Bourse: Wall Street au vert, Toronto au rouge

Publié le 11/09/2015 à 10:30, mis à jour le 11/09/2015 à 17:08

Bourse: Wall Street au vert, Toronto au rouge

Publié le 11/09/2015 à 10:30, mis à jour le 11/09/2015 à 17:08

(Photo: Bloomberg)

Wall Street a terminé la séance sur une note positive alors que le S&P/TSX a chuté avec le secteur de l'énergie.

À Toronto, l’indice S&P a reculé de 108,42 points, ou de 0,8%, à 13 461,47 points. Le secteur de l'énergie a tiré l'indice vers le bas, plongeant de 2,82%.

Le dollar canadien a clôturé à 75,45 cents US, en baisse de 0,15 cent;

À New York, le S&P 500 a gagné 8,76 points, ou 0,45%, à 1 961,05 points;

Le Dow Jones a grimpé de 102,69 points, ou de 0,63%, à 16 433,09 points; 

Le Nasdaq a progressé de 26,09 points, ou de 0,54%, à 4 822,34 points.

L'indice de confiance des consommateurs américains de l'Université du Michigan a chuté à 85,7 en septembre, lui qui était de 91,9 en août. Les analystes anticipaient un indice à 91,1. Un indice inférieur à 100 signifie que davantage de consommateurs américains sont pessimistes quant aux perspectives économiques des États-Unis. Cette donnée sert d'indicateur avancé sur la consommation future des individus, qui constitue les deux tiers de l'économie américaine.

À Toronto, les titres de Dollarama (TOR: DOL) et de TSO3 (TOR: TOS) ont touché un sommet annuel en début de séance, alors que celui de Bombardier (TOR: BBD.B) a reculé de 0,02$ à 1,86$ après deux séances de forte progression.  

En attente de la décision de la Fed

Le marché extrêmement calme, selon plusieurs analystes, a d'abord subi le recul des cours du pétrole, pesant sur le secteur de l'énergie, avant de se redresser au fil de la journée.

«Les investisseurs ne veulent pas prendre d'engagements sérieux avant une réunion de la Fed tellement importante, alors qu'il y a tellement d'incertitudes», a déclaré Alan Skrainka, de Cornerstone Wealth Management.

Selon lui, la hausse «n'a pas vraiment de signification, il s'agit juste d'investisseurs organisant leurs portefeuilles. Les yeux seront braqués sur la Fed la semaine prochaine», quand son comité de politique monétaire annoncera jeudi s'il hausse ou non les taux d'intérêt, pour la première fois depuis près de dix ans. 

«Ce (type de séance calme) arrive parfois le vendredi, tout le monde est crevé après les mouvements de la semaine, et avant un week-end qui sera prolongé pour certains (ndlr: à l'occasion de la fête du nouvel an juif, Roch Hachanah)», a précisé pour sa part Mace Blicksilver, chez Marblehead Asset Management.

Selon M. Skrainka, le marché estime qu'il y a 28% de chances que la Fed agisse la semaine prochaine, «mais même si elle ne change rien, son communiqué sera en mesure de faire bouger le marché».

Les statistiques de vendredi ont été mitigées.

Les prix à la production aux États-Unis ont heureusement surpris en restant stables en août, en dépit de la rechute des prix de l'énergie, mais «on devrait se retenir de tout enthousiasme, vu que l'indice est en repli de 0,8% sur un an», a noté Patrick O'Hare, chez Briefing.

L'indice des prix à la production est une composante de l'inflation, que la Fed espère voir remonter à un rythme de 2% annuel. 

Par ailleurs les investisseurs ont été déçus par une nette baisse du moral des ménages américains en septembre par rapport à août, qui s'établit à 85,7, en recul de 6,2 points alors que seulement 0,4 point était escompté. 

Pour M. Blicksilver, ce recul «n'est pas surprenant vu la volatilité du marché (...), qui pèse sur le moral des consommateurs».

Nouveau départ chez Yahoo!

Du côté des valeurs, le groupe internet Yahoo! a gagné 0,90% à dollars, après l'annonce du départ de sa directrice marketing Kathy Savitt, débauchée par le studio de cinéma STX Entertainement après trois ans dans ses fonctions.

Google, qui a lancé son service de paiements Android Pay, plus ambitieux que le Google Wallet lancé en 2011, a gagné 0,65% à 655,30 dollars.

Le constructeur Fiat Chrysler a cédé 0,14% à 14,57 dollars, alors qu'il est engagé dans des négociations salariales tendues avec ses principaux syndicats, à l'approche d'une date limite mardi.

La société de services pétroliers Halliburton a perdu 1,01% à 37,20 dollars. Selon le New York Post, les autorités de la concurrence lui demandent, comme condition de son rachat de Baker Hughes (-1,12% à 53,08 dollars), de trouver un acheteur unique pour des actifs valorisés à quelque 7,5 milliards de dollars.

Marvell Technology, un fabricant de puces informatiques, a dégringolé de 16,21% à 8,84 dollars après avoir annoncé qu'il retardait la publication de ses résultats trimestriels pour vérifier certaines données de son chiffre d'affaires.

Le spécialiste des en-cas Mondelez a progressé de 0,71% à 42,68 dollars, après que l'investisseur activiste Bill Ackman a vanté sur la chaîne de télévision CNBC sa prise de participation, justifiée selon lui par les résultats de l'entreprise et la possibilité d'un éventuel rachat par son ancienne maison mère Kraft Heinz

Le marché obligataire était en hausse. Le rendement des bons du Trésor à dix ans s'affichait à 2,186%, contre 2,227% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,953%, contre 2,990% auparavant.

À la une

L’éclipse totale a eu un impact positif sur le tourisme des Cantons-de-l’Est

Il y a 13 minutes | La Presse Canadienne

Tourisme Cantons−de−l’Est fait état d’au moins 55 000 visiteurs de l’extérieur de la région seulement le 8 avril.

JP Morgan: la tendance haussière est-elle à risque?

11:20 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Le récent recul du titre de JP Morgan a-t-il de quoi inquiéter?

Les premiers ministres canadiens sont «préoccupés» par le dernier budget fédéral

Il y a 27 minutes | La Presse Canadienne

Les premiers ministres indiquent que le dernier budget fédéral aura des «répercussions directes» sur leur propre budget.