront pas aux objectifs fixés par Québec seront sommés de payer des amendes. Faut-il rappeler que certains d'entre eux, notamment Mazda, n'ont actuellement ni véhicule électrique ni véhicule hybride sur le marché ?» soulève M. Duplessis. Pour éviter de payer les amendes, poursuit-il, des manufacturiers songent déjà à réduire le nombre de modèles de véhicules chez les concessionnaires québécois, ce qui fera augmenter le prix de tous les véhicules, sans exception.

Du neuf à Rawdon...

Du côté de Rawdon, dans la région de Lanaudière, le concessionnaire Bourgeois Chevrolet ne semble pas trop s'inquiéter de cette nouvelle loi. Depuis deux ans, il s'affiche comme le vendeur numéro un de voitures électriques au pays. L'an dernier, il a franchi le cap des 400 ventes de véhicules électriques et hybrides, soit près de 10 % des ventes de ce type de véhicules au Québec. «Et on est convaincus d'en vendre 500 cette année, ce qui portera à 1 000 nos ventes totales, incluant les véhicules à essence. C'est trois fois plus que ce qu'on vendait il y a cinq ans», souligne fièrement Hugo Jeanson, directeur général et copropriétaire de la concession. Même le nombre d'employés du concessionnaire a plus que doublé, passant de 20 à 45.

Comment expliquer cette première place au pays ? «En 2012, nous avons reçu une Volt comme véhicule d'échange lors d'une transaction. Ironiquement, nous n'avions même pas la bannière Volt. Nous l'avions refusée, croyant que ce n'était pas du tout notre marché. Comme je suis curieux, j'ai tout de même voulu essayer le véhicule pendant quelques jours. J'ai eu le coup de foudre», raconte M. Jeanson. D'un commun accord avec ses deux partenaires d'affaires, le concessionnaire a alors décidé de faire de la voiture électrique son marché niche.

«Au départ, nous achetions nos véhicules aux États-Unis. C'est devenu moins profitable, vu le taux de change. En 2015, nous avons ratissé l'ensemble des concessionnaires Chevrolet de la province, de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick pour récupérer plus de 300 modèles Volt. En voyant que nous vendions nos véhicules, Chevrolet nous en a accordé davantage. Aujourd'hui, nos clients, conscients qu'il y a six mois d'attente ailleurs, viennent de partout au Québec pour acheter la Volt, la Bolt EV, ainsi que les modèles d'occasion Cadillac ELR et Chevrolet Spark EV», indique Hugo Jeanson.

Chez Montréal Auto Prix, une entreprise spécialisée dans la vente de véhicules d'occasion, on veut aussi être un précurseur. En février 2016, l'entreprise a ouvert à Montréal une succursale se consacrant à la vente de véhicules d'occasion électriques et hybrides. Selon les modèles et le kilométrage, les prix varient de 10 000 $ à 40 000 $.

Le concessionnaire Sylvain Lamoureux préfère demeurer discret quant au nombre de ventes. Il souligne toutefois que la vingtaine de véhicules offerts sur le plancher prennent moins de sept jours à trouver un acheteur. «Et la demande est suffisamment élevée pour que l'on ait investi 150 000 $ dans l'achat de deux bornes de recharge rapide. Ce qui porte à cinq le nombre de bornes dans le stationnement de la concession», mentionne M. Lamoureux.

Qui achète ces véhicules électriques et hybrides usagés ? Principalement les consommateurs ordinaires, qui représentent 70 % de la clientèle. L'autre 30 % est constitué de chauffeurs de taxi et de commerces de restauration rapide qui font de la livraison.

Enfin, l'entreprise ne se limite pas à vendre des autos. Elle organise tous les mercredis soir une séance d'information pour les gens qui ont des questions sur les véhicules électriques et hybrides. Une soirée qui, chaque semaine, réunit entre 30 et 50 personnes.

À la une

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.

Multiplier la déduction pour gain en capital, c'est possible?

19/04/2024 | WelcomeSpaces.io

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Quelle est l'avantage de cette stratégie?