Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 30/05/2023 à 08:25, mis à jour le 30/05/2023 à 08:31

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 30/05/2023 à 08:25, mis à jour le 30/05/2023 à 08:31

(Photo: La Presse Canadienne)

REVUES DES MARCHÉS. Les Bourses mondiales évoluent en ordre dispersé mardi, un peu rassurées par l'accord trouvé pour éviter un défaut de paiement des États-Unis mais néanmoins prudentes avant son vote au Congrès.

Les indices boursiers à 08h00

Les marchés mondiaux étaient mitigés mardi matin, alors que les investisseurs attendaient la publication de données économiques en Chine et ailleurs.

Londres glissait de 0,2% et Paris de 0,4% en début de séance en Europe, tandis que Francfort avançait de 0,3%.

À New York, avant l’ouverture des marchés, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles progressait de 0,2% et l’indice élargi S&P 500 de 0,5%.

En Asie, le Nikkei 225 a ajouté 0,3% à Tokyo. La bourse de Shanghaï était stable et le Hang Seng a avancé de 0,2% à Hong Kong. Sydney a cédé 0,1% et Séoul a bondi de 1,0%.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole laissait couler 1,50 $US à 71,17 $US le baril.

 

 

 

Le contexte 

Les investisseurs seront attentifs aux discussions au Congrès américain sur l’accord conclu entre le président Joe Biden et le dirigeant républicain Kevin McCarthy pour relever le plafond de la dette des États-Unis en échange de coupes budgétaires.

L’examen de cette proposition de loi de finances aura des allures de course contre la montre, car si aucun compromis n’est voté, le pays pourrait se retrouver en défaut de paiement dès le 5 juin, selon le Trésor américain.

Kevin McCarthy a prévu un vote à la Chambre mercredi en séance plénière. Ce sera ensuite au tour du Sénat, à majorité démocrate, de s’en saisir.

«Il y a beaucoup de doutes quant à savoir si les deux principaux négociateurs seront en mesure d’unir leurs rangs derrière eux avec le compromis qui a été élaboré», souligne Jürgen Molnar pour RoboMarket, qui constate une certaine «modération» sur les marchés mardi.

Sur le marché obligataire, les taux d’intérêt des dettes souveraines se détendaient avec la baisse des craintes de défaut de paiement des États-Unis. Le rendement de la dette américaine à 10 ans était de 3,71% contre 3,80% à la clôture de lundi.

Ce sont surtout les taux des dettes des États européens qui refluent (2,37% pour le taux allemand à 10 ans, contre 2,43% à la clôture de lundi), après la publication d’une inflation en net ralentissement en Espagne, à 3,2% en mai sur un an. L’inflation sous-jacente, qui exclut les prix de l’énergie, a aussi reculé de 0,5 point, pour atteindre 6,1% sur un an.

Plus tôt en mai, l’inflation britannique était ressortie à un niveau nettement supérieur aux anticipations des analystes, ce qui avait crispé le marché obligataire et renforcé les anticipations que les banques centrales ont encore à faire en Europe pour ramener l’inflation sous contrôle.

La livre sterling se renforçait par rapport à la plupart des autres devises. Elle prenait 0,63% à 1,24 $US pour une livre et l’euro montait de 0,30% par rapport au dollar américain à 1,0740 $US pour un euro.

En Asie, les places de Hong Kong (+0,24%) et Shanghai (+0,09%) n’ont que très légèrement rebondi après leur baisse de lundi. Tokyo a progressé de 0,30%.

L’un des indices de Hong Kong a même brièvement perdu 20% par rapport à son pic de janvier, un seuil important pour qualifier un marché baissier.

Michael Hewson, analyste de CMC Markets, constate des «inquiétudes concernant la reprise économique en Chine, les données économiques récentes suggérant que la confiance diminue et que l’activité économique est en déclin».

 

Nvidia bientôt dans le club des 1 000 milliards

L’action du spécialiste des processeurs Nvidia progressait de 3,99% dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de Wall Street. Si la tendance se confirme à l’ouverture, la capitalisation boursière du groupe dépasserait les 1 000 milliards de dollars pour la première fois et Nvidia rejoindrait Apple, Microsoft, Alphabet et Amazon dans le club des entreprises américaines qui valent plus de 1 000 milliards.

Nvidia s’est envolé de près de 30% en Bourse depuis mercredi dernier après avoir présenté des perspectives de chiffre d’affaires dopées par la course à l’intelligence artificielle.

 

Du côté des matières premières et du bitcoin

Les prix du pétrole reculaient. Le baril de Brent de Mer du Nord cédait 1,36% à 76,02 dollars, et le baril de WTI américain perdait 1,14%, à 71,84 dollars.

Le prix du contrat de référence de gaz naturel européen était de 24,88 euros le mégawattheure, en rebond de 1,27% après de fortes baisses ces derniers jours.

Le bitcoin gagnait 1,02% à 27 975 $US.

Sur le même sujet

Bourse: «Nvidia est le nouveau roi de Wall Street»

Mis à jour à 12:42 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les télécommunications et les services publics pesaient sur le TSX jeudi.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi 23 mai

Mis à jour à 07:46 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Nvidia lance la tech, peu d'élan ailleurs.

OPINION Bourse: Wall Street termine en baisse
Mis à jour le 22/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi 22 mai
Mis à jour le 22/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: nouveaux records pour le Nasdaq et le S&P 500
Mis à jour le 21/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Voici trois commerces qui ont élaborer de nouvelles stratégies pour se démarquer.

La main-d'oeuvre reste un défi pour les détaillants

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Plus d'un poste vacant sur dix au Québec se trouve dans le secteur du commerce de détail.

Des clients avides de rabais

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants doivent s'ajuster aux nouvelles attentes des consommateurs.