Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 20/10/2021 à 07:49, mis à jour le 20/10/2021 à 07:56

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 20/10/2021 à 07:49, mis à jour le 20/10/2021 à 07:56

(Photo: Getty Images)

Les marchés se montraient hésitants mercredi, affairés à examiner de nouvelles publications trimestrielles d'entreprises de part et d'autre de l'Atlantique, mais aussi la trajectoire de l'inflation et les blocages d'approvisionnement.

La tendance s'annonçait aussi peu claire à Wall Street où les contrats à terme des principaux indices étaient stables avant l'ouverture.

 

Les indices

Aux États-Unis, vers 8h00, les contrats à terme du Dow Jones étaient stables à 35 319 points (-4,00 points, -0,01%). Pareillement pour ceux du S&P 500 à 4 510,25 (-1,00 point, -0,02%) points alors que ceux du Nasdaq se trouvaient aussi à l'équilibre à 15 399,50 points (+1,00 points, +0,01%).

En Europe, les résultats étaient aussi plutôt à l'équilibre. À Londres, le FTSE 100 avançait de 0,03%. À Paris, le CAC 40 perdait 0,04% et à Francfort, le DAX récoltait 0,09%.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a terminé en légère hausse de 0,014%. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a pris de 1,35%.

Du côté du pétrole, vers 8h00, le prix du baril de WTI américain perdait 1,11% à 82,04 $US et le baril de Brent de la mer du Nord reculait de 0,98% à 84,25 $US.

 

Le contexte

Jusqu'ici les résultats trimestriels des grosses entreprises américaines, supérieurs aux attentes, ont bien plu aux investisseurs américains. 

En ce moment, «le marché surévalue les bonnes nouvelles et sous-évalue les mauvaises» comme les problèmes d'approvisionnement et la hausse des prix, «parce que les taux ne remontent pas trop vite» sur le marché de la dette souveraine, explique Alexandre Bardez, analyste chez IG France, dans un point quotidien en ligne.

Thème récurrent, l'inflation continue de susciter des interrogations et la hausse fulgurante des prix à la production en Allemagne (+14,2% en septembre) n'offrait aucun répit. Idem au Royaume-Uni, où l'inflation reste très élevée bien qu'elle ait légèrement ralenti pour les douze mois terminés en septembre, à 3,1%.

La question de la réduction de la politique monétaire ultra-accommodante des banques centrales reste aussi omniprésente, les marchés anticipant un relèvement plus précoce des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine (Fed) et européenne (BCE).

Jusqu'à la fin de la semaine, la question en Asie sera de savoir si le promoteur immobilier chinois endetté Evergrande pourra éviter le défaut de paiement. Un «défaut sélectif» a par ailleurs été prononcé par l'agence de notation financière S&P Global Ratings pour le groupe immobilier chinois Sinic.

L'action du géant suisse de l'agroalimentaire Nestlé grimpait de 3,31% à 116,70 francs suisses vers 6h48, heure du Québec, portée par un chiffre d'affaires meilleur qu'attendu sur neuf mois, en hausse de 2,2%, et par le relèvement de ses objectifs pour 2021.

L'action Kering perdait 3,87% à 625,20 euros. Le groupe de luxe a engrangé plus de 4 milliards d'euros de ventes au troisième trimestre, soit 10% de plus qu'en 2019, mais la résurgence de cas de la COVID-19 en Asie-Pacifique a pénalisé sa marque phare Gucci (environ 193 millions d'euros de ventes de moins qu'en 2019).

Le fabricant néerlandais de systèmes de lithographie pour l'industrie des microprocesseurs ASML (-1,8% à 670,7 euros à Amsterdam) a réalisé un chiffre d'affaires de 5,2 milliards au troisième trimestre, dans le bas de la fourchette de ses prévisions. Le groupe table sur une hausse de 35% du chiffre d'affaires sur l'ensemble de l'exercice, mais dit commencer à ressentir les effets de la pénurie actuelle de matériaux.

La plateforme de livraison de repas Deliveroo était en hausse de 3,48% à 300,60 pence vers 6h55, heure du Québec, après l'annonce d'une valeur brute de transactions (l'équivalent de son chiffre d'affaires) en hausse de 58% sur un an au troisième trimestre.

Le bitcoin (-0,45% à 63 821 dollars américains, vers 7h00) décélérait un peu au lendemain du lancement officiel du premier ETF associé à la cryptomonnaie qui l'a propulsé à 64 475 $ US, à un fil de son record absolu de 64 870 $ US, atteint en avril.

L'euro faisait du surplace face au dollar (+0,01%) à 1,163 4 $ US vers 7h00. Le yen a touché mercredi son plus bas en quatre ans face au dollar.

Sur le même sujet

Titres en action: BMO, Shell, Softbank

Mis à jour il y a 6 minutes | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Où s'arrêtera la chute de CAE?

Il y a 24 minutes | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Les plus récents résultats trimestriels de CAE ont semé l'inquiétude. Est-ce justifié?

À la une

Les gestionnaires sont surreprésentés parmi les travailleurs épuisés

RHÉVEIL-MATIN. Ils ont 70% plus de chance que les non-gestionnaires à se sentir en état de crise.

Le CELI d'Étienne Charest: un emprunt et de l'audace

07:31 | Jean Décary

PLEINS FEUX SUR MON CELI. En mars 2020, Étienne Charest a emprunté pour investir dans son CELI.

Baisse du taux de chômage à 6% au Canada en novembre

Il y a 1 minutes | La Presse Canadienne

L’agence fédérale rapporte que l’emploi a augmenté de 0,8 % le mois dernier au pays.