Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 31/05/2022 à 08:29, mis à jour le 31/05/2022 à 08:40

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 31/05/2022 à 08:29, mis à jour le 31/05/2022 à 08:40

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés mondiaux repartaient à la baisse mardi, dans une séance dense en indicateurs économiques qui a confirmé les difficultés de l'économie mondiale, tant dans la lutte contre l'inflation que sur la croissance. 

L'Europe boursière évoluait en nette baisse. Wall Street se préparait à sortir de son long week-end dans le rouge, après avoir connu sa première progression hebdomadaire en deux mois la semaine dernière.

 

Les indices boursiers à 08h36

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones affichaient un recul de 227,00 points (-0,68%) à 32 931,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 retraitaient de 28,75 points (-0,69%) à 4 127,00 points. Les contrats à terme du Nasdaq lâchaient 58,50 points (-0,46%) à 12 619,25 points.

À Londres, le FTSE 100 gagnait 24,42 points (+0,32%) à 7 624,48 points. À Paris, le CAC 40 baissait de 70,34 points (-1,07%) à 6 492,05 points. À Francfort, le DAX affichait un recul de 139,94 points (-0,96%) à 14 436,04 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a retraité de 89,63 points (-0,33%) à 27 279,80 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a terminé en hausse de 291,27 points (+1,38%) à 21 415,20 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain affichait une hausse de 3,63 $ US (+3,15%) à 118,70 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord montait de 4,40 $ US (+3,68%) à 123,83 $ US.

 

Le contexte 

Le taux d'inflation dans la zone euro a battu un nouveau record en mai, à 8,1% sur un an, a annoncé Eurostat mardi, alors que la guerre en Ukraine attise une flambée des prix de l'énergie et de l'alimentation.

La hausse des prix à la consommation a atteint chaque mois des niveaux record depuis novembre en zone euro. Aux États-Unis, une première baisse en mai a été constatée, selon l'indicateur PCE publié vendredi. 

La situation pèse sur le pouvoir d'achat et la consommation des ménages: en France, cet aspect a entraîné un recul du Produit intérieur brut au premier trimestre, de 0,2%, alors qu'une stagnation du PIB était annoncée dans la première estimation. 

Signe des tensions au niveau des entreprises, la chaîne de distribution britannique B&M plongeait de 14,40% après avoir averti qu'elle s'attendait à une baisse de ses résultats cette année en raison de la hausse des prix. 

La situation va renforcer la pression sur la Banque centrale européenne pour qu'elle durcisse la politique monétaire de la zone euro, avec des relèvements de ses taux directeurs.

«Au cours des derniers mois, la BCE a été confrontée à une pression croissante» pour rompre avec sa politique ultra-accommodante, estime Jonas Keck du Centre for Economics and Business Research. 

«Cela contraste avec les autres grandes banques centrales, notamment la Réserve fédérale américaine et la Banque d'Angleterre, qui ont toutes deux connu au moins deux hausses de taux cette année.» 

Les responsables de la BCE ont déjà prévenu que des relèvements des taux directeurs auront lieu au troisième trimestre, mais restent précautionneux en raison de la fragilité de l'activité économique. 

Les prix du pétrole accentuaient leur hausse mardi jusqu'à des niveaux plus vus depuis les sommets atteints début mars, galvanisés par l'annonce de l'Union européenne parvenant finalement à un embargo sur l'essentiel du pétrole russe, après des semaines de négociations.

La nouvelle faisait encore monter les prix du pétrole, un des moteurs de l'envolée de l'inflation depuis le début de l'année.

Les valeurs de l'énergie et notamment du pétrole s'en sortaient le mieux mardi, avec des hausses de 0,82% pour TotalEnergies à Paris, de 1,95% pour Repsol à Madrid, 0,92% pour Eni à Milan ou 1,41 pour BP à Londres.

Le géant de l'agroalimentaire et de l'hygiène Unilever grimpait de plus de 6% mardi après la nomination du milliardaire américain Nelson Peltz au conseil d'administration et la confirmation de l'entrée au capital de son fonds activiste Trian.

Le suisse Firmenich veut fusionner avec le néerlandais DSM (+7,24%) pour créer un nouveau géant des parfums et arômes, produits nutritionnels et de santé, annoncent mardi les deux groupes. En Allemagne, le chimiste Lanwess (+10,33%) s'est associé au fonds Advent pour racheter les activités de matériaux industriels de DSM. 

L'euro reculait de 0,61% à 1,0713 dollar américain à 08h10, heure du Québec.

Le bitcoin confirmait sa forte hausse d'hier, et montait encore de 1,54% à 31 740 $ US.

Sur le même sujet

Bourse: des prises de profits coupent l'élan de Wall Street qui termine en ordre dispersé

Mis à jour le 11/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Mis à jour le 11/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés mondiaux étaient mitigés jeudi matin.

OPINION Bourse: Wall Street bondit, fêtant le ralentissement de l'inflation américaine
Mis à jour le 10/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi
Mis à jour le 10/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: Wall Street termine en baisse, plombée par la technologie, avant l’inflation américaine
Mis à jour le 09/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

Bourse: des prises de profits coupent l'élan de Wall Street qui termine en ordre dispersé

Mis à jour le 11/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

À surveiller: Metro, Stella-Jones et CAE

11/08/2022 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Metro, Stella-Jones et CAE? Voici quelques recommandations d’analystes

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

11/08/2022 | Refinitiv

Voici les gagnants et les perdants du jour.